The Novice : le plaisir dans l'effort

The Novice : le plaisir dans l'effort

CRITIUE / AVIS FILM - Pour son premier long-métrage "The Novice", porté par Isabelle Fuhrman, la réalisatrice Lauren Hadaway nous plonge avec beaucoup de maîtrise dans l'univers de l'aviron pour suivre une jeune fille prête à tout pour se dépasser.

Grande première pour l'aviron

Lors de la 47e édition du festival américain de Deauville étaient présentés en compétition Pleasure et The Novice. Deux très bons films qui, en apparence, n’ont aucun point commun. Le premier voit une jeune suédoise fraîchement débarquée à Los Angeles dans l’espoir de percer dans l’industrie du porno (voir notre critique), quand le second s’intéresse à une étudiante prête à tout pour devenir la meilleure du club d’aviron de sa modeste université. Deux femmes qui en réalité se ressemblent étrangement de par leur envie d’atteindre le sommet, quitte à mettre à mal leur corps.

The Novice
The Novice

Cependant, pour la Alex de The Novice, la motivation première est bien plus complexe. Si dans Pleasure, Bella est avant tout motivée par une idole fantasmée et finalement déshumanisée, Alex, elle, est à la recherche de l’effort. Son intérêt ne porte, au fond, pas tant sur l’aviron, mais plus sur ce qu’il faut fournir pour devenir la meilleure. Raison pour laquelle elle aura pris en matière principale la physique, sujet qu’elle maîtrise le moins. Et raison pour laquelle, en dépit de son statut de novice, son objectif sera de surpasser des filles bien plus expérimentées. Mais pas pour impressionner les autres, plutôt pour se prouver quelque chose à elle-même.

La recherche de la perfection

Travailler, encore et toujours, plus que les autres pour se dépasser. La facilité, elle se l’interdit. Et si quelqu’un la surpasse, ce ne sera qu’une motivation supplémentaire pour pousser plus loin encore les limites de son corps. D’ailleurs, ce n’est pas tant après les chronos théoriques de ses coachs qu’elle en a, mais après ceux de ses coéquipières.

Principalement Jamie (Amy Forsyth), une novice, comme elle, qui se bat avant tout pour obtenir une bourse dont elle a besoin. Avec elle, The Novice pointe au passage l’inégalité des classes. Même dans une université peu réputée, les « salopes privilégiées » sont là. Une motivation supplémentaire pour Jamie, et par ricochet pour Alex qui voit en cette amie naturellement douée pour ce sport la rivale idéale.

Une mise en scène puissante

Avec cet excellent premier long-métrage, Lauren Hadaway rappelle Whiplash, sur lequel elle travailla comme monteuse son. Sa manière de mettre en scène les entraînements toujours plus physiques sur le rameur, de se focaliser sur le corps de son actrice en la séparant du monde autour d’elle rappelle certaines propositions de Damien Chazelle. On trouve également de très beaux plans sur le lac lors de rares moments de sérénité. Mais la réalisatrice maîtrise peut-être encore mieux son sujet que Chazelle (la morale finale de Whiplash pouvant être remise en cause), et justifie sa mise en scène par la psychologie de son héroïne.

The Novice
The Novice

De plus, il y a une forme d’érotisme qui se dégage de The Novice. Dans sa façon de filmer les gouttes de sueurs et les vas et viens effectués sur la machine. Une scène de sexe filmée de la même manière renforcera d’ailleurs cette idée de plaisir dans l’effort. Le climax étant atteint lorsqu’Alex, à bout de forces, s’écroule de son appareil.

La cinéaste crée ainsi une proximité nécessaire avec Alex. On l’accompagne, on souffre avec elle, et même si on voudrait la voir ralentir, au fond, on se prend à la soutenir dans sa névrose. Le choix d’Isabelle Fuhrman, qu’on avait découverte il y a plus de dix ans après Esther, y est aussi pour beaucoup. La comédienne réalise là une prestation remarquable dans The Novice, se donnant corps et âme. Elle parvient à provoquer une empathie forte pour Alex en se montrant attachante mais terriblement fragile. Des subtilités du jeu de sa comédienne, Lauren Hadaway tire ainsi le meilleur. Et ce, jusqu’à un dernier plan volontairement ambivalent marqué par le regard glaçant d'Isabelle Fuhrman.

The Novice de Lauren Hadaway, sortie prévue prochainement.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

La Troisième guerre : chronique perspicace de la guerre fantôme

La Troisième guerre : chronique perspicace de la guerre fantôme

CRITIQUE / AVIS FILM - Avec "La Troisième guerre", Giovanni Aloi se présente au monde comme un réalisateur doué et doté d'un regard d'une perspicacité redoutable. Nouant intelligemment le film de guerre au drame social et psychologique, servi par un casting parfait, "La Troisième guerre" est définitivement un film de et pour notre époque, dans sa justesse comme son imperfection.