ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

L’Aventure des Marguerite : entre Freaky Friday et Camille redouble

L’Aventure des Marguerite : entre Freaky Friday et Camille redouble

CRITIQUE / AVIS FILM - Après "Sahara" en 2017, Pierre Coré réalise "L'Aventure des Marguerite", où une adolescente, Margot, change d'époque avec Marguerite, son équivalent de 1942. Une comédie fraîche avec Clovis Cornillac, Alice Pol, et portée par la jeune Lila Gueneau.

Un concept efficace

On a déjà vu au cinéma des films se reposer sur des concepts temporels, comme le retour d’un personnage dans son passé (Camille redouble, Peggy Sue s’est mariée, 17 ans encore), ou, dans une autre mesure, l’échange de corps entre deux personnes (Freaky Friday, Echange standard). Pierre Coré, auteur de livres jeunesse et réalisateur du film d'animation Sahara en 2017, a de son côté mixé les deux thèmes avec L'Aventure des Marguerite. Ici, l’adolescente Margot, vivant de nos jours, est téléportée en pleine Seconde Guerre mondiale. En même temps, Marguerite, son double de 1942, est envoyée dans notre présent. Un phénomène provoqué par une malle magique présente dans leurs maisons respectives.

Outre leur physique identique, les deux jeunes filles ont pour point commun l’absence de père. Margot est l’archétype de l’ado en colère depuis le divorce de ses parents et le départ de son père en Australie. Résultat, c’est son beau-père Laurent (Clovis Cornillac) qui trinque. Et puisque tous les deux ont du mal à s’entendre, la mère de Margot décide de les laisser se débrouiller ensemble pendant trois jours. S’ils ne parviennent pas à cohabiter, ce sera pension pour l’une, et rupture pour l’autre.

CRITIQUE / AVIS L’Aventure des Marguerite : une agréable comédie française

Du côté de Marguerite, son père est un soldat porté disparu. En dépit d’un quotidien à l’écart des combats, la jeune fille broie du noir sans nouvelles de sa part. Elle peut tout de même compter sur sa tante (Alice Pol) pour la soutenir. Margot et Marguerite  sont donc liées par une cause commune. Et on comprend que l’échange effectué entre elles ne pourra revenir à la normale que si chacune règle le problème de l’autre : retrouver le père de Marguerite sur le front, et faire de Laurent la figure paternelle dont a besoin Margot.

Une comédie agréable et intelligente

Alors que les comédies françaises mettant en scène des enfants ou des adolescents ont trop souvent tendance à sombrer dans une lourdeur affligeante, L’Aventure des Marguerite sort clairement du lot. Bien que le récit d’ensemble ne soit pas particulièrement révolutionnaire, le film, jamais enfantin, dispose d’une qualité d'écriture des dialogues notable. On sait bien que pour faire "jeune" certaines productions forcent le trait sur la représentation des adolescents (des exceptions évidemment comme Les Beaux gosses). Ce n’est pas le cas ici. A aucun moment la jeune Lila Gueneau ne surjoue. Son naturel, que ce soit avec des répliques tantôt adaptées à notre époque, tantôt à 1942, est particulièrement agréable. Et sans aller dans une opposition extravagante des deux personnages, elle fait de Marguerite une variation cohérente et crédible de Margot.

Ainsi, bien qu’à ses côtés Clovis Cornillac et Alice Pol sont toujours bons dans leurs styles habituels (Clovis Cornillac bourru, Alice Pol légère et enthousiaste), c’est bien la jeune comédienne qui porte L’Aventure des Marguerite et se révèle en apportant une vraie fraîcheur. Notons également la présence de Nils Othenin-Girard, déjà remarqué dans Simon et Théodore, et ici au diapason avec le reste du casting pour donner au film, autant que faire se peut, une image vraie des adolescents.

CRITIQUE / AVIS L’Aventure des Marguerite : une agréable comédie française

De son côté, Pierre Coré, sans offrir grand chose visuellement (une récurrence dans la comédie française), parvient à maintenir un rythme soutenu tout au long du film. Pour cela, l’utilisation des deux époques aide. Et les conditions de vie en 1942, avec la présence allemande, offrent une touche d’émotion. L’Aventure des Marguerite alterne ainsi entre un humour de situation et une part plus sentimentale, avec toujours au centre un enjeu clair : la relation père / fille. Ajoutez à cela un regard malin sur notre époque - une certaine forme d'aberration dans les nouvelles technologies révélée par le regard de Marguerite, ou les phrases de Margot à sa tante sur la condition des femmes - et il ressort de L’Aventure des Marguerite une comédie française intelligente et drôle qui tombe à pic.

 

L'Aventure des Marguerite de Pierre Coré, en salle le 14 juillet 2020. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

Voir aussi

La Haine : 25 ans après, on n'a toujours pas atterri

La Haine : 25 ans après, on n'a toujours pas atterri

CRITIQUE / AVIS FILM - Le 31 mai 1995, le cinéma français était bousculé. L’un des immenses classiques de notre ère et de notre pays voyait le jour : "La Haine", un film puissant, impactant, universel et extrêmement d’actualité.