ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Klaus : les origines du mythe de Noël racontées avec beaucoup de sensibilité

Klaus : les origines du mythe de Noël racontées avec beaucoup de sensibilité

CRITIQUE / AVIS FILM - À un peu plus d'un mois de Noël, Netflix sort son premier film d'animation. "Klaus" raconte les origines du père Noël à travers une animation superbe et une sensibilité revigorante.

Réalisé par Sergio Pablos, Klaus est le premier film de Noël de cette année 2019. Alors que la fête annuelle est dans plus d'un mois, Netflix sort son premier film hivernal. Klaus est également le premier film d'animation produit par la plateforme. Avec ce métrage, le cinéaste fait ses débuts en solo, après avoir fait ses armes sur Moi, Moche et Méchant et sur Yéti & Compagnie. Klaus réunit un casting vocal en VO notamment composé de Jason Schwartzman, Rashida Jones, Joan Cusack et surtout J.K. Simmons dans la peau du père Noël.

Une idée novatrice

Sergio Pablos a la bonne idée de jouer avec les clichés du moment. Hollywood aime revenir aux origines, aux bases d'une saga, avec de nombreux préquels. Toutes les franchises y passent : Alien, Harry Potter, Le Seigneur des Anneaux, Star Wars, etc... Chaque grande saga voit tôt ou tard un retour en arrière. Un concept qui envahit Hollywood même jusque dans les contes de Noël. Parce que l'idée du réalisateur repose sur cette notion. Sergio Pablos décide d'imaginer les origines du père Noël. Il choisit d'écrire la base du plus grand mythe enfantin de l'histoire.

Klaus : les origines du mythe de Noël racontés avec beaucoup de sensibilité

L'idée est bonne, et finalement plutôt novatrice. L'histoire raconte comment Jesper, un jeune postier protégé par les prérogatives de sa condition de riche enfant, est parachuté dans une ville éloignée de tout. Le voilà prisonnier du grand froid, obligé de réunir 6000 lettres en un an. Il va rencontrer le vieux Klaus, un individu mystérieux. De ce postulat va débuter une histoire passionnante, un mythe pour enfants retravaillé, plein de poésie et de sensibilité.

Un très joli conte de Noël

Vive la période de Noël. Une époque qui réserve de nombreux métrages autour de cette fête de fin d'année, autour de la neige et surtout de l'amour. Tandis que l'année dernière Netflix avait ouvert les hostilités avec le décevant Les Chroniques de Noël, cette fois, la plateforme est prête. Parce que Klaus est une véritable réussite, autant visuelle que narrative. Un premier cadeau qui réchauffera les cœurs et mouillera les yeux. Klaus offre des ressorts émotionnels extrêmement forts. Ces derniers jouent avec les souvenirs de l'enfance, et viennent expliquer le plus grand fantasme des premières années d'une vie. Sergio Pablos vient réveiller des souvenirs enfouis avec énormément de bienveillance. Le long-métrage ne tombe pratiquement jamais dans le pathos (à part quelques rares séquences un peu forcées), et sert une histoire douce. Il n'oublie pas d'aborder les traditionnels thématiques d'entraide et de fraternité, traitées avec beaucoup de subtilité.

Klaus : les origines du mythe de Noël racontés avec beaucoup de sensibilité

La sensibilité et la bienveillance sont les morts d'ordre de ce long-métrage revigorant. Le film mélange les genres, passant de la comédie pure au drame délicat. Touchant au possible, Klaus est un superbe conte de Noël qui réconciliera même les plus réticents à ce type de métrage. Et puis visuellement c'est superbe, proposant des couleurs et une animation précises. Cette phrase n'a été que trop employée mais Klaus est véritablement un divertissement intelligent pour les petits comme les grands. Sergio Pablos y signe une conclusion déchirante, à l'origine du mythe du Père Noël.

Klaus de Sergio Pablos, sur Netflix dès le 15 novembre. Ci-dessus la bande annonce. Retrouvez toutes nos bandes annonces ici. 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Connectés : un film opportuniste sur le confinement

Connectés : un film opportuniste sur le confinement

CRITIQUE / AVIS FILM – Le 12 novembre dernier, Amazon Prime Video a publié une de ses productions originales : « Connectés ». Une proposition ratée qui tente de surfer sur le confinement relatif au Covid-19.