Promising Young Woman : la vengeance de Carey Mulligan

Promising Young Woman : la vengeance de Carey Mulligan

CRITIQUE / AVIS FILM - Carey Mulligan est en quête de justice dans "Promising Young Woman". L’excellente comédienne incarne une jeune femme meurtrie et mystérieuse dans ce film étonnant à plus d’un titre…

Promising Young Woman : un faux film de vengeance

Premier long-métrage réalisé par Emerald Fennell, l’une des scénaristes de Killing Eve et interprète de Camilla Parker Bowles dans la quatrième saison de The Crown, Promising Young Woman débute comme un vigilante movie. Dans une boîte de nuit, trois hommes observent une femme apparemment ivre. Celui qui se donne l’air le plus bienveillant lui propose de la ramener chez lui en constatant qu’elle tient à peine debout. Une fois rentrés, il la viole et Cassandra resserre alors son piège sur lui, déterminée à le faire payer pour ses actes.

Après cette ouverture particulièrement efficace où le désespoir de l’héroïne est aussi palpable que son désir de vengeance, le film varie entre différents registres. Le personnage principal interprété par Carey Mulligan prend davantage d’ampleur que les châtiments qu’elle inflige aux agresseurs.

Promising Young Woman
Promising Young Woman ©Universal Pictures

Ces punitions passent même au second plan, du moins pendant la majeure partie du long-métrage, qui s’écarte donc d’une œuvre comme Hard Candy, À vif, Death Sentence ou les productions emblématiques portées par Charles Bronson - la référence en la matière.

Coincée dans l’œil de l’autre

Traumatisée par le décès de sa meilleure amie, Cassandra n’a pas eu le destin que les autres espéraient pour elle, alors qu’ils ne prennent pourtant pas le temps de véritablement la connaître. Ancienne élève brillante de sa promotion, l’héroïne vit toujours chez ses parents, interprétés par les excellents Jennifer Coolidge et Clancy Brown, et travaille dans un café depuis qu’elle a abandonné ses études.

Le regard et l’attitude délicieusement méprisants ou désinvoltes de Carey Mulligan face aux personnes qui s’expriment aussi bien sur sa personnalité que sur son parcours jugé gâché offrent à Promising Young Woman des scènes tristement ironiques, qui se révèlent finalement plus intéressantes que le plan qu’elle met en place. Les personnages secondaires passent leur temps à fantasmer une vision de Cassandra, qui ne se dévoile jamais totalement et demeure insaisissable. L’esthétique léchée et colorée confirme la sensation de superficialité de l’univers dans lequel elle évolue, et qui finit toujours par la dépasser.

Promising Young Woman
Promising Young Woman ©Universal Pictures

L’impossibilité de se reconstruire

En lutte contre un système qui ne cesse de la rejeter, et auquel certains continuent de se plier de manière consciente ou inconsciente tandis que d’autres préfèrent enfin lui tourner le dos, Cassandra semble condamnée. Le long-métrage prend une dimension horrifique dans son dernier acte lorsqu’il prend le parti de confirmer cette hypothèse à travers une scène glaçante. Malheureusement, cette conclusion cruelle, qui renforce le propos global, est gâchée par un épilogue doté d’une note « positive », arrivant comme un cheveu sur la soupe et dont le film pouvait très bien se passer.

Promising Young Woman demeure surprenant à plus d’un titre, notamment dans sa façon d’alterner entre différents genres, passant du film de vengeance à une romance attachante, déjouant ainsi les attentes des spectateurs à plusieurs reprises avant le piège final, comme le fait Cassandra. Un long-métrage étonnant porté par une actrice à son meilleur.

 

Promising Young Woman d’Emerald Fennell, en salle le 26 mai 2021. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

5ème Set : dans la peau d’un champion sur le retour

5ème Set : dans la peau d’un champion sur le retour

CRITIQUE / AVIS FILM –"5ème set", le premier long-métrage en solo de Quentin Reynaud, raconte brillamment le parcours d’un champion de tennis cabossé qui relève son ultime défi. Avec Alex Lutz, Ana Girardot et Kristin Scott-Thomas.