Babylon A.D. sur NRJ12 : la collaboration avec Vin Diesel que Mathieu Kassovitz n’a pas digérée

L'expérience hollywoodienne de trop pour Mathieu Kassovitz

Babylon A.D. sur NRJ12 : la collaboration avec Vin Diesel que Mathieu Kassovitz n’a pas digérée

Depuis leur collaboration sur "Babylon A.D.", Mathieu Kassovitz et Vin Diesel ne sont pas vraiment restés proches. Après le tournage chaotique de sa superproduction, le cinéaste s’en est souvent pris à l’acteur, lui reprochant notamment son manque d’investissement.

Babylon A.D. : une adaptation prometteuse

Sur le papier, Babylon A.D. symbolise un projet de cinéma follement ambitieux. Avec ce film sorti en 2008, Mathieu Kassovitz adapte le roman conséquent Babylon Babies de Maurice G. Dantec, qui évoque entre autres le transhumanisme et l’évolution de notre planète en perdition dans une ambiance cyperpunk.

Le long-métrage débute dans un futur proche, en Europe de l’Est. Mercenaire, Toorop (Vin Diesel) se voit confier une mission par Gorsky (Gérard Depardieu). Le mafieux le charge d’aller chercher une jeune femme prénommée Aurora (Mélanie Thierry) et sa gardienne Rebeka (Michelle Yeoh) dans un couvent situé au Kirghizistan, puis d’assurer sa protection jusqu’à New York.

Le voyage s’avère extrêmement dangereux, Toorop étant témoin de réactions particulièrement inquiétantes d’Aurora et de ses dons de clairvoyance. Méfiant, il craint que la jeune femme puisse dissimuler un virus.

Babylon A.D.
Toorop (Vin Diesel) - Babylon A.D. © Studiocanal

Lambert Wilson, Charlotte Rampling, Mark Strong et Jérôme Le Banner complètent la distribution de Babylon A.D. Si le potentiel est énorme, Mathieu Kassovitz voit le film lui échapper complètement durant le tournage.

"Une terrible expérience" pour Mathieu Kassovitz

Le making-of passionnant du long-métrage intitulé Fucking Kassovitz et réalisé par François Régis-Jeanne rend compte de la dépossession vécue par le cinéaste derrière La Haine et Les Rivières pourpres. Au fil du documentaire, le retard s’accumule, le budget explose et les tensions avec Vin Diesel s’intensifient, à l’inverse de l’investissement du metteur en scène, au point que ce dernier finit par tourner le dos à son film, notamment pour les scènes se déroulant à New York.

Mathieu Kassovitz estime que le budget alloué n’est pas suffisant et le making-of témoigne également de la difficulté à coordonner et mener une telle entreprise. Lors d’un entretien accordé à AMC en 2008, il assure que la Fox, qui coproduit Babylon A.D., ne "l’a pas laissé travailler" et parle alors d’une "terrible expérience".

Interrogé par Konbini en avril 2020, plus de dix ans après la sortie, le réalisateur revient avec autant d’humour que d’amertume sur ce qu’il considère comme un échec artistique :

Babylon, c’était ma responsabilité, c’était mon film, mon scénario (coécrit avec Eric Besnard, ndlr), c’était quelque chose auquel je tenais beaucoup. Mais je me suis associé avec de très très mauvais partenaires, un très mauvais producteur de cinéma en France qui n’est pas un amoureux de cinéma du tout, (…) et un studio américain qui était au pire moment de son existence. Et un comédien principal qui était un imbécile et qui l’est toujours. (…) C’est raté à partir du milieu parce que le film est parti en couilles au milieu.

"Vin Diesel est une pompe à vélo"

L’aversion de Mathieu Kassovitz pour Vin Diesel serait née en raison d’un manque d’investissement que le premier reproche au second. Dans Fucking Kassovitz, le cinéaste assure que la star de Fast & Furious aurait refusé de tourner une scène d’explosion dès le premier jour des prises de vues, ne voulant pas prendre de risques car "il a une femme et des enfants".

Les années passent mais le réalisateur ne décolère pas. En 2012, il lance par exemple lors d’une interview pour GQ, cité par Premiere :

Vin Diesel s’est comporté comme un porc.

L’envolée la plus violente du metteur en scène contre le comédien est publiée dans les colonnes de So Film, en 2015 :

Je ne suis pas homophobe, mais je peux te dire que Vin Diesel, c’est un petit pédé (sic). Si tu as un problème avec lui, tu peux aller le provoquer, tu ne risques rien, le mec n’est capable de rien. Vin Diesel regarde ses films et se trouve extrêmement bon tireur d’élite, extrêmement bon parachutiste, et il y croit. Il pense que c’est lui qui conduit les voitures dans les cascades de ses films. Il se regarde sur l’écran (il mime le geste)… et il s’embrasse les biceps.

Rebelote lorsque Dwayne Johnson s’en prend indirectement à l’interprète de Dominic Toretto en le qualifiant de "chochotte" sur les réseaux sociaux après le tournage de Fast & Furious 8 en 2016. Un tacle auquel Mathieu Kassovitz ne manque pas de réagir, en écrivant sur Twitter :

Vin Diesel est une pompe vélo. Une baudruche pleine de vent. Je suis content qu’il soit enfin démasqué.

 

Voir aussi

Lucy : toujours le plus gros succès français au box-office mondial

Lucy : toujours le plus gros succès français au box-office mondial

En 2014, le cinéaste Luc Besson décide de se lancer dans un défi inédit : la réalisation de « Lucy ». Porté par Scarlett Johansson, le long-métrage est toujours le plus gros succès pour un film français à travers le monde.