À propos de Joan : Isabelle Huppert magistrale

Les émotions du passé à la surface du présent

À propos de Joan : Isabelle Huppert magistrale

CRITIQUE / AVIS FILM – " À propos de Joan ", second long métrage de Laurent Larivière, aborde avec pudeur le mécanisme d’autofiction comme rempart à la douleur. Avec Isabelle Huppert et Swann Arlaud.

Un troublant voyage intérieur

Le réalisateur Laurent Larivière avait bouleversé le spectateur avec Je suis un soldat, son premier long-métrage. À propos de Joan produit le même effet, mais d’une façon moins frontale, plus en nuances, plus souterraine. Car le film fait partie de ces films qui infusent dans le cœur du spectateur. Ils méritent même d’être revus pour mieux saisir après coup les indices de l’impalpable et creuser les différentes strates de l’affect de l’héroïne.

Il faut bien reconnaître que les images et le récit ne provoquent pas d’émotions instantanées mais prennent un peu de temps pour remonter à la surface. D’autant que Joan Verra, le personnage délicatement interprété par Isabelle Huppert, n’est pas particulièrement attachant. Même si elle prend le spectateur à témoin et lui raconte l’histoire de sa vie, on la sent détachée, comme étrangère à ses propres ressentis. Ainsi, lorsqu’elle accompagne en promotion son auteur Tim Ardenne (Lars Eidinger), elle est physiquement présente mais sa tête est ailleurs. Elle sourit mais son sourire sonne faux. Et il n'y a sans doute pas de hasard à ce qu'elle soit devenue éditrice, préférant mettre en valeur les récits des autres.

À propos de Joan
À propos de Joan @Haut et Court

La possible faille de Joan commence à poindre lorsqu’elle découvre l’homme qui la suit. C’est Doug (Stanley Townsend), son grand amour du passé rencontré en Irlande. Dès qu’ils s’étreignent dans ce café pour se dire au revoir comme de vieux amis, les souvenirs sensoriels affleurent brutalement. Des souvenirs encore à fleur de peau, quarante ans après pour les jeunes Joan Verra (Freya Mavor) et Doug (Eanna Hardwike). Comme si le corps avait toujours en mémoire ce que le cœur a mis de côté.

Et pourtant, il est bien difficile de croire que la jeune femme aussi sensuelle et passionnée des années 70 soit devenue aussi froide et distante dans les années 90. C’est tout l’enjeu passionnant de À propos de Joan d’en connaître les raisons. Car le film fait grandement appel à l’intelligence émotionnelle du spectateur, qui peut parfois se retrouver déconcerté par l’originalité et les partis pris de la mise en scène.

Le pouvoir des souvenirs

Certes, il faut un petit temps d'adaptation pour trouver évidente la ressemblance entre Isabelle Huppert et Freya Mavor. Mais les scènes du passé et du présent s’agencent subtilement en flashbacks tout au long du récit de Joan. A l’instar du fonctionnement de la mémoire, elles se répondent si bien entre elles que le spectateur s’habitue à voir évoluer les personnages naturellement d’une époque à l’autre, sans jamais se mélanger les pinceaux.

Un troisième personnage capital apparaît à différents âges. C’est Nathan, le fils de Joan et Doug : Jean Louis Broust dans les années 80, Dimitri Doré dans les années 90 et Swann Arlaud de nos jours. Le film évoque avec tact combien la relation de Joan avec Nathan est fusionnelle, autant teintée d’amour que de reproches. Une relation que n’a jamais eue Joan avec sa mère Madeleine (Florence Loiret-Caille, dans un beau rôle sublimant la féminité et la sensibilité dans lequel on n’a pas l’habitude de la voir).

À propos de Joan
À propos de Joan @Haut et Court

Ce retour fulgurant va avoir un effet dévastateur pour Joan. Car les souvenirs heureux entraînent aussi sur leur passage les souvenirs douloureux. Impossible de faire le tri. Même si Joan semble avoir réussi à les enfermer toutes ces années avec sa culpabilité dans une pièce dont elle avait condamné la porte et pensait avoir jeté la clé. À propos de Joan donne à voir avec beaucoup de pudeur la manière dont se fendille petit à petit la carapace de cette femme en maîtrise d’elle-même.

Joan se retrouve submergée par les émotions du passé et la digue lâche, à son corps défendant. Les larmes jaillissent alors des yeux de l’héroïne comme de ceux du spectateur, sans prévenir. Car Laurent Larivière et son co-scénariste François Decodts ont réussi la gageure de maintenir le suspense de la vérité de Joan jusqu’au bout. Toutes les pièces de son puzzle intime s’imbriquent et font sens. À propos de Joan se révèle donc un film poignant qui montre comment le pouvoir de la mémoire et les mystères du cerveau permettent d’affronter une réalité indicible.

 

À propos de Joan de Laurent Larivière, en salle le 14 septembre 2022 . Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Novembre : Cédric Jimenez fait son

Novembre : Cédric Jimenez fait son "Zero Dark Thirty"

CRITIQUE / AVIS - FILM - Après "Bac Nord", Cédric Jimenez s'intéresse avec "Novembre" à la traque des terroristes responsables des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Un sujet délicat qu'il aborde sous la forme d'un film d'enquête tendu.