ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Interstellar : le film est-il basé sur des vraies études ?

Loin de la réalité ?

Interstellar : le film est-il basé sur des vraies études ?

Christopher Nolan a signé avec Interstellar l'une des oeuvres de science-fiction les plus importantes de cette dernière décennie. Le film met-il en place des situations plausibles ou sommes-nous devant un spectacle déconnecté de la réalité scientifique ?

De la grande science-fiction

Christopher Nolan ne fait pas du cinéma comme les autres. Il trouve toujours le moyen de nous surprendre avec des productions couteuses. 4 ans après l'étonnant Inception, il retente sa chance avec un concept très élaboré dans Interstellar. Le film suit un père de famille (Matthew McConaughey) qui décide de prendre part à une expédition spatiale pour peut-être faire des découvertes qui vont changer l'avenir d'une humanité en crise alimentaire et écologique.

Après la sortie d'Interstellar, en fin d'année 2014, on a vu pleuvoir des articles qui se demandaient si le film était scientifiquement réaliste. Plusieurs experts ont été sollicités pour apporter leur point de vue sur la question. On peut comprendre le questionnement du public, qui se demande s'il a encore été berné par une histoire comme seul le cinéma peut en proposer. Des doutes peuvent émerger face à ce spectacle qui aborde des notions scientifiques complexes.

Interstellar
Cooper (Matthew McConaughey) - Interstellar ©Warner Bros. France

La science, le socle d'Interstellar

Rien que sur la forme, on ressent que Christopher Nolan n'a pas cherché à faire de la science-fiction trop fantaisiste. Le film n'offre pas des visions délirantes lors des passages dans l'espace. Il ne fait pas non plus intervenir des éléments qui pourraient discréditer l'ensemble. Il est presque possible de parler de hard SF.

Le scénario a été élaboré avec l'aide du physicien Kip Thorne. Sa participation a été fondamentale pour donner à l'ensemble un réalisme scientifique. Outre les enjeux qui touchent à la cellule familiale et l'envie de proposer un divertissement au-dessus de la masse, Nolan tenait à sortir un long-métrage qui était basé sur des données crédibles. Ou, du moins, qui le sont théoriquement. Car les trous de ver restent des sujets sur lesquels les scientifiques fantasment mais ne peuvent véritablement dresser des constats définitifs.

Interstellar
Interstellar ©Warner Bros. France

Pour autant, Kip Thorne a accepté de travailler sur le projet qu'à condition que les lois de la physique ne soient pas violées et que les spéculations découlent de la science. En résumé, pas question qu'un scénariste s'amuse à faire n'importe quoi. À partir de ça, on peut penser qu'Interstellar est un film qui a pu voir le jour parce qu'il existait des recherches très élaborées sur les notions abordées. Kip Thorne est connu pour ses travaux sur l'astrophysique et sait de quoi il parle. Il a notamment basé ses études sur la théorie de la relativité chère à Einstein. D'après lui, quasiment tout le film se tient et ne fait pas affront à la science.

Ce qui ne veut pas dire que des astronautes pourraient se lancer à l'aventure dans un trou de ver et en sortir vivants. Personne ne sait ce qu'il se passerait si quelqu'un tentait le coup. Mais ce que l'on voit dans Interstellar (un voyage à travers à trou de ver pour se propulser dans une partie éloignée de l'univers) pourrait un jour se réaliser.

Interstellar est non seulement basé sur des véritables études mais il a également apporté sa pierre à l'édifice en retour. Pour donner vie aux trous noirs visibles dans le film, Kip Thorne a étroitement collaboré avec le studio Double Negative. Ses propres équations ont été fournies aux techniciens et se sont matérialisées à l'image. Et il a ainsi pu découvrir des nouveaux éléments sur ce point. Un aboutissement surprenant, puisque la fiction vient nourrir la réalité.

 

Voir aussi

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Jeux interdits : cette méthode traumatisante pour tourner la dernière scène

Grand film de René Clément, "Jeux interdits" révéla Brigitte Fossey alors qu'elle n'était qu'une enfant. Sur le tournage, ce n'était pas toujours facile de lui faire exprimer certaines émotions. Pour la scène finale, le réalisateur opta pour une méthode qui aurait pu la traumatiser.