Accueil > News > Cinéma > Guide des sorties > 14 février 2018 : On va voir quoi au ciné cette semaine ?

14 février 2018 : On va voir quoi au ciné cette semaine ?

Cette semaine au cinéma, le 563e film de Marvel annonce du changement avec « Black Panther » et son casting constitué en majorité d’acteurs noirs. L’autre héros se nomme Jean Dujardin qui fait équipe avec Mélanie Laurent dans « Le Retour du Héros », tandis que Clovis Cornillac vient clôturer la trilogie « Belle et Sébastien » et signer par la même occasion son troisième film derrière la caméra. Enfin, même si la Russie tente de répondre à Disney avec son film d’animation « La Princesse des glaces », la sortie événement serait plutôt à prendre du côté de la haute couture. Avec le film de Paul Thomas Anderson, « Phantom Thread », Daniel Day-Lewis fait ses adieux au cinéma… Du moins, devant la caméra. Tout un programme ! Voici nos choix.

Ce qu’il ne faut pas manquer, les ressorties à (re)découvrir… Chaque mercredi, on fait le point sur les sorties cinéma de la semaine.

Phantom Thread : Le mélodrame empoisonné de Paul Thomas Anderson

★★★★★

voir notre critique 

Phantom Thread est assurément la sortie à ne pas manquer cette semaine. Déjà, car il s’agira de la dernière apparition de Daniel Day-Lewis devant la caméra. En effet, l’acteur oscarisé à trois reprises (un record pour la catégorie meilleur acteur), habitué à se donner corps et âme ses rôles, a annoncé qu’il mettait un terme à sa carrière après ce dernier film. Son personnage de Reynold Woodcock, un couturier réputé, lui aurait provoqué un sentiment de tristesse bouleversant et difficile à vivre.

Mais au-delà de la performance de l’acteur, Phantom Thread est avant tout un grand film fascinant. L’histoire prend forme lorsque Reynold fait la rencontre d’Alma, une serveuse pour le moins banale. Le couturier va alors la façonner à son image. Le réalisateur Paul Thomas Anderson surprend alors en inversant les rapports de force entre les deux personnages.

Ainsi, dans Phantom Thread, rien n’est aussi simple qu’on l’imagine. Alma n’est pas si fragile et naïve. Et les sentiments de ce dernier seront au final plus complexes. C’est dans une dernière séquence, durant laquelle Alma sert le repas à son cher et tendre (on n’en dira pas davantage), que PTA porte Phantom Thread vers la grandeur. Une scène intense où tout passe par les regards complices du comédien et de sa partenaire Vicky Krieps, véritable révélation.

Voici la bande-annonce :

 

Black Panther : un film de super-héros peu original mais sympathique

★★★

– voir notre critique –

Black Panther a bénéficié d’une promotion bien particulière. En effet, après que DC ait livré le « premier » film de super-héros porté par une héroïne, Marvel a décidé de répondre en mettant en avant la communauté noire, encore peu représentée dans le cinéma américain.

Ainsi, les premiers retours mettaient principalement l’accent sur cet élément. Cependant, au-delà de cette particularité (qu’il faut néanmoins prendre en compte), Black Panther reste relativement classique.

Il ne faut pas s’attendre à une refonte de la méthode Marvel. Black Panther suit les mêmes règles que les précédents films de la firme. Un élément qui pourrait décevoir certains, qui regretteraient de ne pas avoir là un film véritablement original, comme on a bien voulu nous l’annoncer. Pour autant, Black Panther reste suffisamment efficace et offre le spectacle attendu. Comme prévu, les effets spéciaux sont réussis, et le film dispose même d’un véritable méchant charismatique. Les adeptes du genre ne devraient donc pas être déçus.

Voici la bande-annonce :

 

Johnny Guitar : la ressortie à ne pas manquer !

Lorsqu’il réalise Johnny Guitar en 1954, Nicholas Ray est déjà bien en place à Hollywood. En cinq ans, le cinéaste a déjà réalisé plus d’une dizaine de films, dont notamment Le Violent avec Humphrey Bogart. L’année suivante, il réalisera La Fureur de vivre, film rendu mythique part James Dean qui incarnait alors une génération en colère. Pour autant, lors de la production de Johnny Guitar, l’Amérique est en pleine période de Maccarthysme. Le cinéaste était d’ailleurs vivement soupçonné d’être communiste, mais pourra bénéficier de l’appui d’Howard Hawks.

Un western féministe

Il y a donc évidemment dans Johnny Guitar un discours plus ou moins caché et critique sur la situation américain et sa fameuse chasse aux sorcières. Cependant, le film prend aujourd’hui une autre valeur, celle d’un film profondément féministe, chose d’autant plus rare pour un western.

On y retrouve en effet l’opposition entre deux femmes : Emma, une riche propriétaire qui jalouse Vienna, la gérante du saloon. Incarnée à la perfection par Joan Crawford, cette dernière est la représentation de l’aventurière indépendante. Elle finit même par éclipser le fameux Johnny Guitar, son amant.

Le film est alors, dans un sens, construit comme un western classique mais avec une inversion des rôles. Ici, le duel se fait entre les femmes, et l’acteur mal est réduit à un rôle d’accompagnant. Johnny, bien qu’étant d’un soutien important, laissera Vienna régler ses problèmes. S’il y a bien une ressortie qui soit d’actualité, c’est celle-là !

Voir aussi

True Detective : la saison 3 est dans la boîte !

HBO vient de terminer le tournage de la troisième saison de "True Detective", attendue sur nos écrans l’année prochaine.

Laisser un commentaire

Copyright © 2018 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis