Le Prénom : le film fait écho à une situation vécue par Valérie Benguigui

Une comédie hilarante et authentique

Le Prénom : le film fait écho à une situation vécue par Valérie Benguigui

Dans "Le Prénom", une dispute éclate lors d’un dîner dans un appartement parisien lorsque Patrick Bruel dévoile comment il compte appeler son fils. Une situation loin d’être inconnue pour certains membres de l’équipe du film, à commencer par la regrettée Valérie Benguigui.

Le Prénom : amitiés pas très sincères

Après avoir connu le succès au théâtre, Alexandre de La Patellière et Matthieu Delaporte transposent Le Prénom au cinéma en 2012. Et les spectateurs sont là encore au rendez-vous. Le film totalise plus de 3,3 millions d’entrées dans les salles obscures.

Le long-métrage se déroule dans un appartement parisien et marque le retour de la plupart des comédiens de la pièce. Valérie Benguigui reprend le rôle de "Babou", professeur de français à Vincennes qui invite ses proches à dîner avec son époux Pierre. Ce dernier, qui enseigne la littérature à la Sorbonne, est incarné par Charles Berling. L'acteur est le seul nouveau venu dans cette petite bande sur le point d’exploser.

Parmi les invités du couple figurent Vincent (Patrick Bruel), le frère de Babou, sa compagne Anna (Judith El Zein) et Claude (Guillaume de Tonquédec), un ami d’enfance. En attendant l’arrivée de sa femme en retard, Vincent donne de ses nouvelles et dévoile son récent examen échographique. D’humeur joueuse, le futur père tente ensuite de faire deviner à ses convives le prénom de son bébé à naître.

Le Prénom
Le Prénom © Pathé

Et lorsqu’il le dévoile enfin, une dispute éclate. Une discussion qui va déboucher sur un véritable règlement de comptes en famille. Le caractère hautain de Vincent, le mépris intellectuel de Pierre, la capacité d’Anna à ne jamais être à l’heure… Tous vont se faire tailler une veste et être contraints d’écouter des vérités difficiles à entendre.

Une situation vécue par Valérie Benguigui

En 2013, l’Académie des César récompense Valérie Benguigui et Guillaume de Tonquédec pour leur performance dans Le Prénom. La première donne naissance à l’une des scènes cultes du film. Dans ce passage, elle se lance dans un monologue mémorable avant d’aller avaler une boîte de Temesta pour "dormir pendant deux jours". Un discours qui révèle totalement Babou et les sacrifices qu'elle a dû faire. Le personnage reste l’un des rôles emblématiques de la regrettée comédienne. Quelques mois après avoir obtenu la prestigieuse récompense, elle décède des suites d'un cancer en septembre 2013 à 52 ans.

Durant la promotion du long-métrage, Valérie Benguigui confie avoir elle-même eu des débats mouvementés avec des membres de sa famille autour du choix des prénoms de ses enfants, César et Abraham. Comme le rapporte Allociné, l’actrice révèle alors avoir subi les remarques déplacées de ses parents.

Des souvenirs qui soulignent le caractère universel de la comédie, et qui sont d’ailleurs communs à ceux d’Alexandre de La Patellière. Le coscénariste et coréalisateur explique de son côté avec humour :

En bons "bobos" que nous sommes, nous avons donné à nos enfants des prénoms assez originaux. A l'occasion de vacances communes en famille, on a pu remarquer combien cela provoquait des réactions épidermiques, même dans un univers policé comme le nôtre !

 

Voir aussi

La Rage au ventre : ce célèbre rappeur a inspiré le film avec Jake Gyllenhaal

La Rage au ventre : ce célèbre rappeur a inspiré le film avec Jake Gyllenhaal

Sorti en 2015, "La Rage au ventre" a permis à Jake Gyllenhaal de démontrer une nouvelle fois tout son talent et de confirmer son statut d’acteur éclectique. Mais le film devait à l’origine être bien différent, et Gyllenhaal n’aurait pas dû en faire partie.