MENU
Accueil > Critiques > Critiques ciné > Une Femme d’exception : Felicity Jones combat le patriarcat

Une Femme d’exception : Felicity Jones combat le patriarcat

CRITIQUE FILM – Pour fêter la nouvelle année, la réalisatrice et scénariste Mimi Leder met en scène la brillante Felicity Jones dans un long-métrage porté par son sujet principal : le parcours de la juriste de la Cour Suprême des Etats-Unis, Ruth Bader Ginsburg.

L’année 2018 a été chargée dans le milieu cinématographique et une légère brise féministe soufflait sur cet univers encore trop masculin. Une nouvelle année débute tout juste, et parmi les films à l’affiche, un retient particulièrement l’attention car il semble passer un message vif, un message que l’on espère puissant pour tout le monde et notamment pour le cinéma : Une Femme d’exception.

Dans une volonté de mettre en lumière les parcours de celles qui ont marqué l’Histoire, Mimi Leder impose un long-métrage essentiel sur le parcours inspirant et déterminé d’une femme tout aussi essentielle. En octobre dernier, le public français découvrait à travers RBG, un documentaire passionnant signé Betsy West et Julie Cohen, l’icône américaine, avocate et juriste à la Cour Suprême des Etats-Unis Ruth Bader Ginsburg. Celle qui, à 85 ans, est devenue une célèbre figure des réseaux sociaux en s’imposant contre les volontés du gouvernement Trump, y partageait ses combats, ses réussites et ses échecs.

Critique Une Femme d'exception : Felicity Jones combat le patriarcat

Hasard, ou pas, du calendrier, Une Femme d’exception, arrive tout juste quelques semaines après. Cette fois, Ruth est incarnée par la brillante Felicity Jones, qui a prouvée plus d’une fois ses talents devant la caméra – notamment dans le discret mais fabuleux Quelques minutes après minuit en 2016. À ses côtés, pour incarner Martin, le défunt mari de R.B.G (comme on la surnomme sur les réseaux sociaux – référence au rappeur Notorious B.I.G dont les combats et les luttes sociales étaient similaires à ceux de la juge), le talentueux Armie Hammer que l’on a découvert il y a quelques années dans The Social Network de David Fincher.

Film classique mais parcours unique

Bien que le film reste assez classique dans sa narration et dans sa réalisation, qui malgré sa parfaite exécution, reste tout à fait oubliable, le sujet y est passionnant grâce à son authenticité remarquable. Là où le documentaire brassait toute la vie de Ruth Bader Ginsburg, le long-métrage se concentre sur plusieurs événements marquants. Ceux qui ont eu un impact, à la fois sur la vie de la brillante femme mais aussi sur les lois américaines. Car si le film dresse le portrait d’une femme qui a tout changé (c’est à se demander comment nous autres françaises et français n’avons pas eu connaissance de ce parcours important au sein de l’Histoire), il y dresse également le portrait de la société américaine des années 50 – qui fait de nombreux échos à l’actuelle -, profondément conservatrice et réfractaire aux changements.

De ses débuts à Harvard, où elle représente, au sein d’une promotion de cinq cent élèves, à peine la dixième femme, jusqu’à ses stratégies intellectuelles pour faire passer la pilule en douceur et pour arriver à convaincre des hommes insensibles aux droits des femmes, son parcours fascine. L’intelligence réside aussi chez Mimi Leder qui, plutôt que de mettre en avant le plus grand événement de la carrière de RBG, à savoir son accès à la Cour Suprême, e préfère un d’apparence plus futile (une affaire de fraude fiscale) mais qui montre brillamment l’ascension, à tous les niveaux, de la juge. Grâce à son accessibilité, qu’on peut lui reprocher sur certains aspects, notamment sur la description appuyée des faits et les remises en contexte incessantes mais essentielles pour capter l’attention et la compréhension d’un public universel, Une Femme d’exception reste un objet cinématographique ludique et enthousiasmant.

 

Une Femme d’exception de Mimi Leder, en salle le 2 janvier 2019. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

L'année 2018 a été chargée dans le milieu cinématographique et une légère brise féministe soufflait sur cet univers encore trop masculin. Une nouvelle année débute tout juste, et parmi les films à l'affiche, un retient particulièrement l'attention car il semble passer un message vif, un message que l'on espère puissant pour tout le monde et notamment pour le cinéma : Une Femme d'exception. Dans une volonté de mettre en lumière les parcours de celles qui ont marqué l'Histoire, Mimi Leder impose un long-métrage essentiel sur le parcours inspirant et déterminé d'une femme tout aussi essentielle. En octobre dernier, le public…

Conclusion

Note de la rédaction

Mimi Leder ouvre l'année cinématographique avec un film qui dresse le parcours d'une femme qui a marquée l'Histoire. Sous les traits d'une Felicity Jones remarquable, RBG devient une super-héroïne au parcours inspirant.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

The Hate U Give : poing levé contre les violences policières

CRITIQUE FILM - Plus que jamais le cinéma américain se veut engagé, politique et révolutionnaire. Alors que le pays connaît des ressorts politiques et sociaux alarmants, le cinéma s'en veut le miroir, le constat et, parfois, la solution. "The Hate U Give - La haine qu'on donne" en est un nouvel exemple.

Laisser un commentaire

Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis