Une comédie romantique : l'une des très belles surprises de cette fin d'année

Une comédie romantique : l'une des très belles surprises de cette fin d'année

CRITIQUE / AVIS FILM - Alex Lutz tente de se racheter auprès de Golshifteh Farahani dans "Une comédie romantique". Une histoire touchante de retrouvailles et de reconquête qui parvient à trouver l'équilibre parfait.

Une comédie romantique : le come-back

La séquence d'ouverture d'Une comédie romantique donne immédiatement le ton. Dans un appartement parisien bordélique, César (Alex Lutz) se réveille et ne sait pas par où commencer entre sa tartine, son café et sa cigarette. Dans ce plan-séquence qui dévoile le tendre foutoir qu'est son existence, ce musicien à la ramasse apparaît d'emblée attachant et énervant, à la fois détaché et stressé.

Le long-métrage raconte ses retrouvailles avec Salomé (Golshifteh Farahani), la femme de sa vie qu'il a quittée sans prévenir depuis plusieurs années, à cause de sa peur de l'engagement. Alors qu'il est au fond du trou et que sa carrière est au point mort, il souhaite tout mettre en œuvre pour rattraper le temps perdu avec son ex, ainsi que leur fille. Fidèle à lui-même, César ne peut s'empêcher de mentir et de s'inventer une réussite pour se donner plus de chances.

Une comédie romantique
Une comédie romantique ©Alba Films

Thibault Ségouin s'amuse avec les codes d'un genre riche et souvent pris à la légère dans Une comédie romantique, qui n'en est pas vraiment une si l'on s'en tient aux points de départ habituels de ce type de récits. Contrairement à ceux de nombreuses références, de New York-Miami à Il était temps, les deux personnages principaux se connaissent lorsque leur histoire d'amour débute, ou plutôt reprend.

Une écriture soignée

Ce premier long-métrage est donc avant tout une histoire de retrouvailles, avec tout ce qu'elles ont d'euphoriques et de douloureux. Les enjeux dramatiques n'en sont que plus profonds. La mélancolie des premiers moments passés ensemble est encore plus douce, tandis que la souffrance et les regrets provoqués par la séparation sont encore plus violents. Lorsque son personnage explose en voyant son ex réapparaître dans sa vie à sa fenêtre, Golshifteh Farahani résume à merveille toutes ces émotions ainsi que les nuances du film.

Une comédie romantique
Une comédie romantique ©Alba Films

Une méticulosité dans l'écriture qui ne concerne pas que les protagonistes, puisque certains rôles secondaires comme celui du frère de César et sa compagne, Pierre (Olivier Chantreau) et Camille (Lucie Debay), sont eux aussi parfaitement développés. C'est également le cas de Tchéky Karyo. L'acteur vole la vedette à ses partenaires le temps d'une scène dans la peau d'un père perdu, qui ne sait pas s'il doit enlever son manteau ou le garder pendant un repas de famille.

L'équilibre parfait

Le long-métrage doit enfin beaucoup à sa peinture bucolique de Montmartre, évitant toujours de tomber dans le côté carte postale et réussissant à donner l'impression d'être dans un village en plein cœur de la capitale. Loin de la photographie mensongère et tapageuse mais justifiée de Minuit à Paris, Une comédie romantique se sert avant tout de ses personnages, de leurs habitudes et de leur connaissance des lieux pour créer ce sentiment.

Une comédie romantique
Une comédie romantique ©Alba Films

Le film est donc la somme idéale de plusieurs éléments, de l'amour du réalisateur pour sa ville mais aussi pour César, Salomé et leur entourage, d'une interprétation constamment sur le bon ton et d'une énergie communicative, qui n'éclipse jamais totalement la tristesse nécessaire à une telle histoire. Une très jolie surprise, à laquelle il est toujours agréable de repenser.

Une comédie romantique de Thibault Ségouin, en salles le 16 novembre 2022. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces. Le long-métrage a été présenté au Festival du Cinéma & Musique de film de La Baule, ainsi qu'au Festival International du Film de Saint-Jean-de-Luz hors compétition.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Kanun, la loi du sang : un polar romantique à la Refn

Kanun, la loi du sang : un polar romantique à la Refn

CRITIQUE / AVIS FILM - Jérémie Guez reste fidèle à son cinéma avec "Kanun, la loi du sang", son troisième long-métrage qui propose une tragédie romantique au sein du milieu mafieux albanais de Bruxelles.