ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Enragé : un sale quart d'heure avec Russell Crowe

Enragé : un sale quart d'heure avec Russell Crowe

CRITIQUE / AVIS FILM - Russell Crowe décide de faire régner sa loi et de punir les incivilités au volant dans "Enragé", thriller nerveux dans lequel le comédien est plus effrayant que jamais.

Russell Crowe enragé au volant

Le monde a-t-il sombré dans un débordement de violences insensées ? Si vous passez quelques heures sur des réseaux sociaux comme Twitter, vous en serez sûrement convaincus. Mais à en croire Enragé, réalisé par Derrick Borte, c’est surtout sur la route que les incivilités sont devenues légion. Le film commence en effet par des images d’informations montrant la violence de conducteurs en pleine crise de nerfs. Au volant, et à bout, il en faut peu pour qu’un chauffeur pète les plombs et envoie valdinguer les autres voitures sur son passage. Dans Chute libre (1993), un simple refus d’un McMorning et Michael Douglas sortait une mitraillette en plein fast food. Là, une queue de poisson et c’est le crash assuré.

Ajoutez à cela des réductions budgétaires dans les services de l’ordre, des effectifs amoindris et débordés, et tout les ingrédients sont là pour que la moindre étincelle mène à un embrasement. Russell Crowe, lui, est déjà bouillant lorsque débute Enragé. Et dès la première scène il lâche sa fureur sur un couple. Alors quand Rachel (Caren Pistorius), une mère de famille débordée et en retard, le klaxonne, son sang ne fait qu’un tour et il décide de lui faire passer une très mauvaise journée. A bord de son pick up, Tom Hunter (qui porte bien son nom) va la poursuivre et lui faire payer cette absence de courtoisie.

Critique / Avis film Enragé : Russel Crowe va vous faire passer un sale quart d’heure

Un thriller nerveux mais qui dérape trop

On retrouve là un concept assez proche de l’efficace Duel (1971) de Steven Spielberg, où un pauvre représentant en informatique est poursuivi par un camion. Ici, c’est Russell Crowe qui fait office de poids lourd. Plus bouffie et imposant que jamais, il ferait passer le Maximus de Gladiator (2000) pour un poids plume. Et forcément, en l’opposant à Caren Pistorius, 50 kilos tout mouillés, le contrastes est d'une efficacité redoutable. Sur le papier, Enragé avait donc tout d’une sympathique série B bien tendue. L’identification avec Rachel se fait sans difficulté et permet de rendre crédible, autant que faire se peut, la situation. On s’imagine tout à fait dans la peau de Rachel, être aux prises avec un conducteur violent et intimidant.

Critique / Avis film Enragé : Russel Crowe va vous faire passer un sale quart d’heure

Le problème, c’est que rapidement le film tombe dans une surenchère assez grotesque. Hunter ne se contentant pas de poursuivre Rachel, mais allant massacrer pas mal de monde avant que quiconque n’intervienne. Certes, le film évoque en introduction les effectifs réduits de la police. Mais difficile de croire que dans la ville où se trouve Rachel il n’y ait pas le moindre poste de police à 50 kilomètres à la ronde. Et dans un pays bien armé comme l’Amérique, il y a une certaine ironie à voir l'inaction des civils devant un tel massacre de sang froid. Une facilité parmi d'autres du scénario, comme en atteste également la raison à peine évoqué de la brutalité d'Hunter.

Ainsi, cette escalade de violence empêche le film de maintenir son emprise sur l’audience, en dépit même de Russell Crowe, absolument effrayant. Également, rien n’amène vraiment Rachel à trouver une force intérieure pour affronter ce monstre. On se souvient par exemple de Plus jamais (2002) où Jennifer Lopez s’entraîne au combat pour faire face à un homme violent. Dans Enragé, seule une tactique à Fortnite imaginée par son fils aide Rachel à piéger à son tour son poursuivant. Avec uniquement Russell Crowe en tête d’affiche (et une apparition de Jimmi Simpson), Enragé roule donc à sens unique, mais laisse sur le bord de la route.

 

Enragé de Derrick Borte, en salle le 19 août 2020. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

Voir aussi

J'irai mourir dans les Carpates : la galère de trop pour Antoine de Maximy ?

J'irai mourir dans les Carpates : la galère de trop pour Antoine de Maximy ?

CRITIQUE / AVIS FILM - "J'irai mourir dans les Carpates" emmène Antoine de Maximy, Alice Pol et ses potentiels spectateurs dans une mésaventure gênante.