Lindy Lou, jurée n°2 : réflexion sensible sur la peine de mort

Lindy Lou, jurée n°2 : réflexion sensible sur la peine de mort

CRITIQUE FILM - Florent Vassault signe avec son documentaire "Lindy Lou, jurée n°2" une réflexion profonde sur la peine de mort aux États-Unis. À travers le parcours de l’une des jurées, 20 ans après avoir donné son verdict, il dévoile les blessures qu’implique une telle décision.

Lindy Lou, jurée n°2 est un documentaire humaniste. Sa réflexion se porte sur le poids qui pèse sur les jurées qui ont donné la peine de mort. Le film offre une sincérité très touchante et donne à voir la réalité. Il montre à travers un travail de réparation d’un membre du juré la vraie problématique de cette peine. Cette membre d'un juré aux États-Unis qui a condamné à mort Bobby Wilcher 20 ans plus tôt, après que celui-ci ait été reconnu coupable pour le meurtre de deux jeunes femmes et qui n'a montré aucun remord lors du procès, c'est Lindy Lou. Rongée par la culpabilité, elle entame un voyage à travers le Mississippi pour retrouver les 11 membres du juré qui avaient voté unanimement la peine de mort. À travers ce voyage, elle cherche à comprendre sa décision. Ce travail lui permet de mieux se connaître, de se comprendre et de se réparer.

Un documentaire courageux

La sincérité implique souvent du courage. Lindy Lou, jurée n°2 est en cela un film courageux, car il est sincère et va explorer une réflexion difficile qui peut être facilement taxée par tous ses détracteurs qui ne comprenne pas cette démarche. Le film fait ainsi preuve d’honnêteté, car il montre cette incompréhension. Et l’on sent bien qu’il faut avoir vécu cette décision pour comprendre ce que ressent Lindy Lou. Celle-ci le dit dans le film, c’est un sujet où règne la loi du silence. Mais le documentaire ne remet pas en cause la culpabilité de Bobby Wilcher, il n’occulte pas non plus les victimes de cet homme, il fait le choix de parler d’un membre du juré qui a donné la peine de mort et montre le poids que cela a sur elle. Et c’est là toute la différence. La question posée est : est-ce légitime qu’une société demande à ses citoyens d’assumer seuls une sentence aussi lourde ? À travers son voyage, Lindy Lou, qui avant n’avait pas de problème avec cette sentence, comprend clairement que cela n’est pas légitime.

Un certain regard sur une partie des États-Unis

D’après ses propres mots, le réalisateur Florent Vassault ne voulait surtout pas tomber dans le cliché de l’Amérique bête qui vote Trump. Une nouvelle fois, son documentaire fait preuve d’honnêteté. Il donne la parole à ces gens, sans les juger et simplement en écoutant ce qu’ils ont à dire. Il dévoile ainsi, le poids de la culture chrétienne, encore une fois sans la juger. Il montre aussi, de manière subtile, le rapport ambivalent qu’a cette partie de la société avec la mort. Le documentaire met en images cette ambivalence, la présence forte de la religion chrétienne et le respect de la vie, et la détention des armes à feu. Cette ambivalence que l’on retrouve dans le sujet de la peine de mort dit entre les lignes l’inconscience de donner la mort. Lindy Lou, elle, a fait cette expérience et se sent coupable. Mesurant après coup ce que signifie donner la mort, comprenant que ce n’est pas à elle de prendre cette décision.

Ainsi, Lindy Lou, jurée n°2 est un documentaire profond, qui n’a évidemment rien de divertissant, mais qui pose une question juste et courageuse sur le sujet de la peine de mort. Il choisit de donner la parole aux jurées (à qui on ne la donne pas toujours) qui porte tout le poids de la décision. Un documentaire utile est humaniste qui n’en fait jamais trop, mais trouve le juste propos.

 

Lindy Lou, jurée n°2 de Florent Vassault, en salle le 10 octobre 2018. Ci-dessus la bande annonce.

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Peter von Kant : un hymne magistral et bouleversé à l'amour et au cinéma

Peter von Kant : un hymne magistral et bouleversé à l'amour et au cinéma

CRITIQUE / AVIS - FILM : Film très personnel, adaptation autant qu'hommage au réalisateur allemand Rainer Werner Fassbinder, concentré de références esthétiques et vertige de cinéma, "Peter von Kant" de François Ozon est un film total. Il ne s'autorise ainsi aucun compromis, conscient sans doute d'être parmi les plus grands films français de ces dernières années.