Army of Thieves : un film de braquage sans zombies pour le préquel d'Army of the Dead

Army of Thieves : un film de braquage sans zombies pour le préquel d'Army of the Dead

CRITIQUE / AVIS FILM : Après "Army of the Dead" sorti en mai dernier, Netflix vient de publier le prequel réalisé par Matthias Schweighöfer : "Army of Thieves". Une nouvelle aventure portée par Matthias Schweighöfer lui-même, qui n'atteint malheureusement pas la folie de Zack Snyder.

Army of Thieves : oubliez les zombies !

Parlons peu parlons bien, Army of Thieves est moins réussi que Army of the Dead. Moins fun, moins bien rythmé, moins explosif, le long-métrage ne parvient pas à reproduire le grand huit proposé il y a quelques mois par Zack Snyder. La faute, surtout, à une mise en scène moins personnelle… Il faut dire, aussi, que le film n’a de connexion avec l’œuvre de Zack Snyder que par le personnage principal incarné par Matthias Schweighöfer. Parce que ce préquel se déroule loin de l’épidémie de zombies qui débute tout juste à Las Vegas.

Contre toute attente, Matthias Schweighöfer choisit de ne pratiquement jamais parler de l’invasion de zombies, qui n’a globalement même pas lieu d’exister dans Army of Thieves. Via simplement quelques rêves prémonitoires, Matthias Schweighöfer rappelle que son film se déroule dans le même univers zombifique que Army of the Dead. Mais à part ça, rien. Pas de ressorts horrifiques, par de violence extravagante, et surtout, pas de zombies... Ainsi, la connexion avec le premier opus est parfois un peu forcée, un peu superficielle, et surtout pas forcément utile. Ce qui donne souvent un désagréable goût d’opportunisme…

Army of Thieves
Army of Thieves ©Netflix

Pourtant, l’idée de mettre l’univers de zombies au second plan est loin d’être stupide. Le film de zombie a été abordé sous toutes les formes : horreur, comédie, blockbuster. Le public a vu toute sorte de zombies : des marcheurs, des coureurs, des rampants, des grimpeurs, des gentils, des méchants, des bavards et même des zombies intelligents. Et Army of Thieves aurait pu ajouter une corde à l'arc du genre. Notamment en proposant un film d'espionnage sur toile de fond d'invasion zombies. Après tout, comme disait Guillermo Del Toro avec son Crimson Peak : « ce n’est pas une histoire de fantômes, mais une histoire AVEC des fantômes ». Mais ici, il n'en est rien.

Parce que Army of Thieves, ce n’est pas un film de zombies, ni même un film AVEC des zombies. Mais une fois cette déception avalée, l’œuvre de Matthias Schweighöfer est un divertissement assez efficace, qui joue avec les codes du film de braquage.

Trois coffres pour le prix d’un

Le début du film est une agréable petite sucrerie. Matthias Schweighöfer s’inspire de la mise en scène vive de Zack Snyder pour présenter ses personnages hauts en couleurs. A partir de là, il s'amuse avec les codes du film de braquage. Il reprend les clichés inhérents au genre pour les adapter à un style léger, comique, parfois absurde, surtout via son protagoniste. Le but est ainsi d'offrir un décalage. Un décalage identique à celui de Zack Snyder sur Army of the Dead par rapport aux films de zombies classiques. Ainsi, l’équipe type, façon Ocean’s Eleven, est de retour. Une fois de plus, le plan sans accroc est décrit avec une touche humoristique bienvenue et les trahisons sont au rendez-vous. Army of Thieves coche ainsi toutes les cases du manuel du bon petit film de braquage.

Army of Thieves
Army of Thieves ©Netflix

Malheureusement, Army of Thieves finit par tourner à vide. 2h10 est une durée trop excessive par rapport à la quantité d’éléments à aborder. L’intrigue du métrage est trop légère, manque d'épaisseur, et est surtout trop vaine pour exiger un montage de cette durée. Les trois braquages manquent d’inventivité. Trois exploits d’une redondance qui perd finalement l’attention du spectateur. Ce dernier se demande encore quand les zombies vont débarquer. Et finalement, Army of Thieves devient gentiment ennuyeux.

Jonathan Cohen : "Screw the zombies"

Reste cependant des personnages globalement impactants. Matthias Schweighöfer, en tête, tourne en dérision un héros attachant, tête blonde froussarde et cultivée, qui demeure la grande force du film. Son personnage détruit les clichés habituels et permet d'offrir à l'assistance un héros qui sort du commun.

Jonathan Cohen, ici dans son premier film en langue anglaise, tire lui aussi son épingle du jeu, et propose une prestation convaincante dans la peau d’un agent d’Interpol, que ce soit en français comme en anglais, malgré une écriture terriblement (et volontairement) cliché. Une interprétation, il est bon de le souligner, différente de ses rôles comiques qui lui collent à la peau comme Serge le mytho, Family Business, La Flamme, mais sans renier son talent unique pour la comédie... Et notre compatriote s'en sort à merveille, dans un rôle caricatural qu'il parvient à s'approprier, jusqu'à cette réplique déjà culte : "Screw the zombies" !

Army of Thieves
Army of Thieves ©Netflix

Ainsi, pour résumer, Army of Thieves n’a pas la folie d’Army of the Dead pour permettre à son récit de briller. Le long-métrage de Matthias Schweighöfer est donc un film de braquage convenu, un peu trop long mais attachant, notamment grâce à des ressorts émotionnels mieux développés que dans le film de Zack Snyder.

Army of Thieves de Matthias Schweighöfer sur Netflix dès le 29 octobre. Ci-dessus la bande-annonce. Découvrez ici toutes nos bandes-annonces. 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Detective Conan, La Fiancée de Shibuya : dans la droite lignée de la franchise

Detective Conan, La Fiancée de Shibuya : dans la droite lignée de la franchise

CRITIQUE / AVIS FILM - 25e film de la franchise "Detective Conan", "Detective Conan, La Fiancée de Shibuya" nous fait vivre une nouvelle affaire menée par notre héros et ses compagnons. Enquête, action et rebondissements sont de nouveau au programme.