MENU
Accueil > Critiques > Critiques cinéma > Liz et l’Oiseau Bleu : retour gagnant pour Naoko Yamada

Liz et l’Oiseau Bleu : retour gagnant pour Naoko Yamada

CRITIQUE FILM – Présenté au Festival du film d’animation d’Annecy de 2018, « Liz et L’oiseau Bleu » est le nouveau film de Naoko Yamada. Cette cinéaste japonaise s’est déjà illustrée avec le très apprécié « Silent Voice » (2018).

Avec les voix de Atsumi Tanezaki, Nao Toyama et Miyu Honda, Liz et l’Oiseau Bleu raconte le quotidien de Nozomi, une jeune fille extravertie et de Mizore, aux caractères diamétralement opposés. Entre rivalité musicale et admiration, les deux étudiantes entretiennent une relation passionnelle et conflictuelle, agrémentée d’une allégorie fantastique empruntée à Miyazaki. Le long-métrage s’inspire d’une série de roman Sound ! Euphonium d’Ayano Takeda et d’une série télévisée adaptée de ce dernier intitulée Hibiki ! Euphonium dont Naoko Yamada a réalisé quelques épisodes.

Le Shojo envahit le grand écran

Le manga se divise en deux catégories : le Shonen qui s’adresse davantage aux garçons et le Shojo destiné aux jeunes filles. C’est en tout cas la catégorisation des mangas japonais. Pourquoi on vous raconte ça ? Parce que Liz et l’Oiseau Bleu emprunte beaucoup au genre du Shojo. Que ce soit dans l’écriture des personnages, dans la réalisation ou les thématiques abordées. Le schéma est classique du Shojo, un groupe d’adolescentes au lycée, dont la protagoniste est souvent une jeune fille timide, qui, très loin des affrontements titanesques de San-Goku, gèrent des problèmes plus personnels, plus réalistes. C’est parfois réducteur, avec simplement une demoiselle qui se cherche un prince charmant. C’est parfois plus recherché, comme c’est le cas ici, avec une métaphore fantastique de l’action qui est racontée.

Ainsi, Liz et l’Oiseau Bleu est souvent naïf, les personnages féminins sont parfois représentés avec des mimiques directement issues de la représentation japonaise. Mizore est d’une timidité usante, jeune fille crédule, elle agace parfois par son manque de confiance en elle. Le personnage allonge l’intrigue, qui parfois, manque de rythme, et peine à se conclure. Quant aux thématiques, heureusement, elles dépassent celle du Shojo classique, et permettent d’offrir une métaphore de l’adolescence grâce à un conte : Liz et l’Oiseau Bleu. Parce que lorsque les deux protagonistes commencent à travailler sur les musiques de Liz und ein Blauer Vogel, la relation entre les deux filles est le reflet de cette œuvre. Leurs histoires d’adolescence prennent un tout autre sens.

Une allégorie touchante de l’adolescence

La relation entre les deux protagonistes devient peu à peu plus passionnelle, plus intime, allant parfois sur le terrain ambigu peut-être d’une homosexualité non assumée. Naoko Yamada concentre son histoire sur les craintes adolescentes, sur les peurs enfantines, sur les difficultés du quotidien d’une jeune fille dans un univers complexe, et parfois discriminatoire. Liz et l’Oiseau Bleu traite de l’adolescence avec beaucoup de finesse, en tout cas de bienveillance. Le long-métrage est touchant, raffiné, élégant, et parfois très clairvoyant, dans sa manière d’aborder ses thématiques. Emplie de douceur, l’œuvre touchera sans doute les plus sensibles d’entre nous, que ce soit grâce à son histoire, ou son animation gracieuse. Surtout quand le film quitte le lycée pour s’engouffrer dans un monde merveilleux emprunté au cinéma de Hayao Miyazaki.

Un monde fantastique, extrêmement coloré, qui contraste avec l’univers morose, assez gris du lycée. Cette histoire alternative permet à Mizore d’abandonner sa timidité, d’entrer dans un univers alternatif où ses désirs s’animent. L’allégorie avec le monde réel est habile, et permet d’offrir des ruptures de ton bienvenues. Le travail sur le son est également impressionnant, que ce soit dans la bande originale féerique ou dans les bruitages percutants. Ces éléments sonores sont issus du talent de Kensuke Ushio qui a commencé à travailler sur la bande son avant la fin des story-boards. Liz et l’Oiseau Bleu est en tout cas une œuvre touchante, esthétiquement superbe, qui permet d’entrer dans un monde merveilleux.

Liz et l’Oiseau Bleu de Naoko Yamada en salles dès le 17 avril. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

Avec les voix de Atsumi Tanezaki, Nao Toyama et Miyu Honda, Liz et l'Oiseau Bleu raconte le quotidien de Nozomi, une jeune fille extravertie et de Mizore, aux caractères diamétralement opposés. Entre rivalité musicale et admiration, les deux étudiantes entretiennent une relation passionnelle et conflictuelle, agrémentée d'une allégorie fantastique empruntée à Miyazaki. Le long-métrage s'inspire d'une série de roman Sound ! Euphonium d'Ayano Takeda et d'une série télévisée adaptée de ce dernier intitulée Hibiki ! Euphonium dont Naoko Yamada a réalisé quelques épisodes. Le Shojo envahit le grand écran Le manga se divise en deux catégories : le Shonen qui s'adresse davantage aux…

Note de la rédaction

Note de la rédaction

Liz et l'Oiseau Bleu est une œuvre touchante, esthétiquement superbe, qui permet d'entrer dans un monde merveilleux.

Note spectateur : Sois le premier !
Voir aussi
Le Déserteur : le magnifique cauchemar de Charlot

CRITIQUE / AVIS FILM - Le titre original de ce film québécois, "La Grande Noirceur", a été transformé pour devenir, en France, "Le Déserteur". Dans un cas comme dans l'autre, il est bien question d'un monde en guerre, une guerre récente ou pas, en cours ou terminée. Son ombre règne sur ce road movie intrigant qui suit le parcours erratique d'un sosie de Chaplin.

Exprimez vous !
Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis