Le Secret de la cité perdue : Channing Tatum à la rescousse de Sandra Bullock

Une aventure classique

Le Secret de la cité perdue : Channing Tatum à la rescousse de Sandra Bullock

CRITIQUE / AVIS FILM - Sandra Bullock et Channing Tatum se retrouvent embarqués dans une aventure sans saveur et bien trop classique avec "Le Secret de la cité perdue".

Quand une romancière part à l'aventure

Le Secret de la cité perdue s'ouvre sur Sandra Bullock et Channing Tatum en bien mauvaise posture. Tous les deux attachés dans un tombeau et entourés de serpents, la référence à Indiana Jones et les aventuriers de l'arche perdue (1981) est évidente et aussitôt tournée en dérision. Sandra Bullock s'adresse à son ennemi et pointe les clichés du genre avant d'effacer comme par magie les éléments autour d'elle. Car, en réalité, la comédienne n'est pas une aventurière mais incarne ici Loretta Sage, une auteure de romans d'aventure. En dépit de son succès, la romancière s'est renfermée sur elle-même depuis la disparition de son mari. Elle se doit malgré tout de se soumettre aux événements promotionnels de son dernier ouvrage, en compagnie d'Alan, le mannequin à l'air benêt dont elle s'est inspirée pour créer son personnage de Dash.

Le Secret de la cité perdue
Le Secret de la cité perdue ©Paramount Pictures

C'est justement lors d'une rencontre avec ses fans que Loretta est enlevée par le riche Fairfax (Daniel Radcliffe). Ce dernier souhaitant retrouver une cité perdue évoquée par Loretta dans son dernier roman. Elle se retrouve ainsi catapultée dans la jungle tandis que le maladroit Alan s'empresse d'aller la sauver. Le duo va vivre une aventure dangereuse mais passionnante comme Loretta en a écrit de nombreuses dans ses ouvrages. Une expérience qui lui permettra de se reconstruire, de vivre à nouveau et de découvrir un Alan moins superficiel qu'elle ne l'imagine.

Une comédie encore trop sérieuse

Sur le papier, Le Secret de la cité perdue a tout d'une comédie d'aventure efficace comme on a pu en voir auparavant. Outre Indiana Jones, on repense avant tout au film de Robert Zemeckis À la poursuite du diamant vert (1984). Dans ce dernier, c'est Kathleen Turner qui jouait une romancière obligée de s'envoler pour la Colombie pour retrouver sa sœur kidnappée. Et pour l'aider dans son aventure, Michael Douglas s'en donnait à cœur joie. Malheureusement, la fraîcheur du film de Zemeckis ne se ressent jamais véritablement dans Le Secret de la cité perdue.

Le Secret de la cité perdue
Le Secret de la cité perdue ©Paramount Pictures

Comme beaucoup de productions actuelles, le long-métrage mise sur un humour sarcastique avec des personnages trop outranciers pour être plausibles. Seulement, plutôt que de jouer à fond la carte de la comédie (comme  Jumanji en 2017, ou de manière encore plus décalée Le Magnifique en 1973), le film reste accroché à un certain sérieux. Du moins, après une première demi-heure assez sympathique, comme c'était le cas pour Dora et la Cité perdue (2019) du même studio Paramount.

Channing Tatum convaincant, mais pas Sandra Bullock

C'est dans cette première partie que le film amuse le plus. Notamment grâce à l'intervention aussi courte qu'hilarante de Brad Pitt. Par la suite, Le Secret de la cité perdue enchaîne les gags prévisibles sans oser aller au bout du ton burlesque espéré. Et bien que Channing Tatum semble s'impliquer réellement, quitte à se tourner en ridicule, c'est loin d'être le cas pour Sandra Bullock. La comédienne ne dégage ni énergie, ni sincérité. Elle se contente alors du minimum sans donner le sentiment de prendre le moindre plaisir, faisant de Loretta un personnage plat pour lequel on peine à éprouver de l'empathie.

Bien dommage car on sent une volonté de bien faire de la part de la production. En atteste les décors naturels utilisés qui ont tout pour émerveiller. Au-delà de cela, Le Secret de la cité perdue reste bien trop anecdotique. Construit sur un scénario trop classique et déjà daté, pas même sauvé par des seconds rôles lourdingues et inutiles.

Le Secret de la cité perdue d'Aaron Nee et Adam Nee, en salles le 20 avril 2022. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Chronique d’une liaison passagère : l’amour manqué de deux amants

Chronique d’une liaison passagère : l’amour manqué de deux amants

CRITIQUE / AVIS FILM - Vincent Macaigne et Sandrine Kiberlain portent brillamment "Chronique d’une liaison passagère" d'Emmanuel Mouret, sa nouvelle comédie romantique sur l'amour éphémère de deux amants.