On est fait pour s’entendre : brillante comédie de Pascal Elbé

On est fait pour s’entendre : brillante comédie de Pascal Elbé

CRITIQUE / AVIS FILM – "On est fait pour s’entendre" est la dernière comédie très réussie de et avec Pascal Elbé, qui aborde les conséquences d’une perte d’audition inattendue. Avec Sandrine Kiberlain, Valérie Donzelli et François Berléand.

Quand on perd l’un de ses sens

On est fait pour s’entendre, le dernier long-métrage de Pascal Elbé, est une brillante comédie. Il réunit tous les ingrédients du feel good movie, évoquant sans aucun mélo la perte de l’audition, mais avec autant de pudeur que de dérision. Et ce n’est pas si fréquent de parvenir à maintenir ainsi l’équilibre fragile tout du long sur le fil, entre le trop et le trop peu. Car si de plus en plus de films se saisissent de ces sujets en rapport avec les problèmes d’ouïe, ils sont généralement traités d’un point de vue dramatique. On pense ainsi aux récents Sound of Metal ou Boite Noire .

On est fait pour s'entendre
On est fait pour s'entendre ©Diaphana

Ce qui est vraiment très réussi dans On est fait pour s’entendre, c’est le paradoxe dans lequel se retrouve son personnage Antoine, interprété par Pascal Elbé lui-même. En effet, alors même que ce professeur hautain et égocentré perd l’ouïe et se referme encore plus sur lui-même, c’est pourtant son handicap qui va lui permettre de sortir de sa bulle. Puis de s’ouvrir au monde et enfin d’être à l’écoute de l’autre. En ce sens, le film de Pascal Elbé illustre parfaitement la maxime du philosophe Lume : « Entendre ne signifie pas écouter : l’ouïe est un sens mais l’écoute est un art ».

Antoine, qui ne saisit pas tout de suite ce qui lui arrive, se retrouve dans des situations décalées drôlissimes et provoque des malentendus hilarants. Tout est matière à faire rire, mais aussi à réfléchir. Depuis la façon dont Antoine rejette son handicap, puis l’accepte difficilement. Ou l’évoque avec gêne et honte, et enfin y remédie avec des aides auditives. Et l’empathie qu'Antoine suscite convie habilement le spectateur à se demander ce qu’il ferait lui-même si cela lui arrivait.

"Entendre ne signifie pas écouter"

De même, les réactions de l’entourage d’Antoine sont très justes et provoquent beaucoup d'émotions. On rit ainsi de voir Francis (François Berléand), prof comme lui, profiter du handicap de son meilleur ami pour draguer. On sourit en voyant à quel point sa collègue Juanita (Claudia Tagbo) et Antoine ne sont jamais sur la même longueur d’ondes, encore plus depuis son problème. Et on compatit avec l'incompréhension de sa compagne (Julia Faure).

On est aussi touché d’assister au rapprochement d’Antoine et de sa mère Angèle (Marthe Villalonga) et à la complicité renouée avec sa sœur Jeanne (Emmanuelle Devos). Et on ne peut s’empêcher de se demander si le réalisateur ne s’est pas justement amusé à choisir l’actrice, comme un clin d’œil à son rôle de jeune femme sourde dans Sur mes lèvres.

On est fait pour s'entendre
On est fait pour s'entendre ©Diaphana

Mais c’est surtout la rencontre entre deux silences qui est émouvante dans On est fait pour s’entendre. Le silence subi d’Antoine se retrouve confronté au silence choisi de Violette (Manon Lemoine), sa petite voisine. Tous deux vivent une perte parallèle qui les fragilise et si pour Antoine, c’est la perte de l’audition, pour la petite fille, c’est la perte de son papa. Elle affronte son deuil grâce au silence, à la manière de la benjamine de Mel Gibson dans The Patriot, le chemin de la liberté. Violette vit donc avec sa maman Claire (Sandrine Kiberlain) au-dessous de l’appartement d’Antoine. Elles sont hébergées un temps chez la sœur de Claire, Léna (Valérie Donzelli), et son beau-frère Julien (Antoine Gouy).

Et les conséquences du handicap vont donc faire se heurter Claire et Antoine, aux caractères et aux vies diamétralement opposés. La caméra de Pascal Elbé, qui signe également le scénario, laisse de temps à autre Antoine pour mieux faire connaissance avec Claire. Avec sa résilience, ses espoirs et le souci qu’elle se fait pour Violette. Mais aussi avec ses conversations avec sa sœur et son beau-frère, ou ses tentatives de rencontres amoureuses.

On est fait pour s'entendre
On est fait pour s'entendre ©Diaphana

Attention aux oreilles

Petit bémol, le film - par ailleurs sponsorisé par la coopérative d’audioprothésistes Entendre - risque toutefois de gêner les personnes à l’audition fragile ou souffrant d’hyperacousie. Le réalisateur a en effet réalisé un gros travail sur le son et a pris le parti de moduler les bruits de son film pour mieux faire ressentir au spectateur ce qu’entend ou non Antoine. Ses difficultés d’audition sont ainsi répercutées en bruits sourds et les trop-perçus dus au réglage de ses prothèses en bruits décuplés, très vite insupportables.

On est fait pour s’entendre se révèle un film profondément humain, dont les thématiques de handicap, de décès et de résilience sont traitées avec beaucoup d’humour, de subtilité et de tendresse. Le réalisateur parvient en effet à rendre très attachants tous ses personnages brisés par la vie et à les envelopper d’amour et de rire.

On est fait pour s’entendre de Pascal Elbé, en salle le 17 novembre 2021 – Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Madres Paralelas : le nouvel éclat de Pedro Almodóvar

Madres Paralelas : le nouvel éclat de Pedro Almodóvar

CRITIQUE / AVIS FILM - Pedro Almodóvar dirige Penélope Cruz pour la septième fois dans "Madres Paralelas". Et le cinéaste offre à la comédienne un rôle magnifique, dans un film qui l’est tout autant.