Les Vedettes : le retour parodique gagnant du Palmashow

Une comédie attachante

Les Vedettes : le retour parodique gagnant du Palmashow

CRITIQUE / AVIS FILM - Après "La Folle histoire de Max et Léon", le Palmashow est de retour dans une comédie mise en scène par Jonathan Barré : "Les Vedettes". Découvrez notre avis sur la nouvelle proposition de Grégoire Ludig et David Marsais.

Les Vedettes : le Palmashow revient en force

Jonathan Barré est le troisième homme derrière le Palmashow. C'est lui qui accompagne le duo culte formé par Grégoire Ludig et David Marsais depuis leurs débuts. Dès la série YouTube Very Bad Blagues, c'est lui qui se cache derrière la caméra et donne vie aux sketchs du Palmashow. C'est lui encore qui signe la mise en scène du long-métrage La Folle histoire de Max et Léon en 2016. Et le revoilà fidèle au poste, une fois de plus, à la réalisation de Les Vedettes.

Les Vedettes
Les Vedettes ©Gaumont

Encore une fois, les deux compères incarnent des héros en marge de la société, un peu stupides, qui cherchent leur place dans le monde. Grégoire Ludig et David Marsais interprètent deux employés d'un grand magasin d'électroménager qui voient leur vie totalement chamboulée quand ils sont renvoyés. Pour rembourser leurs dettes, ils décident de s'inscrire à des jeux télévisés. Le pitch est posé et sied totalement à l'humour parodique du duo.

L'amour vache

Cette fois, Grégoire Ludig et David Marsais décident de modifier un peu leurs personnages habituels. S'ils campent bien deux hurluberlus qui ont beaucoup de mal à prendre du recul, la relation entre les deux personnages évolue un peu. On a l'habitude de les voir comme cul et chemise, que ce soit dans leurs sketchs, dans Santa & Cie ou dans le récent Mandibules. Mais cette fois, le duo opte pour une écriture "je t'aime, moi non plus". Les deux comédiens jouent sur leurs différences, sur ce qui les oppose, et sur l'héritage des personnages qu'ils ont créés au fil de leur carrière. Cette fois, ils se détestent, et doivent s'associer dans un but commun. Une manière de décaler le concept de la bromance vers un amour vache assez rafraîchissant.

Les Vedettes
Les Vedettes ©Gaumont

Comme chez les frères Coen, le Palmashow décide de mettre en scène des loser magnifiques. Des personnages très simples, très humains, à qui il arrive des choses hors normes. C'est un peu ce qui fait leur identité et c'est ce qui rend leurs films et leurs protagonistes extrêmement attachants. Parce que si Les Vedettes n'est pas une comédie hilarante, elle dégage une empathie et une sincérité de tous les instants. Et c'est ce qu'on aime le plus chez le Palmashow.

Une parodie assez sage

Les Vedettes leur permet également de jeter un regard critique sur la télévision contemporaine. Celle qui joue avec les faiblesses des gens, avec leurs drames, leurs problèmes d'argent et leur désir d'être célèbre. Ou en tout cas de faire quelque chose qui compte dans leur vie. Jonathan Barré met ainsi en scène une parodie réaliste du monde de la télévision, du showbiz, de cet opium du peuple qui manipule les regards et les envies de chacun, et de la façon dont cet univers peut amener deux hommes un peu perdus dans un prisme éphémère et hypocrite. C'est en tout cas ce qu'incarne Julien Pestel, dans le rôle d'un producteur à contre-courant du cliché du genre, via un jeu hypnotique tout en retenu parfaitement maîtrisé.

Les Vedettes
Les Vedettes ©Gaumont

Mais ce qui manque peut-être à Les Vedettes, c'est un véritable élan de folie. Étrangement, le Palmashow semble se retenir dans ses ressorts comiques. Le duo ne pousse pas assez loin son délire parodique et reste finalement très ancré dans les sentiers battus de la comédie française basique. On attendait en tout cas plus de décalage, plus de trash et plus d'absurde dans la nouvelle comédie du Palmashow, qui demeure assez sage. Et finalement, on se dit de plus en plus que le duo est plus drôle chez les autres que dans leurs propres productions. Un peu comme Eric et Ramzy avant eux.

Les Vedettes de Jonathan Barré, en salle le 9 février 2022. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Sans filtre : la mitrailleuse à salissures de Ruben Östlund est notre Palme de Canard-WC

Sans filtre : la mitrailleuse à salissures de Ruben Östlund est notre Palme de Canard-WC

CRITIQUE / AVIS FILM - Ruben Östlund est de retour au cinéma avec son brûlot anti-capitaliste "Sans filtre". Une comédie aussi drôle que dégoûtante et à la tenue aléatoire, et dont le pari - réussi - est de surtout ne laisser personne indifférent. On regrettera néanmoins que cette Palme d'or (?) s'éclate plus à triturer la matière fécale que la matière grise.