ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Inglourious Basterds : l'Histoire revue et corrigée par Quentin Tarantino

Inglourious Basterds : l'Histoire revue et corrigée par Quentin Tarantino

CRITIQUE / AVIS CINÉMA - Deux ans après le décevant "Boulevard de la Mort", Quentin Tarantino signait "Inglourious Basterds", un film de guerre au casting de luxe qui rejoue l'Histoire à sa manière en exterminant des nazis sous son Sacro-saint autel du cinéma.

Inglourious Basterds : un film de guerre différent

Été 2009, après une présentation en grande pompe au Festival de Cannes, Quentin Tarantino sort dans les salles son Inglourious Basterds. Film sur la Seconde Guerre mondiale qui aborde l'Histoire avec de grandes largesses. La promesse, dite comme ça, fait rêver.

Découpé en plusieurs chapitres, le film se déroule dans les années 40 et suit principalement la bande menée par Aldo Raine (Brad Pitt). En compagnie de vaillants soldats, le lieutenant traque les nazis et leur donne une bonne leçon. Leurs actes rendent fou le Führer, qui se sent en position de faiblesse face à eux. Ces scalpeurs de nazis se font appeler les Bâtards et ils vont essayer de monter un plan pour détruire le Troisième Reich. En parallèle, la jeune Shosanna Dreyfus (Mélanie Laurent) veut se venger du SS (Christoph Waltz) qui a tué sa famille sous ses yeux.

Une introduction fantastique, avant que la mécanique ne s'épuise

Inglourious Basterds délivre sa note d'intention avec sa première séquence. Dans la campagne française, un homme qui vit avec ses trois filles reçoit la visite d'une délégation nazie commandée par le colonel Hans Landa. Sa réputation de dénicheur de juifs le précède et il fait rarement le déplacement pour rien. Le Français Perrier Lapadite (Denis Ménochet) sait que cette visite ne dit rien qui vaille mais il tente de donner le change pour ne pas révéler qu'il cache des Juifs sous son plancher. Une longue scène de discussion s'enclenche. Pendant quasiment une vingtaine de minutes, Quentin Tarantino joue avec nos nerfs, distillant les révélations avec précision. Ce premier chapitre trouve sa conclusion dans un déferlement de violence et présente aux spectateurs le schéma qui va être repris pendant tout Inglourious Basterds.

Inglourious Basterds : l'Histoire revue et corrigée par Quentin Tarantino
Copyright Universal Pictures International France

Il y aura donc beaucoup de parlotte puis un peu de violence quand les mots ne seront plus suffisants. Un maniement du rythme et de la tension dans lequel excelle le metteur en scène. Son cinéma est gorgé de ces moments où les dialogues prennent le pas sur l'action. C'est l'un des arguments qui a fait le succès de Pulp fiction... Et qui a occasionné le ratage Boulevard de la mort. La réussite d'Inglourious Basterds se situe à mi-chemin entre ces deux films. L'ennui de son projet Grindhouse n'est pas atteint mais on n'approche pas le sublime de sa Palme d'or - ni ce qu'il fera brillamment plus tard dans Les Huit salopards.

Quand bien même le style tarantinien n'est plus une surprise, aborder le film de guerre en laissant primer les longues phases dialoguées au détriment d'une violence physique a tout d'un contre-pied. Le talent de Quentin Tarantino fait que les mots qu'il met dans la bouche de ses personnages sont savoureux. Son découpage chapitré lui permet de répéter la dynamique qu'il affectionne à plusieurs reprises, sans réitérer l'exploit de sa formidable introduction. Le spectateur, dans tout ça ? Il regarde ce beau monde se parler, dans des scènes qui titillent notre intérêt irrégulièrement. On pointera du doigt en particulier les longs passages avec Mélanie Laurent lors de la première heure.

Tarantino bouscule le cours de l'Histoire

Le film a beau s'inscrire dans un contexte historique, les faits qu'il présente ne sont en rien réels. Les Bâtards et l'Ours Juif n'ont jamais existé, Hans Landa non plus. Quentin Tarantino met en scène une version fictionnée de la Seconde Guerre mondiale qui n'a pas vocation à respecter ce qu'on nous apprend à l'école. Sa démarche, bien plus belle, consiste à se servir du cinéma comme prisme pour remodeler le cours de l'histoire. Le passé ne peut pas être modifié dans la réalité.

Inglourious Basterds : l'Histoire revue et corrigée par Quentin Tarantino
Copyright Universal Pictures International France

Sa foi, indéfectible, envers le 7ème art lui laisse penser qu'il a le droit de corriger le tir. Et quel plus impérial temple qu'une salle de cinéma pour exterminer des nazis ? Dans son dernier mouvement, Inglourious Basterds diverge de manière extrême avec l'Histoire en permettant à une Juive de se venger par le feu lors d'une avant-première en présence d'Hitler et ses copains. Cet inoubliable plan de l'écran sur lequel est projeté le visage de Shosanna, surplombant les flammes, est une idée formidable.

Quentin Tarantino mélange ses références de geek du cinéma, comprises par une niche, avec celles historiques qui sont communes au plus grand nombre. Là-dessus, Inglourious Basterds préfigure ce qu'on verra plus tard dans Once Upon a time... In Hollywood. En plus réussi.

 

Inglourious Basterds de Quentin Tarantino. Ci-dessus la bande-annonce. Découvrez toutes nos bandes-annonces ici. 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Mank : la leçon magistrale de David Fincher

Mank : la leçon magistrale de David Fincher

CRITIQUE / AVIS FILM - Mank" de David Fincher est un film éblouissant, écrit, mis en scène et interprété avec un brio rare. Déclaration d'amour autant que lettre de défiance au 7ème art, le film est déjà un grand événement cinématographique de 2020.