MENU
Accueil > Critiques > Critiques Cinéma/VOD > Un monde plus grand : partir à la découverte de soi
ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Un monde plus grand : partir à la découverte de soi

CRITIQUE / AVIS FILM – « Un monde plus grand » offre une palette d’émotions très fortes en proposant au spectateur d’ouvrir les yeux sur un monde invisible. Avec Cécile de France, lumineuse.

Comment se remettre du deuil de son grand amour ? Et comment espérer le revoir un jour ? Ce sont les deux questions que pose Un monde plus grand, le long-métrage de Fabienne Berthaud, qui dresse à nouveau, après Sky et Pieds nus sur les limaces, un beau portrait de femme dont la vie bascule après un événement traumatisant. La première question évoque ainsi le deuil réellement vécu par Corine Sombrun, dont la réalisatrice a adapté le livre Mon initiation chez les Chamanes. Car c’est bien l’expérience du chamanisme qui va permettre à l’héroïne d’accéder à son vœu le plus cher et de répondre à la deuxième question du film. Fabienne Berthaud, qu’on a rencontrée à Bordeaux avec l’actrice Cécile de France, dit avoir choisi cette dernière pour « son côté animal, très organique et très connecté avec les éléments et la nature, ainsi que pour sa pureté et sa capacité à prendre le risque de jouer le rôle et des transes ».

Le spectateur qui ira voir Un monde plus grand devra impérativement faire preuve d’une grande ouverture d’esprit et accepter de ne pas comprendre tout ce qui va lui être montré ou suggéré. Corine ne se remet pas du décès de Paul, avec lequel elle formait un couple fusionnel. Elle erre comme une âme en peine et en manque, se cogne aux souvenirs de son mari dans tous les recoins de leur appartement. Sa sœur Louise (Ludivine Sagnier) et son patron Marc (Arieh Worthalter), ingénieur du son comme elle, s’inquiètent de cet état de malheur dont elle ne semble pas vouloir sortir.

Corine accepte pourtant de changer d’air et de partir en Mongolie enregistrer les sons d’un documentaire qui traite des spiritualités à travers le monde. Ce sera pour elle bien plus qu’un dépaysement physique, mais une vraie révélation spirituelle, qui va transformer sa vision du monde. Comme si partir loin de chez elle lui avait donné la possibilité de partir surtout à la découverte d’elle-même. Alors qu’elle assiste à une cérémonie chamanique dont elle enregistre les sons du tambour, qui vibre au même rythme que son cœur, ceux-ci déclenchent en elle une transe improbable et la fait hurler comme un loup. La chamane Oyun (Tserendarizav Dashnyam) la reconnaît alors comme chamane et l’incite à revenir se former.

« On ne voit bien qu’avec le cœur, l’essentiel est invisible pour les yeux » (Le Petit Prince)

Le processus d’acceptation par Corine de ce don va d’ailleurs suivre en parallèle le même processus d’acceptation de son deuil, tel que l’a décrit la psychologue Elisabeth Kübler-Ross avec ses 5 phases : déni, colère, désespoir, impuissance et acceptation. Un monde plus grand met très bien en évidence l’écart qui se creuse entre Corine, qui s’accroche à l’espoir de retrouver son mari dans l’autre monde, et sa sœur, à l’approche si cartésienne. Car croire en un monde invisible suscite parfois chez les proches la crainte que la folie n’est pas loin.

Qui, dans nos sociétés occidentales déconnectées des traditions et croyances ancestrales, peut en effet se targuer d’envisager l’irrationnel sans prendre le risque de passer pour un fou ou un menteur ? Peut-être faut-il être dans un état de vulnérabilité et d’absence de soi-même pour accepter d’ouvrir ainsi son esprit à d’autres possibilités ? On ne peut s’empêcher de penser au personnage de L’angle mort, doté lui aussi d’un don, dont il ne sait que faire et qui ne peut pas en parler. Corine va pourtant s’accrocher à l’idée que c’est le seul moyen et l’unique chance pour elle de communiquer avec son mari.

Fiction et réalité s’entremêlent à plusieurs niveaux dans Un monde plus grand, lui conférant une touchante authenticité. Fabienne Berthaud a ainsi co-écrit le scénario avec la romancière Claire Barré, qui a elle-même fait l’expérience du chamanisme et avec l’aide de Corine Sombrun « pour ne pas faire d’erreurs et mieux comprendre le sujet et les expériences du monde noir ». Narantsetseg Dash, qui joue le rôle de l’interprète Naraa, était déjà la vraie interprète de Corine Sombrun dix-huit ans plus tôt. La réalisatrice a aussi utilisé les « sons des séances de tambour et de transe enregistrés par Corine Sombrun et les sons de tambours chamanes du Mexique envoyés par le sound designer Nicolas Becker ». Enfin, le film a été tourné sur les terres du peuple nomade des Tsaatans, derniers éleveurs de rennes à la frontière sibérienne, avec lesquels la réalisatrice a vécu quelque temps.

Et il est vrai que voir à l’écran Cécile de France se mettre en transe et hurler a de quoi surprendre mais la réalisatrice mène si subtilement le spectateur sur ce chemin qu’on y croit sans problème et qu’aucune place n’est laissée au ridicule. Surtout quand on sait que les expériences de transe cognitive de Corine Sombrun sont réellement étudiées par des chercheurs en neurologie. Un monde plus grand se révèle un film romanesque très émouvant qui peut changer le regard du spectateur sur le monde dans lequel il vit. Comme il a changé celui de Cécile de France, pour qui « le rôle a été un cadeau, qui lui a permis d’entretenir sa capacité à l’émerveillement et a provoqué un enrichissement philosophique, tout en aiguisant son œil critique sur notre société matérialiste et cartésienne ».

 

Un monde plus grand de Fabienne Berthaud, en salle le 30 octobre 2019. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

Comment se remettre du deuil de son grand amour ? Et comment espérer le revoir un jour ? Ce sont les deux questions que pose Un monde plus grand, le long-métrage de Fabienne Berthaud, qui dresse à nouveau, après Sky et Pieds nus sur les limaces, un beau portrait de femme dont la vie bascule après un événement traumatisant. La première question évoque ainsi le deuil réellement vécu par Corine Sombrun, dont la réalisatrice a adapté le livre Mon initiation chez les Chamanes. Car c’est bien l’expérience du chamanisme qui va permettre à l’héroïne d’accéder à son vœu le plus…

Conclusion

Note de la Rédaction

"Un monde plus grand" est un film lumineux et émouvant sur le deuil d'un amour et l'état de conscience modifié qui permet d'accéder à un monde invisible.

Note spectateur : 3.43 ( 9 notes)
Voir aussi
Le Mans 66
Le Mans 66 : l’ivresse de la vitesse pour Christian Bale et Matt Damon

CRITIQUE / AVIS FILM - Christian Bale et Matt Damon incarnent dans "Le Mans 66" les deux hommes qui ont permis à Ford de battre Ferrari aux 24 heures du Mans en 1966. Une grande fierté nationale, typique du mythe américain, où des têtes brûlées repoussent les limites, envers et contre tout.

Exprimez vous !
Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis