Accueil > Critiques > Barry Seal : American Traffic – Notre avis

Barry Seal : American Traffic – Notre avis

Tom Cruise refait équipe avec Doug Liman pour Barry Seal : American Traffic, l’histoire improbable d’un pilote devenu trafiquant avec l’aide de la CIA.

Même si ses récentes collaborations sont moins impressionnantes que par le passé, Tom Cruise reste sûrement l’acteur le plus important d’Hollywood. Enchaînant les blockbusters avec succès (à part de rares exceptions comme La Momie), il s’est désormais spécialisé dans le cinéma d’action. Pourtant, avec Barry Seal : American Traffic, nouvelle collaboration avec Doug Liman après Edge of Tomorrow (2014), le comédien rappelle qu’il n’est pas qu’un action man, et qu’il est capable d’une certaine ironie sur lui-même (déjà le cas dans Tonnerre sous les tropiques).

Une histoire complètement folle !

Dans un ton plutôt enjoué, Doug Liman livre encore un divertissement efficace. Précis dans la reproduction de l’époque (dans les décors, mais également dans la réalisation globale réaliste), le cinéaste rythme son film comme il se doit, maîtrisant notamment les ruptures de ton. Déjà avec Edge of Tomorrow, Liman avait réussi à inclure dans un film d’action une dose de légèreté et d’humour sans basculer dans la comédie ou la parodie. Il récidive ici avec Barry Seal : American Traffic. Loin d’adopter le style du biopic classique, le réalisateur raconte une histoire improbable et pourtant vraie.

Cette histoire, c’est donc celle de Barry Seal. Pilote d’avion pour la Trans World Airlines durant les années 1970, il arrondit ses fins de mois avec des petits trafics de cigare. Repéré par la CIA, il fut d’abord engagé pour faire de simples aller-retours entre les Etats-Unis et l’Amérique du Sud, et faire circuler des informations secrètes avec le Nicaragua. Approché par le cartel de Medellin (composé des frères Ochoa et de Pablo Escobar), il y vit une opportunité pour faire passer de la drogue, pendant que l’agence américaine lui demandait, entre autres, de livrer des armes à un groupe de rebelles supposé renverser un dictateur en place. Bref, un bon bordel dans lequel se retrouva Seal, mais qui lui aura permis de devenir l’un des hommes les plus fortunés du pays dans les années 1980. En mettant en scène ce récit, Doug Liman dispose d’un objet déjà riche. Il parvient néanmoins à ne pas se perdre dans la quantité de rebondissements, consistant à voir Barry toujours plus impliqué d’une manière ou d’une autre.

Tom Cruise, trafiquant au grand sourire

Au contraire, Barry Seal : American Traffic surprend continuellement et parvient à provoquer une réelle fascination pour ce personnage. Car bien qu’il ne s’agisse pas d’un saint, Liman s’attelle à le rendre assez sympathique. Faisant de lui un homme lambda à qui on aurait donné toutes les clés pour mettre en place l’un des plus gros trafics d’armes, de drogues et d’informations. Et ce, avec le soutien du gouvernement, qui ira jusqu’à lui apprendre comment ne pas se faire coincer par les autorités. Difficile alors de le blâmer. Et c’est davantage le gouvernement en place qui serait à remettre en cause.

Évidemment, Liman ne cherche pas pour autant à encourager les actes de ce petit truand. Montrant notamment avec un certain ridicule la débauche d’argent qu’il a pu empocher sans savoir quoi en faire. Il faut le voir cacher des sacs de billets dans tout son domaine jusqu’à ce que cela déborde de partout. Un personnage qui ne serait peut-être pas perçu de la même manière sans la complicité de son interprète. Toujours impeccable, même lorsqu’il ne s’agit pas d’enchaîner les cascades, Tom Cruise offre une vraie bouffée d’air frais. Mettant de côté son costume d’action man, il se présente davantage en « pseudo looser » opportuniste dépassé par les événements. Sincère dans son interprétation, il offre indéniablement ce petit plus dont avait besoin Barry Seal : American Traffic pour dépasser le stade du film léger et sans prétention.

 

Présenté cette année en avant-première au 43e Festival du cinéma américain de Deauville, Barry Seal : American Traffic sortira en salle en France le 13 septembre 2017.

Même si ses récentes collaborations sont moins impressionnantes que par le passé, Tom Cruise reste sûrement l’acteur le plus important d’Hollywood. Enchaînant les blockbusters avec succès (à part de rares exceptions comme La Momie), il s’est désormais spécialisé dans le cinéma d’action. Pourtant, avec Barry Seal : American Traffic, nouvelle collaboration avec Doug Liman après Edge of Tomorrow (2014), le comédien rappelle qu’il n’est pas qu’un action man, et qu’il est capable d’une certaine ironie sur lui-même (déjà le cas dans Tonnerre sous les tropiques). Une histoire complètement folle ! Dans un ton plutôt enjoué, Doug Liman livre encore un…

Note de la rédaction

Note de la rédaction

Sur la bonne voie

Sorte de sous Loup de Wall Street, Barry Seal reste un divertissement efficace porté par un Tom Cruise en très grande forme.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

Le Fidèle : Trailer du nouveau film du réalisateur de Bullhead

"Le Fidèle" s'offre enfin sa première bande-annonce avant sa sortie en salles le 1er novembre prochain. Pour son troisième thriller, Michaël R. Roskam retrouve Matthias Schoenaerts et fait également appel à Adèle Exarchopoulos.