MENU
Accueil > Critiques > Critiques cinéma > Edmond : des planches au grand écran, le succès d’Alexis Michalik

Edmond : des planches au grand écran, le succès d’Alexis Michalik

CRITIQUE FILM – Après le succès de la pièce de théâtre « Edmond », Alexis Michalik en livre une adaptation cinématographique intelligente. Dedans, Edmond Rostand tente de monter une pièce qu’il n’a pas encore écrite : la célèbre Cyrano de Bergerac.

Avec ses cinq Molières en poche, obtenus pour la pièce de théâtre Edmond, qui se joue à guichets fermé depuis presque trois ans, l’acteur, scénariste, metteur en scène et maintenant réalisateur Alexis Michalik, a une pépite entre les mains. Si la pièce était avant tout un scénario, qu’il a d’abord fallu monter sur les planches faute de financements, le long-métrage, également titré Edmond, se révèle dans un écrin animé par un feu brûlant dans un paysage où la comédie populaire peine à trouver bon goût.

Le projet est au départ un peu audacieux. Raconter comment un pilier du théâtre français a été créer, n’est pas chose tout à fait facile. Déjà parce que certaines choses paraissent intouchables, comme une pièce de théâtre au succès planétaire et vieille de plusieurs décennies, mais aussi parce que l’intérêt du public pour ce genre d’histoires peut être limité. Pourtant, il y a quelques années, John Madden s’offrait le luxe de réaliser Shakespeare in love, un film rondement bien mené, avec une poignée d’acteurs populaires, qui racontait la naissance de la pièce Roméo et Juliette. C’est dans un esprit similaire que puise l’essence d’Edmond. Fort heureusement pour le film, ce dernier ne souffre pas de la comparaison et, grâce à son scénario intelligent, s’en détache totalement pour offrir une comédie unique aux enjeux excitants.

Critique Edmond : des planches au grand écran, le succès d'Alexis Michalik

Ce qui anime dans le film de Michalik c’est son énergie débordante, la manière dont les personnages s’expriment, à travers des vers et des intonations qui témoignent, d’une part de l’époque durant laquelle se déroule l’histoire mais également son lien avec le théâtre. Si ce dernier aurait pu être lourd et faire tituber le film – car c’est un film et non pièce de théâtre -, il ne fait qu’apporter une jolie dimension, ou plutôt une immersion. On soulignera cette superbe idée de mise en scène, celle d’une des dernières scènes qui se déroulent sur les planches lors du dernier acte de la pièce. Là où le théâtre et le cinéma brouillent les pistes pour ne faire qu’un. Un parfait exemple pour illustrer l’essence de ce long-métrage.

Un casting haut en couleur

Si la réalisation, la mise en scène et la photographie sont assez remarquables, ce qui tient de bout en bout le film c’est bien ce brillant casting à la fois solaire, drôle et émouvant. Une troupe majestueuse dont les liens semblent unis hors du cadre tant la fluidité de son jeu et de ses échanges est appréciable. Pour faire vivre Edmond sur grand écran, Alexis Michalik s’est entouré des meilleurs. On retient Olivier Gourmet, Clémentine Célarié, Mathilde Seigner et les jeunes talents Lucie Boujenah, Tom Leeb et celui qui tient l’affiche, Thomas Solivérès. Méconnaissable aux premiers abords, il incarne brillamment le poète Edmond Rostand, son premier grand rôle sur les grands écrans. On se souvient de sa jolie tête à claque dans Intouchables ou encore de son jeu bancal dans, le non moins bancal, Les Aventures de Fantasio et Spirou. Ici, l’acteur est remarquablement dirigé et cela ne fait qu’accentuer son grand potentiel. Bien qu’il soit difficile pour les acteurs de passer après d’autres grands acteurs, comme Gérard Depardieu dans Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau, l’adaptation la plus populaire de la pièce, ils ont tous su apporter leur pierre à l’édifice. Et l’on constate avec grand plaisir leur détermination à incarner, à leur façon, les véritables stars du théâtre français.

 

Edmond d’Alexis Michalik, en salles le 9 janvier 2019. Ci-dessus la bande annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

Avec ses cinq Molières en poche, obtenus pour la pièce de théâtre Edmond, qui se joue à guichets fermé depuis presque trois ans, l'acteur, scénariste, metteur en scène et maintenant réalisateur Alexis Michalik, a une pépite entre les mains. Si la pièce était avant tout un scénario, qu'il a d'abord fallu monter sur les planches faute de financements, le long-métrage, également titré Edmond, se révèle dans un écrin animé par un feu brûlant dans un paysage où la comédie populaire peine à trouver bon goût. Le projet est au départ un peu audacieux. Raconter comment un pilier du théâtre français…

Conclusion

Note de la rédaction

"Edmond" est la jolie surprise de ce début d'année. À l'instar de la pièce de théâtre éponyme, le long-métrage est une comédie intelligente, à l'humour bien dosé et aux enjeux excitants.

Note spectateur : 4.6 ( 1 votes)

Ça pourrait vous intéresser

Voir aussi

Yves : l’industrie du rap tient sa nouvelle star

CRITIQUE / AVIS FILM - William Lebghil devient une star grâce à son frigo nouvelle génération. Tel est le pitch de "Yves", la nouvelle comédie déjantée de Benoît Forgeard qui donne à voir une vision parfois inquiétante du futur, avec un soupçon de poésie. Un OVNI, un vrai.

Exprimez vous !

Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis