MENU
Accueil > News > Cinéma > Guide des sorties > 27 juin 2018 : On va voir quoi au cinéma cette semaine ?

27 juin 2018 : On va voir quoi au cinéma cette semaine ?

Cette semaine au cinéma, pendant que Manu Payet s’éclate à Budapest, Benicio Del Toro et Josh Brolin retrouvent les cartels mexicains de « Sicario », tandis que Charlize Theron déprime dans « Tully ». Sinon, les jeunes sont à l’honneur cette semaine avec « Les Affamés », « Love, Simon » et « Pur-sang », qui voit Olivia Cooke et Anya Taylor-Joy prêtent à tuer de sang froid. Voici nos choix !

Ce qu’il ne faut pas manquer, les ressorties à (re)découvrir… Chaque mercredi, on fait le point sur les sorties cinéma de la semaine.

Sicario 2 : la grande action

★★★★

voir notre critique

L’histoire Quelques années après les événements de Sicario, la lutte contre le trafic de drogue est toujours aussi âpre sur la frontière, et les cartels sont plus puissants que jamais. Matt et Alejandro sont à nouveau dépêchés sur place pour retrouver Carlos Reyes, un ponte des cartels qui s’est lancé dans d’autres affaires lucratives : il traite désormais avec les terroristes. Ce qui aurait dû être une opération coup de poing rondement menée se révèle en fait un sombre et tortueux combat orchestré dans l’ombre par la CIA…

Alors qu’on craignait une mauvaise suite au film de Denis Villeneuve, Sicario : La Guerre des cartels » surprend en l’égalant et développe un récit supérieur en plusieurs points. Servi par deux acteurs dans un registre parfait pour eux, ce Sicario est une très belle marque dans le genre thriller d’action.

Voici la bande-annonce :

Tully : mère (encore) au bord de la crise de nerfs

★★★★

voir notre critique

L’histoire : Marlo, la petite quarantaine, vient d’avoir son troisième enfant. Entre son corps malmené par les grossesses qu’elle ne reconnaît plus, les nuits sans sommeil, les repas à préparer, les lessives incessantes et ses deux aînés qui ne lui laissent aucun répit, elle est au bout du rouleau.

Un soir, son frère lui propose de lui offrir, comme cadeau de naissance, une nounou de nuit. D’abord réticente, elle finit par accepter. Du jour au lendemain, sa vie va changer avec l’arrivée de Tully…

Les rares ayant pu découvrir cette année à Cannes Un jour de Zsófia Szilágyi (Semaine de la critique), trouveront des ressemblances évidentes avec Tully. Les deux films mettant en scène des mères épuisées par leur quotidien, les similitudes sont nombreuses. Comme cette capacité à émouvoir par les liens qui unissent une mère et ses enfants (les plus beaux moments du film), qu’importe l’enfer qu’ils peuvent lui faire vivre. Car qu’on se le dise, l’un et l’autre ne mettent pas en cause les enfants, mais cherchent avant tout à montrer les efforts que demande l’éducation dans notre société, et notamment pour les femmes – qu’elles soient en Hongrie ou aux Etats-Unis, le problème est universel.

Avec la délicatesse de Jason Reitman à la réalisation, et le récit personnel de la scénariste Diablo Cody, Tully se révèle d’une grande intelligence pour traiter de la difficulté à être femme et mère dans notre société.

Voici la bande-annonce :

 

JSA (Joint Security Area) de Park Chan-wook : la « ressortie » à ne pas manquer !

Premier film majeur du Coréen Park Chan-wook (après Moon Is the Sun’s Dream et 3 Members), JSA n’est sorti en France qu’en DVD, sans compter quelques rares projections dans des festivals. Autant dire que de voir le film débarquer chez nous en salle 18 ans après sa sortie en Corée du Sud est un petit événement, et toujours d’actualité.

Deux militaires coréens sont assassinés sur le pont du Non-Retour à la frontière de la Corée du Nord et de la Corée du Sud. Une enquête est menée par le sergent Sophie E. Lang d’origine suisse. Elle va tenter de reconstituer le drame avec l’aide du sergent Oh Kyeong-Pil suspecté de connaître la vérité.

Park Chan-wook s’intéresse donc avec JSA au conflit qui oppose depuis des décennies la Corée du Nord à la Corée du Sud. Toute l’intelligence du réalisateur est de se focaliser sur les soldats des deux camps. En montrant un rapprochement entre eux, il montre que les deux Corée ne sont pas foncièrement ennemies (un des premiers films à le faire), qu’une entente est possible entre les deux peuples, voire désirée. Et finalement, en se focalisant sur les rapports humains de ces soldats au destin tragique, Park Chan-wook en fait des victimes des gouvernements ayant décidés d’être en guerre.

JSA est donc un film encré dans son époque. En effet, l’année de sa sortie (en 2000) fut celle où le président sud-coréen, Kim Dae-jung, rencontra son homologue Kim Jong-il pour le sommet de Pyongyang. Cette année, de nouveaux rapprochements ont eu lieu, notamment durant les Jeux olympiques de PyeongChang, marqués par la participation de la Corée du Nord. La sortie de JSA reste donc toujours aussi pertinente aujourd’hui. Un très grand film à découvrir d’urgence !

Voir aussi

Ryan Murphy recycle ses acteurs pour sa nouvelle série Ratched

On ne change pas une équipe qui gagne. Fidèle à ce précepte, Ryan Murphy a recruté ses acteurs fétiches pour la série Netflix "Ratched". Finn Wittrock, Jon Jon Briones et Sarah Paulson seront au casting de cette fiction qui suivra le parcours d’une infirmière très inquiétante pour ne pas dire totalement psychopathe.

Laisser un commentaire

Copyright © 2018 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis