ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

En avant : vers l'aventure et au-delà

En avant : vers l'aventure et au-delà

CRITIQUE / AVIS FILM - Deux frères se lancent dans une aventure dangereuse pour tenter de retrouver leur père le temps d’une journée dans « En avant ». La magie opère-t-elle dans cette nouvelle production des studios Disney Pixar ?

À l’origine, la magie était indispensable. Mais le temps où les mages venaient en aide aux plus démunis et où les fées savaient encore voler est révolu. Le progrès a permis aux elfes, centaures et autres trolls de se faciliter la vie et d’accéder au confort, les détournant ainsi des procédés occultes, disparus avec le temps. Néanmoins, certains irréductibles continuent de croire dur comme fer en la magie. C’est le cas de Barley, qui va embarquer son petit frère Ian dans une quête dangereuse en découvrant les pouvoirs de ce dernier.

Deux frères

Après Monstres Academy, Dan Scanlon repasse à la réalisation pour Pixar avec En avant, et garde l’adolescence, ainsi que le passage à l'âge adulte qui l’accompagne, pour thématiques principales. À l’instar de Sully et Mike, Barley et Ian sont deux frères - ici au sens propre comme au figuré - aux tempéraments opposés mais complémentaires. L’aîné est perpétuellement enjoué et absorbé par son imaginaire, tandis que le cadet est nettement plus terre-à-terre et discret. L’un a connu brièvement son père avant son décès, l’autre ne l’a jamais vu.

"En avant"' : Critique du nouveau film d'animation des studios Disney Pixar.

Au-delà de l’univers qu’il déploie, et qui fonctionne à chaque instant, En avant dévoile une quête qui est évidemment celle, compliquée et sinueuse, du deuil. S’il n’a pas le potentiel émotionnel de Vice-versa ou WALL-E, le long-métrage est doté de moments marquants, à l’image d’une conclusion qui rappelle avec un optimisme déroutant que certaines absences sont immuables. La magie n’ouvre pas forcément la porte au conte de fées mais toujours à l’espoir, et Pixar réussit, une nouvelle fois, à évoquer des questions universelles avec une créativité, un humour et une sincérité qui les rendent accessibles aux plus petits. Et qui serrent le cœur des plus grands, conscients que la quête de Barley et Ian est l’une des plus périlleuses.

Un univers foisonnant

En s’inspirant de sa propre vie de famille, et en particulier de sa relation avec son frère, Dan Scanlon confère une profondeur extrêmement touchante à ce qui est aussi un récit d’heroic fantasy entraînant. L’appel de l’aventure, les doutes vis-à-vis de l’extraordinaire, le voyage et la rencontre d’alliés ou d’ennemis… Toutes les étapes de la quête sont respectées et amenées avec un rythme qui ne faiblit pas.

"En avant"' : Critique du nouveau film d'animation des studios Disney Pixar.

En avant réussit par ailleurs là où Bright échouait dans sa manière de faire évoluer des créatures fantastiques dans un environnement urbain. Certaines idées sont hilarantes et servent généralement le scénario, à l’image des fées motardes qui démarrent au quart de tour, ou du rétrécissement temporaire de Barley. Les clins d’œil sont nombreux, de la légende arthurienne à l’univers de Tolkien, en passant par des classiques de Disney comme Taram et le chaudron magique, mais le film ne tombe à aucun moment dans la surenchère de références. Enfin, la composition des frères Jeff et Mychael Danna accentuent le souffle épique du long-métrage.

Drôle, touchant, subtil et dynamique, En avant est une nouvelle réussite pour Disney Pixar. Les studios sont toujours aussi doués pour la caractérisation de leurs personnages, auxquels on s’attache même lorsqu’il s’agit de simples jambes sans buste, et dans leur capacité à stimuler l’imaginaire.

 

En avant, de Dan Scanlon, en salle le 4 mars 2020. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.