The Witcher le cauchemar du loup : Destiny is back

The Witcher le cauchemar du loup : Destiny is back

CRITIQUE / AVIS FILM - Le succès de la série "The Witcher" sur Netflix a entraîné la création de plusieurs projets dérivés. Le film d'animation "The Witcher : le cauchemar du loup" est le premier spin-off à dégainer.

En attendant la saison 3 de The Witcher

Désireux d’avoir son Game of Thrones à lui, Netflix décide d’adapter The Witcher, série de romans d’héroic-fantasy écrite par Andrzej Sapkowski (le jeu vidéo dont il est adapté, servira aussi de modèle au show). Sortie le 20 décembre 2019, la saison 1 fut ainsi un triomphe pour la plateforme. Portée par Henry Cavill, la série est désormais attendue avec impatience pour une saison 2. Pour faire patienter les fans, Netflix diffuse donc The Witcher : Le cauchemar du loup, "spin-off préquel" qui revient sur des événements survenus plusieurs années avant ceux de la série-mère. Le film d'animation relate donc les jeunes années de Vesemir, futur mentor de Geralt.

Au casting du doublage, on retrouve l’ex-Divergente Theo James (dans le rôle de Vesemir), Lara Pulver, Graham McTavish et Mary McDonnell. À noter qu'une autre série dérivée est également en préparation : The Witcher : Blood Origin. Ce show de 6 épisodes permettra, en effet, de découvrir les origines du tout premier Sorceleur, avec une intrigue qui se déroulera 1200 ans avant les événements de la première série.

Visuellement bluffant

Dès le début, on remarque une animation assez proche de celle qui se fait au sein de la japanimation. Cela n’est pas anodin, puisque c’est le Studio Mir (studio coréen) qui est ici en charge. Ce dernier a déjà montré ses talents par le passé avec La Légende de Korra, Mortal Kombat Legends : Scorpion's Revenge ainsi que des productions animées Netflix comme Voltron, le défenseur légendaire, Dota : Dragon's Blood et Kipo et l'âge des animonstres. Le studio s’est alors caractérisé par ses scènes hardcore et brutales.

Les fans du genre seront donc rassurés. Le gore est régulièrement présent dans The Witcher : Le cauchemar du loup. Le film n’épargne rien, y compris les enfants mutilés par les immondes créatures de cet univers. Âmes sensibles, s’abstenir, donc.

The Witcher : Le cauchemar du loup
Vesemir (Theo James) - The Witcher : Le cauchemar du loup ©Studio Mir

Ceux qui ont pu reprocher à The Witcher son manque de créatures sordides, en auront d’ailleurs pour leur argent dans ce long-métrage animé. En effet, The Witcher : Le cauchemar du loup compte un immense bestiaire de monstres en tout genre. Ces derniers sont superbement mis en scène et se montrent particulièrement effrayants lorsqu’ils sont en action. Les affrontements sont rythmés, efficaces et visuellement magnifiques. De plus, le film peut compter sur un personnage charismatique en la personne de Vesemir. Moins froid et mutique que son disciple Geralt, le Sorceleur fait preuve d’un humour cynique savoureux.

Une intrigue plus faible

Néanmoins, si l’origin story du protagoniste est intéressante (ponctuée de réguliers flashbacks sur son enfance), l’histoire de The Witcher : le cauchemar du Loup n’est pas la plus passionnante qui soit. En effet, l’intrigue est bien trop désordonnée, et les rebondissements trop prévisibles pour s’y attarder. La production s’est surtout concentrée sur l’univers sombre du monde des Sorceleurs, délaissant le reste. Les personnages secondaires n’ont pas autant de présence que Vesemir, et on les oublie bien vite. Le film est finalement là pour offrir une mise en bouche avant la saison 2 de The Witcher qui s’annonce palpitante. C’est un choix.

The Witcher : Le cauchemar du loup est disponible sur Netflix le 23 août 2021. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Mourir peut attendre : le soleil couchant d'une révolution

Mourir peut attendre : le soleil couchant d'une révolution

CRITIQUE/AVIS FILM - "Mourir peut attendre", 25e film de la licence James Bond, a enfin été présenté, six ans après "Spectre". L'attente a créé une impatience rare parce que c'est le film des adieux de Daniel Craig, une nouvelle aventure après presque soixante ans d'existence du personnage, enfin parce que c'est toujours la promesse d'un spectacle comme seul 007 peut l'assurer. On fait le bilan de cet ultime rendez-vous.