ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

The Singing Club : la musique comme rempart à l’angoisse

The Singing Club : la musique comme rempart à l’angoisse

CRITIQUE / AVIS FILM - Dans "The Singing Club", Kristin Scott Thomas et Sharon Horgan créent la première chorale de femmes de militaires. Un long-métrage avec lequel Peter Cattaneo, réalisateur de "The Full Monty", s’intéresse à nouveau aux pouvoirs de la musique.

The Singing Club : une thérapie par le chant

En 2011, des soldats britanniques de la garnison de Flitcroft sont déployés à l’étranger. Sur le camp militaire, leurs épouses mettent tout en œuvre pour fuir la peur provoquée par un simple coup de téléphone. Très investie dans la vie du camp, Kate (Kristin Scott Thomas) souhaite que le groupe se lance dans une activité saine afin d'enrayer la morosité du quotidien. Elle demande de l’aide à Lisa (Sharon Horgan), nettement plus détendue, pour diriger une chorale.

Alors que les chanteuses en herbe progressent et se font remarquer grâce à leurs performances, l’austérité de Kate ne s’accorde pas avec la spontanéité de Lisa, et leurs désaccords font des étincelles. Réalisé par Peter Cattaneo (The Full Monty, The Rocker), The Singing Club s’inspire de l’histoire vraie des femmes de militaires de la garnison de Catterick, où le film a été tourné, et s’intéresse à des personnages habituellement relayés au second plan dans le septième art.

La musique et ses vertus

Dans The Full Monty, Robert Carlyle et ses acolytes se déshabillent sur le tube Hot Stuff de Donna Summer, reconvertis dans le strip-tease pour faire face à la crise de la métallurgie qui frappe l’Angleterre dans les années 80. 23 ans après la sortie du film, le réalisateur Peter Cattaneo a toujours autant foi en la musique, qui a ici d’autres vertus.

The Singing Club
The Singing Club ©Pyramide Distribution

Alors qu’elles angoissent et s’ennuient sur la garnison pendant que leurs compagnes et compagnons sont envoyés au front, l’idée de former une chorale est d’abord évoquée avec un certain scepticisme mais s’avère rapidement salvatrice. The Singing Club fait le choix de ne pas trop s'attarder sur la progression de ces chanteuses qui vont peu à peu révéler un véritable talent, évitant ainsi un certain didactisme et préférant se focaliser sur la naissance d’un groupe et de solides amitiés.

Une galerie de personnages réussis

L’unité se ressent notamment dans une jolie scène où la chorale se réfugie sous un tunnel en pierre pour éviter la fameuse pluie anglaise lors d’une randonnée, et où l’acoustique leur permet d’obtenir un solo particulièrement touchant d’une jeune prodige qui s’ignore. L’émotion est aussi présente lors du final au Royal Albert Hall, où tous leurs efforts sont mis à l’épreuve au cours de cinq minutes déterminantes. Les comédiennes réussissent toutes à tirer leur épingle du jeu et les personnalités des choristes parviennent à ressortir du groupe, comme c’était le cas dans The Full Monty.

The Singing Club
The Singing Club ©Pyramide Distribution

Le long-métrage mérite donc d'être vu pour ses personnages et leur passion communicative, ainsi que pour l’opposition entre les excellentes Kristin Scott Thomas et Sharon Horgan. La première incarne une mère endeuillée qui tente de garder le contrôle et s’implique de manière excessive dans la vie du camp militaire, pour éviter de se laisser submerger. La seconde a un tempérament opposé, fuit les responsabilités et a du mal à communiquer avec son adolescente, interprétée par India Ria Amarteifo, la révélation du film. Avec le temps, elles comprennent qu'elles ne sont pas si différentes.

The Singing Club ne réinvente rien mais dresse un portrait réussi de femmes résilientes et souvent mises de côté au cinéma, si ce n’est lors des traditionnelles séquences où des militaires viennent toquer à leur porte pour leur annoncer une terrible nouvelle. Leur énergie et leur positivité sont communicatives, et la justesse des actrices évitant constamment le pathos l’emporte largement sur le classicisme de la mise en scène.

 

The Singing Club de Peter Cattaneo, initialement prévu pour une sortie en salle sera finalement diffusé sur Canal+ le 9 décembre 2020. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

Voir aussi

Zone Hostile : un film d'action qui passe à côté de son potentiel

Zone Hostile : un film d'action qui passe à côté de son potentiel

CRITIQUE / AVIS CINÉMA - Première tentative (et pas la dernière) de l'année tournée vers l'action pour Netflix, "Zone Hostile" envoie Anthony Mackie et Damson Idris au coeur d'un conflit qui pourrait très mal se terminer. Que penser de ce divertissement ?