MENU
Accueil > Critiques > Critiques cinéma > Mais vous êtes fous : l’amour à l’épreuve du mensonge

Mais vous êtes fous : l’amour à l’épreuve du mensonge

CRITIQUE / AVIS FILM – « Mais vous êtes fous », le nouveau film d’Audrey Diwan est un drame très bien construit sur la dépendance d’un homme à la cocaïne qui vient bouleverser sa famille. Un mélodrame qui s’inscrit dans les classiques du genre, respecte les codes tout en sortant de l’ordinaire.

Mais vous êtes fous suit l’itinéraire d’une jeune famille parisienne, a priori tranquille. Mais derrière cette tranquillité se dissimule un lourd mensonge. En effet, Roman cache à sa famille et à ses proches sa dépendance à la cocaïne. Un soir, le ciel leur tombe sur la tête à lui et sa compagne Camille. L’une de leurs filles est prise de convulsions et l’hôpital décèle des traces de cocaïne. Le mensonge de Roman, entretenu pendant des années s’écroule et toute la famille se retrouve bouleversée. Camille va devoir affronter un ennemi encore plus grand, la perte de confiance malgré son amour pour Roman.

Du classique derrière de l’innovation

L’histoire de Mais vous êtes fous tient en haleine. Alors que le film laisse entrevoir aisément l’intrigue et ses obstacles, Roman, face à ses propres mensonges, se retrouve dos au mur sans la moindre issu. Cette configuration aurait été une structure classique qui aurait parfaitement fonctionné. Mais le métrage apporte dans cette histoire un autre point de vue qui fait vivre l’histoire de manière différente et qui éveille toute l’attention. En effet, Mais vous êtes fous suit le point de vue de Camille, une jeune femme, belle, forte et responsable.

Critique Mais vous êtes fous : l’amour à l’épreuve du mensonge

Ainsi, Roman se démène contre des événements accablants pour prouver sa bonne foi et récupérer sa famille. Mais les obstacles liés à Roman ne s’avèrent pas les plus importants au contraire des apparences, ni même les plus chargés en intensité. L’héroïne de ce drame, c’est donc bien Camille, personnage fort que rien ne semble ébranler. Celle qui se retrouve face au conflit majeur qui n’est, en fin de compte, pas la drogue, mais encore une fois la perte de confiance de l’être aimé. Une belle manière d’amener dans une autre direction que celle imaginée, tout en respectant scrupuleusement les codes du drame.

Des acteurs parfaits

Des codes du genre respectés également au niveau du casting. En effet, Céline Sallette, qui interprète Camille, donne à voir un corps fort, toujours droit et élégant. Et cette force qui vacille jusque dans ses certitudes, emmène toute l’attention et l’intérêt. Inversement, Pio Marmai interprète un Roman avec autant de subtilité. Ainsi, très tôt dans le film, l’attitude du personnage dévoile que sa force à lui dissimule une vraie faiblesse. L’acteur fait vivre la fragilité du rôle malgré sa volonté de s’en sortir, la peur qui anime ce personnage.

Les seconds rôles remplissent eux aussi leur fonction dans leur manière d’interroger la force de Roman et Camille. Ainsi, Carole Franck et Jean-Marie Winling, les parents de Camille, la confrontent dans ses doutes. Valérie Donzelli, l’avocate du couple, et Laurent Bateau, l’expert, apportent beaucoup dans la mise à l’épreuve de Roman. Tous ces seconds rôles donnant des scènes très chargées en tension durant des actions anodines.

Critique Mais vous êtes fous : l’amour à l’épreuve du mensonge

Un point de vue féminin

Enfin, dans Mais vous êtes fou, Audrey Diwan donne à voir une sensibilité de femme dans un événement grave. L’approche de la réalisatrice sur ses personnages est en cela rafraîchissante. Son regard féminin montre une fragilité masculine avec de l’empathie et dévoile aussi une force féminine. Habituellement, dans le mélodrame, la figure forte est l’homme et la femme la figure faible. Ici, les choses sont inversées et dévoilent une autre vérité. À travers le personnage de Camille, la réalisatrice dévoile une manière d’affronter les événements avec de la compréhension et une forme de douceur qui demeure, ainsi que le manque de sécurité lié a la trahison. Une œuvre qui sort de l’ordinaire et s’avère fort agréable.

 

Mais vous êtes fous de Audrey Diwan, en salle le 24 avril 2019. Ci-dessus la bande annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

Mais vous êtes fous suit l’itinéraire d’une jeune famille parisienne, a priori tranquille. Mais derrière cette tranquillité se dissimule un lourd mensonge. En effet, Roman cache à sa famille et à ses proches sa dépendance à la cocaïne. Un soir, le ciel leur tombe sur la tête à lui et sa compagne Camille. L’une de leurs filles est prise de convulsions et l’hôpital décèle des traces de cocaïne. Le mensonge de Roman, entretenu pendant des années s’écroule et toute la famille se retrouve bouleversée. Camille va devoir affronter un ennemi encore plus grand, la perte de confiance malgré son amour…

Conclusion

Note de la rédaction

"Mais vous êtes fous" est un mélodrame dans la ligné des classiques du genre avec un regard féminin qui donne de la nouveauté.

Note spectateur : 1.95 ( 19 votes)

Ça pourrait vous intéresser

Voir aussi

Wild Rose : la très jolie ballade de Jessie Buckley

CRITIQUE / AVIS FILM – Les films musicaux sont très populaires, et chaque année vient avec son lot de films. "Bohemian Rhapsody" et "Rocketman" évidemment, en leur qualité de biopic, ont mis la barre très haut. Pour les autres, "A Star is Born" va très mal vieillir, sans être d’ailleurs vraiment bien né. C’est en descendant encore dans les budgets qu’on trouve des films surprenants, qui parviennent à transmettre une émotion tout en résistant au cercle souvent vicieux du spectacle dans un autre spectacle. C'est le cas de "Wild Rose", le 17 juillet au cinéma.

Exprimez vous !

Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis