Les Cyclades : une comédie solaire pour Laure Calamy et Olivia Côte

Les Cyclades : une comédie solaire pour Laure Calamy et Olivia Côte

CRITIQUE / AVIS FILM - Avec "Les Cyclades", Marc Fitoussi raconte une histoire d'amitié solaire et plus douce qu'amère. Olivia Côte et Laure Calamy brillent dans ce buddy movie où le soleil vient autant du ciel grec que de leur générosité.

Laure Calamy et Olivia Côte au soleil

Du soleil, forcément. Celui de la Grèce, celui de l'optimisme, celui surtout de deux actrices qui dominent leur sujet avec une joie communicative. La comédie Les Cyclades de Marc Fitoussi appartient à ces authentiques comédies françaises qui s'amusent à croiser des codes et des univers populaires du cinéma comique. Et l'exercice n'est pas des plus simples. Il a du buddy et du road movie dans Les Cyclades, avec deux clowns sur une route qui mène très vite vers l'inconnu. Il y a des références au cinéma et une touchante nostalgie adolescente, avec la musique d'Eric Serra pour Le Grand Bleu en guise d'introduction à une histoire d'amitié périlleuse.

Les Cyclades
Les Cyclades ©Memento Distribution

Magalie (Laure Calamy) et Blandine (Olivia Côte) étaient les meilleures amies à la période du collège. Et puis il y a eu des ratés, un déménagement, les années ont passé. Maintenant quarantenaires, Blandine n'est pas loin de la dépression suite à son divorce, n'a jamais vraiment un mot plus haut que l'autre et s'ennuie poliment dans sa vie de manipulatrice en radiologie. Magalie est elle journaliste musicale freelance, véritable pile électrique spécialiste de la débrouille et toujours souriante jusqu'aux oreilles. Un jour que le fils de Blandine tombe sur un cd de la musique du Grand Bleu appartenant à Magalie dans les affaires de sa mère, il force leurs retrouvailles. Espérant ainsi sortir sa mère de sa torpeur. Ni une ni deux, après un dîner hilarant où elles reprennent difficilement contact, les voilà en partance pour Amorgos.

Une histoire d'amitié à l'équilibre fragile

Évidemment, rien ne va se passer comme prévu. Le voyage dans les Cyclades se transforme en un vagabondage où aux magouilles généreuses de Magalie répondent les vannes pince-sans-rire de Blandine. Mais Blandine n'est peut-être pas la plus triste des deux. Comme Magalie n'est pas forcément la plus entourée...

Les deux actrices, dont l'alchimie est exemplaire dans l'exercice du buddy movie, disposent des lignes nécessaires pour faire rire, émouvoir, s'aimant et se détestant à un rythme plaisant. Il y a dans Les Cyclades un air persistant de leur formidable scène dans Antoinette dans les Cévennes, deux femmes sur une route qui règlent leurs bons et mauvais comptes. La mise en scène de Marc Fitoussi est aussi à leur service, mais se montre souvent trop sobre pour rendre parfaitement les vertiges de l'amitié de Blandine et Magalie.

Les Cyclades
Les Cyclades ©Memento Distribution

Au cours de leurs péripéties, elles vont retrouver une amie de Magalie, Bijou (Kristin Scott Thomas), grande bourgeoise au mode de vie hippie installée à Mykonos. Si le trio qu'elle forme à un moment fonctionne bien, le personnage de Bijou existe surtout pour sa fonction dramatique dans l'amitié des deux autres. Dommage, puisqu'en négatif son univers apparaît alors comme un artifice et handicape l'entame des sujets plus complexes de la comédie Les Cyclades. Parce que si le film garde surtout en objectif principal l'humour et la légèreté, il propose aussi une vue plus grave sur un ensemble de violences, symboliques et concrètes. Cet équilibre, qui se cherche à partir du mitan du récit, ne se trouve malheureusement jamais entièrement. En dépit de la grande générosité et de la qualité du jeu de ces interprètes principales, atouts majeurs de cette comédie agréable.

Les Cyclades de Marc Fitoussi, en salles le 11 janvier 2023. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

La Tour : le cauchemar claustrophobe de Guillaume Nicloux

La Tour : le cauchemar claustrophobe de Guillaume Nicloux

CRITIQUE / AVIS FILM - Dans "La Tour", les habitants d'un immeuble se retrouvent pris au piège à cause d'une étrange matière noire. Un point de départ que Guillaume Nicloux met rapidement de côté pour montrer que l'être humain est capable du pire par instinct de survie.