La Guerre des Lulus : une adaptation ambitieuse mais inégale

La Guerre des Lulus : une adaptation ambitieuse mais inégale

CRITIQUE / AVIS FILM - Après "Jeux d'enfants" et "La Guerre des boutons", Yann Samuell est de retour avec "La Guerre des Lulus". Une adaptation ambitieuse mais qui ne réussit pas à faire cohabiter le caractère rêveur de ses jeunes héros et l'horreur de la Première Guerre mondiale.

La Guerre des Lulus : les enfants perdus

Plus de dix ans après sa version de Le Guerre des boutons, Yann Samuell s'attaque à La Guerre des Lulus. Une adaptation de la bande dessinée éponyme créée par Régis Hautière et Hardoc, qui débute dans un village de Picardie. À son arrivée dans un pensionnat, Ludwig (Léonard Fauquet) se lie d'amitié avec Lucas (Tom Castaing), Luigi (Mathys Gros) et Lucien (Loup Pinard).

La Guerre des Lulus
La Guerre des Lulus ©Wild Bunch Distribution

Ensemble, ils forment les Lulus et partagent une envie d'aventure, ignorant gentiment les mises en garde de l'abbé Turpin (François Damiens) et de Mr. Letellier (Alex Lutz). Lorsque la Première Guerre mondiale éclate, le petit groupe se retrouve livré à lui-même dans la campagne française. Les garçons multiplient alors les rencontres, dont celle avec la jeune Luce (Paloma Lebeaut) qui rejoint très vite la bande, et sont confrontés à la cruauté et l'horreur.

Des scènes impressionnantes

Si les différents chapitres de La Guerre des Lulus ne se valent pas, ils permettent en tout cas à Yann Samuell d'investir des cadres variés. Les enfants s'égarent dans la forêt, avant de s'installer dans un village dévasté pour ensuite reprendre la route et se retrouver sur le champ de bataille...

Le long-métrage affiche une véritable ambition et témoigne de l'envie de proposer un récit initiatique aussi riche visuellement que dans son écriture. Si certains personnages secondaires disparaissent soudainement pour ne plus revenir, ce qui souligne la fatalité du conflit, d'autres ont une véritable évolution malgré leur temps de présence minime à l'écran.

La Guerre des Lulus
La Guerre des Lulus ©Wild Bunch Distribution

C'est par exemple le cas du professeur joué par Alex Lutz, pacifiste brisé par la guerre que les enfants ne reconnaissent plus quand ils le croisent dans les tranchées. Une séquence très réussie, où la tétanisation des Lulus perdus dans les balles et la poussière se ressent parfaitement. Isabelle Carré, Ahmed Sylla, Didier Bourdon et Luc Schiltz interprètent également des personnages très touchants qui résistent chacun à leur manière, offrant ainsi des repères à des adolescents contraints de grandir trop vite.

Un manque d'équilibre

Yann Samuell ne veut donc pas occulter l'horreur de la guerre, le film alternant entre moments de joie et moments de peine, de manière assez mécanique. La Guerre des Lulus ne réussit hélas pas à trouver l'équilibre entre le caractère rêveur de ses héros emportés dans des événements qui les dépassent et la tristesse qu'ils n'auraient pas dû connaître à leur âge.

La Guerre des Lulus
La Guerre des Lulus ©Wild Bunch Distribution

Si le long-métrage balance entre ces opposés sans parvenir à les concilier à l'écran, c'est en partie à cause de l'interprétation hésitante des jeunes acteurs. L'autre déception vient de la sensation d'inachevé que laisse la conclusion. Le film ouvre logiquement la porte à un deuxième opus et laisse plusieurs questions sur le passé des enfants en suspens. Un choix qui empêche le spectateur de s'attacher complètement aux héros. Et malgré l'élan que souhaite provoquer la scène finale, l'intérêt pour une éventuelle suite est malheureusement absent.

La Guerre des Lulus de Yann Samuell, en salles le 18 janvier 2023. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Pour la France : un combat pour la dignité avec Karim Leklou

Pour la France : un combat pour la dignité avec Karim Leklou

CRITIQUE / AVIS FILM – "Pour la France" de Rachid Hami, immerge avec pudeur le spectateur dans la vie d’une famille brisée par un drame survenu dans une institution militaire. Avec Karim Leklou, Shaïn Boumedine et Laurent Lafitte.