Ghost in the Shell est-il à la hauteur de nos attentes ?

Ghost in the Shell est-il à la hauteur de nos attentes ?

Mercredi prochain sortira enfin dans nos salles Ghost in the shell, film de science-fiction réalisé par Rupert Sanders avec Scarlett Johansson dans le rôle du Major, une humaine dotée de capacités cybernétiques, devenue un agent à la tête d'une unité d'élite chargée de mettre les plus dangereux criminels hors d'état de nuire. Ce blockbuster est-il le choc annoncé ? On vous donne notre avis.

Adaptation du manga culte de Shirow Masamune paru en 1989, ce film est attendu au tournant par de nombreux fans, désireux de savoir si Rupert Sanders est parvenu, ou non, à retranscrire la magie de l'oeuvre originale, qui a suscité l'enthousiasme dans le monde entier, notamment chez des réalisateurs comme James Cameron, les soeurs Wachowski ou encore Steven Spielberg.

C'est d'ailleurs grâce à ce dernier que le film a commencé à prendre forme en 2008 lorsqu'il a acquis avec Dreamworks les droits d'adaptation du manga pour produire la première adaptation de Ghost in the shell en prises de vues réelles. Il aura ainsi fallu plus de huit ans de travail acharné aux producteurs pour parvenir à un scénario abouti.

Lorsque Rupert Sanders est arrivé sur le projet il y a trois ans, il connaissait déjà très bien le manga ainsi que le film d'animation de Mamoru Oshii sorti en 1995 et était désireux de coller au maximum à l'esthétique de ces derniers. En 2014, il a d'ailleurs proposé aux producteurs un roman graphique de 110 pages illustrant sa propre vision du film et largement inspiré de l'univers visuel du manga et de l'anime.

L'une des ambitions premières de Rupert Sanders était de retranscrire l'iconographie si particulière du manga et de l'anime tout en y insufflant une plus grande envergure dans la réalisation. On peut ainsi retrouver des scènes cruciales de l'oeuvre originale et du film d'animation sublimées par la mise en scène hallucinante de Rupert Sanders qui n'est pas sans nous rappeler le Blade Runner de Ridley Scott ou le Matrix des Wachowski. Pour profiter au maximum de l'expérience, nous vous le conseillons d'ailleurs très fortement en 3D et si possible en IMAX.

La force du manga de Shirow Masamune résidait dans sa dimension intrinsèquement humaine et philosophique, et Rupert Sanders souhaitait mettre ce thème au centre de son film. Ghost in the Shell est un grand film de science-fiction mais c'est également une très belle réflexion sur l'humanité et sur le rapport que nous entretenons avec la technologie.

À travers la quête menée par le personnage du Major (excellente Scarlett Johansson), le film aborde des questions philosophiques universelles tout en restant accessible et divertissant. Ces différents niveaux de lecture pourront ainsi toucher un large public, qui y trouvera forcément son compte.

En conclusion, nous pouvons dire que le film de Rupert Sanders est une parfaite continuité de l'héritage Ghost in the Shell, qui prend ici une autre dimension, à la hauteur du matériau d'origine.

Mamoru Oshii, réalisateur des deux long-métrages d'animation, a par ailleurs indiqué que c'était «le plus beau film jamais réalisé sur cette histoire». On vous laisse méditer.

Découvrez les cinq premières minutes du film

Toute l'actu Cinéma est sur Commeaucinema.com

Chloé Valmary (26 mars 2017)

 

Voir aussi

L’Étrange Noël de monsieur Jack : l'étonnante contrainte imposée aux artistes

L’Étrange Noël de monsieur Jack : l'étonnante contrainte imposée aux artistes

Crème de la crème des films de Noël, les décors baroques et les lignes incertaines que recèle "L’Étrange Noël de monsieur Jack" sont dus à un étonnant procédé. Au-delà d’avoir pour la première fois utilisé le stop-motion tout du long, le long-métrage d'animation a demandé à ses artistes de travailler dans l’inconfort le plus total.