Accueil > Critiques > Critiques ciné > Venom : le symbiote est moins convaincant sans Spider-Man !

Venom : le symbiote est moins convaincant sans Spider-Man !

CRITIQUE FILM – Après une apparition critiquée dans « Spider-Man 3 », Venom est de retour dans son propre film solo. Ruben Fleischer, le réalisateur de « Bienvenue à Zombieland » et « Gangster Squad » est aux commandes, tandis que Tom Hardy incarne Eddie Brock. Le film devrait être l’ouverture à une éventuelle saga. Mais alors que vaut ce spin-off de l’univers Spider-Man ?

Tandis que les premiers retours américains ont totalement descendu le film, il s’avère que Venom, n’est certes pas très original, mais n’est pas non plus la purge annoncée. Le long métrage de Ruben Fleischer est un film calibré qui ne prend pas de grands risques mais reste totalement divertissant.

Le gros problème de Venom : le film ne sait pas sur quel pied danser

Venom n’est pas dénoué de défauts et s’apparente davantage à un blockbuster lambda qu’à une véritable prise de risques comme ont pu l’être Deadpool ou Logan (que l’on apprécie ou pas). Le problème majeur du film de Ruben Fleischer c’est qu’il ne sait pas sur quel pied danser. Le cul entre deux chaises, le long métrage ne choisit jamais vraiment ce qu’il veut raconter, et surtout comment il veut le raconter. Après une scène d’ouverture ratée, courte et totalement insipide, le film offre une rapide introduction qui n’est pas indispensable, mais non dénuée de tout intérêt. Venom se fait ensuite attendre, suffisamment longtemps pour avoir aguiché le spectateur comme il se doit. Jusque là le dosage est bon. Tom Hardy est convaincant en Eddie Brok, le spectateur s’attache au reporter, et le ton hésite entre une approche sérieuse et une comédie pop. Comme souvent dans les films de super-héros, les situations sont dédramatisées avec des ruptures de ton humoristiques. Jusque là rien d’étonnant.

Le vrai premier problème du film c’est que celui-ci n’est pas été classé R, c’est à dire interdit aux moins de 16 ans aux Etats-Unis. C’est la classification de Deadpool et Logan qui ont été de francs succès. Sony a préféré ne pas prendre le risque et signer un blockbuster tout public. Le studio parle déjà d’une version non censurée pour la VOD, histoire de retourner sa veste. Et franchement c’est dommage. Venom est au mieux un super-vilain, au pire un anti-héros. Quoi qu’il en soit c’est un personnage dark et ultra violent qui méritait amplement sa classification R. Il ne l’a pas, ainsi soit-il. Mais le long métrage essaye néanmoins d’être violent, ce qui vient rappeler constamment au spectateur qu’il ne verra aucune goutte de sang, aucune tête arrachée, rien de sanglant. Venom répète du début à la fin qu’il veut tuer, mais ne passe jamais à l’acte. Si le film n’est pas classé R, autant éviter de le rendre faussement violent non ? Ensuite Venom cherche à être drôle. Pourquoi pas. Mais tous ces éléments comiques sont dilués dans une intrigue inutilement sérieuse. Trop pragmatique, le scénario veut se prendre au sérieux, ce qui détonne avec l’apport constant d’humour. Peut-être aurait-il mieux valu que Ruben Fleischer offre une série B décomplexée, une oeuvre définitivement pop qui s’assume à la manière encore une fois de Deadpool. Alors comédie ? Film d’action sérieux ? Ou série B décomplexée ? Ruben Fleischer et Sony ne choisissent pas et Venom est quelque part entre toutes ces approches.

La relation Venom – Eddie Brock façon Dr Jeckyll and Mr Hyde ?

Cela avait été mis en avant pendant la promotion, Ruben Fleischer voulait créer une relation façon Dr Jeckyll and Mr Hyde, déjà abordée au sein du Marvel Cinematic Universe de Disney à travers le personnage de Banner/Hulk. Contre toute attente cette relation est plutôt bien gérée, même si Venom est « trop gentil ». Cette relation est propice à de nombreux ressorts comiques, notamment dans la dispute du contrôle ou de l’action à conduire. Malheureusement, cette opposition entre l’hôte et son symbiote n’est pas assez exploitée. Les deux entités deviennent rapidement amies et ne se disputent plus le contrôle, Venom n’offrant plus aucune résistance. Le comble du ratage survient lorsque Venom se transforme en conseiller conjugal… Oui oui vous avez bien lu et vous verrez très vite de quoi on parle. Bref on aurait aimé, comme dans Spider-Man 3, que Venom demeure un danger et non pas un petit toutou au service d’Eddie Brock. Cette relation ne s’inspire du roman de ‎Robert Louis Stevenson que le temps de quelques instants, avant de laisser tomber tout son potentiel dramatique, ou comique, pour se transformer en relation ami-ami. Ce Venom, en plus de n’être pas foncièrement beau, n’est pas à la hauteur du personnage créé par David Michelinie, Mike Zeck et Todd McFarlane. Le sombre personnage est finalement un Spider-Man déguisé qui fait des vannes et se contente de tuer deux misérables personnes dans l’entièreté du film. On a connu plus violent. L’antagoniste interprété par Riz Ahmed n’est pas passionnant tandis que Michelle Williams reste en retrait. Quant au combat final il demeure relativement illisible, expéditif, assez brouillon et pas franchement passionnant. 

Mais sinon, malgré tous ces défauts, Venom se laisse regarder avec plaisir. Oui oui on vous assure. Le rythme de Ruben Fleischer n’est ni trop lent ni trop rapide, parfaitement dosé ce qui permet d’éviter le traditionnel final asphyxiant des films de super-héros ou autre blockbuster. Venom donne parfois l’impression de se rapprocher d’une série B que d’un véritable blockbuster à gros budget ce qui est également plaisant. Enfin Tom Hardy assure la baraque et on espère que le film ne fera pas un bide total pour laisser une seconde chance à Sony. Surtout que la scène post-générique tease bien comme il faut la possible suite. Quant à la seconde scène post-générique elle vient nous hyper sur Spider-Man : New Generation en salles le 12 décembre prochain.

Bref ce Venom est un blockbuster classique qui risque de décevoir grandement les aficionados des comics. Pour le reste du public il s’agira d’un énième film de super-héros lambda, ni détestable, ni remarquable. 

 

Venom de Ruben Fleischer en salles le 10 octobre. Ci-dessus la bande-annonce.

Tandis que les premiers retours américains ont totalement descendu le film, il s'avère que Venom, n'est certes pas très original, mais n'est pas non plus la purge annoncée. Le long métrage de Ruben Fleischer est un film calibré qui ne prend pas de grands risques mais reste totalement divertissant. Le gros problème de Venom : le film ne sait pas sur quel pied danser Venom n'est pas dénoué de défauts et s'apparente davantage à un blockbuster lambda qu'à une véritable prise de risques comme ont pu l'être Deadpool ou Logan (que l'on apprécie ou pas). Le problème majeur du film…

Note de la rédaction

40

Divertissement calibré et efficace, "Venom" se regarde vite et s'oublie vite mais n'est pas un navet absolu.

User Rating: Be the first one !

Voir aussi

Ant-Man 2 : la scène post-générique devait en montrer plus sur Thanos

Ant-Man et la Guêpe de Peyton Reed est sorti dans nos salles le 18 juillet 2018. La scène post-générique nous a laissés pantois tant elle était en résonance avec la fin d’Avengers : Infinity War. Plus que cela même, elle se déroulait en même temps et nous laissait présager la suite des évènements.

Laisser un commentaire

Copyright © 2018 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis