MENU
Accueil > Critiques > Critiques Cinéma/VOD > Les Plus belles années d’une vie : les retrouvailles entre un homme et une femme

Les Plus belles années d’une vie : les retrouvailles entre un homme et une femme

CRITIQUE / AVIS FILM. Claude Lelouch est de retour à Cannes avec « Les plus belles années d’une vie », la suite de son classique de 1966 : « Un Homme et une Femme », qui avait à l’époque remporté la Palme.

En 1966, Claude Lelouch remportait La Palme d’Or avec son film Un Homme et une Femme. Porté par Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée, le long métrage est une belle et difficile histoire d’amour parmi tant d’autres entre deux individus qui ont perdu leur précédent compagnon. Plus de cinquante ans plus tard, Lelouch est de retour sur la croisette (hors-compétition) avec Les Plus belles années d’une vie, où il réunit son casting. Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée reviennent dans leurs personnages, même Antoine Sire et Souad Amidou reprennent leurs rôles, alors enfants dans le film de 1966. Les plus belles années d’une vie est un touchant regard tourné vers le passé, une allégorie déchirante du temps qui passe.

La triste mélancolie du temps qui passe

Le film de Lelouch, suite de son classique Un Homme et une Femme, est une œuvre déchirante. Très triste, de part sa dimension mémorielle mise en avant, Les plus belles années d’une vie est un regard nostalgique sur le temps qui passe, sur les regrets, sur les actes manqués. Une histoire douloureuse, une romance émouvante, une relation bouleversante entre deux êtres humains séparés par les aléas de l’existence, par des erreurs et des trahisons. Claude Lelouch met en scène une destructrice vision de la vieillesse, du temps qui file entre les doigts. Les deux protagonistes sont extrêmement touchants, déjà grâce à leur rapport au premier film, qui donne une crédibilité totale à l’intrigue, ensuite parce que ce sont de grands acteurs qui les incarnent. Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée sont parfaits dans leurs rôles qu’ils n’ont pas repris depuis 1966. Ils sont les vestiges d’une époque révolue, d’une jeunesse disparue, l’héritage d’un temps dépassé, et l’aspect réaliste prend tout son sens grâce à la dimension de succession par rapport au premier film. Peut-être s’agit-il du film testamentaire de Claude Lelouch, tant son approche est tournée vers le passé, avec notamment l’incursion de flash-backs directement empruntés à Un Homme et une Femme.

Les plus belles années d’une vie est un rendez-vous qui vient achever une histoire de plus de 50 ans, qui vient réparer le temps passé séparé, qui cherche à prolonger indéfiniment l’amour, le bonheur et la jeunesse de l’esprit. Le film de Lelouch est une œuvre universelle, où les images d’hier se combinent avec celles d’aujourd’hui. Avec son montage qui oppose les séquences de Un Homme et une Femme et celles de Les plus belles années d’une vie, Claude Lelouch crée une relation intemporelle, bouleversante dans sa capacité à passer d’une époque à l’autre espacée de 53 ans en une seule seconde.

Des ressorts émotionnels indestructibles

Anne Gauthier (Anouk Aimée) et Jean-Louis Duroc (Jean-Louis Trintignant) se sont connus il y a des décennies, mais leur chemin se sont séparés. Après des années de silence, le fils de Jean-Louis vient à la rencontre de Anne, son père perd la mémoire, et elle est la seule femme qu’il cite en permanence. Claude Lelouch aborde la difficile punition de la perte de mémoire. Il met en scène un homme au crépuscule de sa vie, dont les souvenirs partent petit à petit en fumée. Mais une chose reste ancrée à jamais : l’amour d’une vie. Les souvenirs demeurent une énigme inexplicable, portés par les sentiments inébranlables d’une vie. Claude Lelouch met en scène cette délicieuse retrouvaille avec une certaine légèreté, avec un sentimentalisme touchant, avec beaucoup d’émotion.

Lelouch signe une œuvre extrêmement touchante sur le temps qui passe, la nostalgie d’une vie passée, d’un amour perdu. C’est déchirant, habile et intelligent dans son rapport à Un Homme et une Femme. Le duo d’acteurs est très attachant, terriblement touchant, notamment dans leur opposition avec leur jeunesse, avec les images de Un Homme et une Femme sorties d’un autre temps. Le travail des deux interprètes est d’une justesse absolue, sans doute eux même très touchés de reprendre leurs rôles 53 ans plus tard. Les plus belles années d’une vie est une œuvre émotionnellement très forte qui ne devrait pas laisser la croisette passive.

 

Les Plus belles années d’une vie en salles le 22 mai. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

En 1966, Claude Lelouch remportait La Palme d'Or avec son film Un Homme et une Femme. Porté par Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée, le long métrage est une belle et difficile histoire d'amour parmi tant d'autres entre deux individus qui ont perdu leur précédent compagnon. Plus de cinquante ans plus tard, Lelouch est de retour sur la croisette (hors-compétition) avec Les Plus belles années d'une vie, où il réunit son casting. Jean-Louis Trintignant et Anouk Aimée reviennent dans leurs personnages, même Antoine Sire et Souad Amidou reprennent leurs rôles, alors enfants dans le film de 1966. Les plus belles années…

Conclusion

Note de la rédaction

Lelouch signe une œuvre extrêmement touchante sur le temps qui passe, la nostalgie d’une vie passée, d’un amour perdu. C’est déchirant, habile et intelligent dans son rapport à "Un Homme et une Femme".

Note spectateur : 2.13 ( 14 notes)
Voir aussi
J’accuse : la grande oeuvre de Polanski et de Dujardin

Avec "J'accuse", Roman Polanski revient sur l'épisode de l'affaire Dreyfus, qui a provoqué une crise politique majeure en France à la fin du 19ème siècle. Jean Dujardin y incarne le colonel Picquart, l'homme qui révéla l'erreur de la condamnation d'Alfred Dreyfus et trouva le véritable coupable, au péril de sa carrière et de sa vie. Un chef-d'oeuvre de cinéma historique, mais qui pose des questions.

Exprimez vous !
Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis