MENU
Accueil > Dossiers > Toplists > Top 5 des meilleurs films sur le poker

Top 5 des meilleurs films sur le poker

Que vous soyez joueurs de poker professionnels, avides des cercles de jeux ou simples joueurs du dimanche en famille ou entre amis, ce top ne manquera pas de vous exalter. Prêts pour les lumières bleutées, la fumée des barreaux de chaise, le whisky on the rocks et la sueur au compte-goutte due au stress insoutenable ?

Entre pics d’adrénaline et montées d’angoisse, le poker est un jeu sournois où l’on peut à la fois tout rafler ou repartir ruiné. Ceux qui n’ont plus rien à perdre auront tout à y gagner quand ceux qui ne savent plus quoi faire de leurs billets verts peuvent soit être encore plus ennuyés soit quelque peu allégés. Trêve de plaisanteries, les grands joueurs sont là pour gagner. Bluff ou recave, casquette ou lunettes de soleil, tout est permis ou presque. Et que le plus rusé doublé du plus chanceux gagne. Remémorons-nous dès lors quatre films incontournables des années 60-70 : Le Kid de Cincinnati (1965), Gros Coup à Dodge City (1966), California Split (1974) et L’Arnaque (1974). A voir et à revoir sans modération. Cela ne comporte pas de risques, ni d’endettement ni de dépendance. Encore que… Accros au septième art, ne pas s’abstenir !

Maverick

En 1994, Richard Donner nous offrait Maverick. Une comédie aventureuse à la sauce western inéluctable pour les férus de poker. Entre répliques hilarantes et action débordante, on ne s’ennuie pas un seul instant.

Alors qu’il s’apprête à participer au tournoi du siècle, le professionnel du poker Bret Maverick (Mel Gibson) se retrouve sans le sou. Menacé de mort par un mauvais perdant nommé Angel (Alfred Molina), notre homme est par ailleurs soumis aux provocations d’une jeune et belle joueuse, Anabelle Blansford (Jodie Foster). La jeune femme joue la séduction tout en se dérobant obstinément à ses avances.

Les Joueurs

John Dahl dévoilait sa comédie dramatique Les Joueurs en 1998. Un jeu d’acteur époustouflant et un décor aux petits oignons, comme si on y était. Une atmosphère oppressante sévit aux confins de ces clubs privés – et secrets – de la grosse pomme. Les non-initiés seront toutefois bien vite largués face au vocabulaire technique déblatéré. A vos tutos !

As du poker, Mike McDermott (Matt Damon) perd toutes ses économies en une seule nuit. Ce revers de fortune le décide à tourner le dos au jeu. Encouragé par sa femme Jo (Gretchen Mol), il se remet à ses études de droit et se tourne vers la réussite sociale. Mais quand Worm (Edward Norton), son vieil ami, sort de prison, Mike doit définitivement choisir. Pour le sauver, par fidélité, il va être obligé de replonger. Retrouver le goût des cartes, jouer gros, fréquenter les rounders, les implacables joueurs de poker professionnels

Arnaques, crimes et botanique

Le film policier Arnaques, crimes et botanique de Guy Ritchie sortait en 1998. Un condensé d’archétypes et de clichés qui aura largement su contenter les pros et les amateurs confondus. Une comédie noire originale et bien rodée. L’un des meilleurs films britanniques de gangsters, dont le style général nous fait penser à un certain Tarantino.

Eddy (Nick Moran), un joueur invétéré, s’apprête à participer à la plus grosse partie de cartes de sa vie avec un enjeu de cent mille livres. Une somme qu’il a durement amassée avec ses trois acolytes : Tom (Jason Flemyng), Bacon (Jason Statham) et Soap (Dexter Fletcher). Eddy est considéré comme l’un des meilleurs joueurs du circuit, mais la partie s’avère être un coup monté à l’issue duquel il doit cinq cent mille livres à son adversaire Hatchet Harry (P.H. Moriarty). Ce dernier lui donne une semaine pour réunir cette somme, sinon il aura les doigts coupés. Seul le père d’Eddy pourrait annuler la dette en cédant son bar à son vieux rival, Harry.

Casino Royale

Martin Campbell dévoilait en 2006 le vingt-et-unième film de la franchise James Bond, nous avons nommé Casino Royale. Nous avions d’un côté un Daniel Craig froid comme la glace et tranchant comme l’acier et de l’autre une Eva Green chaleureusement sensuelle et magnifiquement troublante. Beaucoup considère cet opus comme le meilleur de la saga depuis Sean Connery.

Pour sa première mission, James Bond (Craig) affronte le tout-puissant banquier privé du terrorisme international, Le Chiffre (Mads Mikkelsen). Pour achever de le ruiner et démanteler le plus grand réseau criminel qui soit, Bond doit le battre lors d’une partie de poker à haut risque au Casino Royale. La très belle Vesper (Green), attachée au Trésor, l’accompagne afin de veiller à ce que l’agent 007 prenne soin de l’argent du gouvernement britannique qui lui sert de mise, mais rien ne va se passer comme prévu. Alors que Bond et Vesper s’efforcent d’échapper aux tentatives d’assassinat du Chiffre et de ses hommes, d’autres sentiments surgissent entre eux, ce qui ne fera que les rendre plus vulnérables.

Lucky You

Lucky You de Curtis Hanson sortait en 2006. Un drame romantique qui nous propulse dans les hautes sphères de touchants sentiments tout en nous maintenant à terre via une rage pugnace. Un bon moment de cinéma même si l’on n’est pas fans de poker. Le jeu d’acteur est bluffant.

Dans les salons de Las Vegas où s’affrontent les meilleurs joueurs de poker du monde, Huck Cheever (Eric Bana) est connu comme un risque-tout. Mais, dans sa vie privée, ce flambeur acharné est un homme d’une prudence extrême, qui refuse tout investissement émotionnel, toute relation durable. Lorsque Huck se présente au Tournoi International de Poker 2003, avec la ferme intention de remporter le titre en même temps que les faveurs de la chanteuse Billie Offer (Drew Barrimore), un obstacle inattendu se dresse sur sa route : son père, L.C. Cheever (Robert Duvall), joueur légendaire, qui abandonna jadis la mère de Huck. Une lutte sans merci, attisée par des années de ressentiment, oppose d’emblée les deux hommes pour la conquête du titre. A l’approche du duel final, Huck comprend que, pour rafler la mise à la table de poker et au jeu de la vie, il va devoir changer de tactique…

Nous conclurons ce top sur un très bon cru 2018 avec Le Grand Jeu de Aaron Sorkin. Le drame nous contait l’histoire vraie de Molly Bloom (Jessica Chastain), femme surdouée devenue la reine d’un gigantesque empire du jeu clandestin à Hollywood. Et vous concernant, d’autres films liés au poker qui auraient particulièrement retenus votre attention ?

Voir aussi

Elseworlds : l’arrivée fracassante de Batwoman dans le Arrowverse

Batwoman s'apprête à être introduite dans le Arrowverse, à l'occasion des épisodes crossovers d'Elseworlds. La première partie diffusée hier à posé les bases de l'intrigue, mais c'est la seconde qui mettra en scène l'héroïne. Pour patienter, la CW a mis en ligne une vidéo promotionnelle montrant son arrivée.

Laisser un commentaire

Copyright © 2018 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis