5ème Set : dans la peau d’un champion sur le retour

5ème Set : dans la peau d’un champion sur le retour

CRITIQUE / AVIS FILM –"5ème set", le premier long-métrage en solo de Quentin Reynaud, raconte brillamment le parcours d’un champion de tennis cabossé qui relève son ultime défi. Avec Alex Lutz, Ana Girardot et Kristin Scott-Thomas.

Toujours croire en soi

Dans Paris-Willouby, le premier long-métrage de Quentin Reynaud co-réalisé avec Arthur Delaire, un second rôle avait été offert à Alex Lutz. Dans 5ème Set, Quentin Reynaud réalise seul et lui offre cette fois-ci le premier rôle. Et quel rôle ! En effet, Alex Lutz interprète brillamment Thomas Edison, 37 ans, grand espoir du tennis français lorsqu’il avait 17 ans. Après une défaite traumatisante en demi-finale à Roland-Garros, il avait disparu des radars des compétitions. Le réalisateur invite le spectateur à ce moment précis de la croisée des chemins de Thomas.

Perdu dans les limbes du classement mondial, après plusieurs blessures, il gagne tant bien que mal sa vie dans les tournois de seconde zone. Son épouse compréhensive Eve (Ana Girardot) est à la fois son agent, sa préparatrice de matériel lors des tournois et son soutien indéfectible. Thomas lui a promis d’arrêter cette vie et de réfléchir, comme elle, à une reconversion professionnelle. Et d’être présent pour leur fils de 3 ans, Gaspard, comme elle l’a été pour lui durant toutes ces années. Une sorte de gagnant-gagnant, en somme, bien loin d’être enthousiasmant pour Thomas.

5ème set
Thomas (Alex Lutz) - 5ème Set ©22H22 - Apollo Films - StudioCanal

Car il y a toujours dans l'esprit du champion de tennis cette impression d’inachevé et ce goût amer de ne pas avoir été au bout de son destin. Quentin Reynaud, inspiré par les parcours en dents de scie de certains joueurs français, montre très bien ce que peut ressentir un athlète de cette trempe. D'autant que Thomas doit composer avec le regard de ses anciens collègues, dont beaucoup ont déjà changé de voie, ou de son entraîneur JB (Quentin Reynaud lui-même). Ils se moquent gentiment de ce rêve brisé et de cet échec cuisant qu’il n’a toujours pas digéré, 20 ans après. Et de son âge, qui devrait en toute logique l’obliger à raccrocher.

Finir en beauté

Mais c’est surtout sa mère, Judith (Kristin Scott-Thomas), propriétaire d’un club de tennis, qui fait preuve de condescendance envers lui. Elle sait à quel point le tennis n’est pas seulement une question de talent, mais aussi une affaire de mental. Cette relation mère-fils dans 5ème Set rappelle judicieusement au spectateur à quel point les relations parents-enfants dans le monde du tennis sont biaisées. Car elles sont soumises à des impératifs compétitifs, oscillant entre respect, admiration, déception et critiques. Et le regard d’un parent impliqué sur son enfant vaincu est souvent plus violent que celui d’un entraîneur lambda.

Pourtant, pour Thomas, « c’est pas fini !». La caméra est au plus près du visage déterminé de Thomas, du sang de ses ampoules, de son corps abîmé par trente années de travail. Tentant le tout pour le tout, Thomas décide de revenir par la petite porte de Roland-Garros, alors qu’il était sorti par la grande. Et de passer les qualifications les unes après les autres, mais surtout de retrouver l'envie d’y croire. Et pour le spectateur, être aux côtés du joueur dans son parcours de rédemption, est passionnant. La musique qui accompagne chaque émotion de Thomas a été choisie avec soin. On souffre évidemment avec lui. Mais on vibre aussi avec lui lorsqu’il entend le public scander son prénom et on ressent son adrénaline quand il gagne !

5ème set
Eve (Ana Girardot) - 5ème Set ©22H22 - Apollo Films - StudioCanal

Si le réalisateur donne à voir un héros attachant, il ne lésine pas sur ses défauts, qui sont sans doute l’apanage des champions. Thomas, dans son trip, est ainsi présenté comme autocentré, parfois imbu de sa personne et même désagréable. Et les réactions complexes du personnage d’Eve face à cette reprise en main de son destin par Thomas sont également bien vues. Ana Girardot, toujours parfaite, donne subtilement à voir les émotions qui traversent cette femme qui veut exister, et pas seulement au travers de son rôle d'épouse, de mère ou d'agent. Car là encore, son amour et son enthousiasme doivent composer avec la charge mentale qu’exige le champion.

Parvenu au premier tour du tournoi parisien, Thomas se voit confronté à son double symbolique : l’ambitieux Damien Thosso (Jürgen Briand), 17 ans. Affronter cet adversaire se révèle pour Thomas l’occasion d’une revanche sur sa propre vie. Et une chance inestimable de terminer en beauté. Le film emprunte alors le dispositif des retransmissions télévisuelles de Roland-Garros avec les commentaires en direct, et plonge le spectateur direct sur le court, comme s'il y était !

On avait salué la performance d’acteur d’Alex Lutz dans son film Guy, on la salue à nouveau dans 5ème Set. Bien que doublé pendant les matchs par Frédéric Petitjean, l'acteur parvient à rendre crédible son personnage hors des courts. Grâce à son physique affûté, son visage déterminé et sa rage de vaincre. Et pour ceux qui craignent de voir un film sur le tennis ou qui n’en connaissent pas les règles, pas d’inquiétude ! Car 5ème Set répond avant tout au rôle cathartique du cinéma en narrant la destinée d’un homme qui s’affranchit du regard et des attentes des autres et qui, tel le Phénix, renaît de ses cendres.

 

5ème set de Quentin Reynaud, en salle le 16 juin 2021. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

C'est la vie : une comédie réussie sur l'accouchement

C'est la vie : une comédie réussie sur l'accouchement

CRITIQUE / AVIS FILM –" C’est la vie " de Julien Rambaldi, est un film choral réussi qui aborde avec humour et délicatesse la mise au monde sous différents angles. Avec Josiane Balasko, Nicolas Maury, Léa Drucker, Youssef Hajdi et David Marsais.