ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

One Piece Stampede : stupéfiant !

One Piece Stampede : stupéfiant !

CRITIQUE / AVIS FILM - 20 ans ! 20 ans, et il est toujours parmi nous. Alors que d'autres shonen fleuves se sont terminés n'importe comment ("Bleach", "Naruto"), ne savent pas s’arrêter ("Dragon Ball", "Saint Seiya") ou n'ont jamais vraiment atteint les espoirs placés en eux ("Fairy Tail"), "One Piece" est toujours là, en mode patron.

One Piece règne sur les mers de l’animation, à la manière d'un Gol D. Roger, sans toutefois voir surgir l'échafaud dans un jour prochain. En effet, malgré ses 900 épisodes, l’adaptation télévisée du manga d’Eichiro Oda est toujours en forme. Certes, les éternels insatisfaits diront que la fraîcheur et l'effet surprise de ses débuts ont quelque peu disparu, mais c'est logique pour une oeuvre qui a 20 ans d'âge. La vérité, c'est que One Piece fait preuve d'une régularité rare, parvenant encore à nous émerveiller, à nous surprendre, à nous faire rire et à nous émouvoir. Ce 14ème long métrage de la licence est donc un hommage à ce que les fans visionnent depuis 20 ans. En effet, ce One Piece Stampède semble avoir été conçu comme le film ultime.

Le film ultime

D’une durée d’1h40, One Piece Stampede est finalement un condensé de ce que l’on a pu voir dans la série. La différence est que le réalisateur Takashi Otsuka ne nous laisse aucun temps mort. Par conséquent, chaque rencontre entre pirates (ou entre pirates et marines) est prétexte à des affrontements survoltés. De plus, les enjeux sont plus dramatiques que les films précédents puisque nos héros sont confrontés directement au passé de Gol D. Roger. Un passé qui se révèle déterminant dans la quête du fameux trésor qu’il a laissé. Tout cela explique donc pourquoi le principal antagoniste est Douglas Bullet. En effet, ce dernier est probablement l’un des personnages les plus puissants vus à ce jour dans One Piece. (films et séries confondues)

Ancien membre de l’équipage du Roi des Pirates, il est présent pour tester la détermination du héros Monkey D. Luffy. Et cette détermination est montrée de manière fracassante par le biais de combats dantesques, dans lesquels les personnages semblent disposer de techniques divines. Clairement, One Piece : Stampède rappelle la grande bataille de Marineford qui voyait les pirates les plus forts du Monde affronter des vice-amiraux, amiraux et capitaines corsaires tout aussi dangereux. Vingtième anniversaire oblige, le film est en plus l’occasion de retrouver des personnages secondaires iconiques que l’on avait un peu perdus de vue. (Crocodile ou Rob Lucci, par exemple)

Un film pour les fans

Sur certains moments, la puissance absurde de Douglas (se transformant même en Titan !) qui oblige pirates et marines à brièvement s’allier rappelle l’épisode final d’Avengers. C’est sur ce point-là que One Piece : Stampède pèche un peu. Scénaristiquement, le film ne tient pas la comparaison avec Gold ou Z. En effet, le spectaculaire sacrifie l’intrigue. Un équilibre délicat qu’Oda avait pourtant toujours su maintenir. On se retrouve donc avec un film purement fan-service qui multiplie les combats divertissants mais qui peine à masquer un scénario parfois bordélique. Sans oublier que cette surenchère de personnages met de côté certains membres de l’équipage de Luffy tels que Robin, Franky ou Chopper.

One Piece : Stampède est sans doute le film d’animation qui est le plus destiné aux fans. Si certains néophytes pouvaient suivre sans trop de difficultés les derniers longs-métrages de la franchise, il n’en est pas de même pour celui-ci. Que ce soit dans son histoire, dans ses personnages et dans ses nombreux clins d’œil, le long-métrage est mis en scène par un fan et exclusivement destiné aux fans. C’est peut-être sa limite mais elle est clairement assumée.

 

One Piece Stampede, présenté en avant-première dans 22 salles françaises le 12 septembre. Le film sortira à nouveau dans les salles dès le 9 octobre en partenariat avec la plateforme ADN. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.