MENU
Accueil > Critiques > Critiques cinéma > Walter : une comédie fast-food

Walter : une comédie fast-food

CRITIQUE FILM – « Walter », une comédie de Varante Soudjian, présente une brochette d’acteurs drôle et une idée originale. Malheureusement, le film laisse surtout des regrets par un côté « trop gentil » et politiquement correct.

Walter raconte les péripéties d’un petit groupe de braqueurs amateur qui mettent à exécution un plan simple, pénétrer la nuit dans un hyper marché, faire tomber le mur qui les sépare d’une bijouterie et emporter le magot. Malheureusement, ce plan est perturbé par un petit détail qu’ils n’avaient pas prévu : la présence d’un vigile, ancien chef de guerre africain.

« Tout le monde est gentil » l’ennemi de la comédie

Raconter une histoire drôle en prenant soin de ne brusquer personne peut avoir l’avantage d’être politiquement correct, mais cela peut aussi avoir l’inconvénient de ne plus être drôle, et pire encore de passer pour ridicule.
En effet, le petit groupe de cambrioleurs est composé de zonards assez stéréotypés, et c’est cela qui est drôle. Tirer les traits d’un individu identifiable, exagérer des attitudes reconnaissables pour les tourner en dérision est bien ce qui est drôle. De tout temps, les meilleurs de la comédie narguent les petits défauts des gens qu’elles caricaturent, quelle qu’en soit leur catégorie sociale, c’est là leur mérite, et seuls ceux qui se prennent trop au sérieux n’en rient pas.

Critique Walter : une comédie fast-food

Walter va dans ce sens dans un premier temps. Il prend un groupe de jeunes des banlieues, les montre comme exagérément pas très malin, et cela fonctionne bien. Mais au fur et à mesure que le film avance, il reste inoffensif. Les personnages n’ont jamais que des petits bobos, surtout pas de mort, l’action raconte un braquage, mais il ne faut brusquer personne. À la sortie, Walter donne l’impression d’un film qui ne prend aucun risque, mais aussi qui prend ses spectateurs, un peu pour des enfants.

Des ficelles qui servent de cache-misère

L’inconvénient dans Walter, c’est que les choses partent bien. La situation est cocasse. Mais plus le film avance, plus les ficelles scénaristiques ne servent non pas l’histoire, mais tous les personnages. Personne n’est trop méchant et à la fin presque tout le monde est content. Cette direction n’apporte pas grand-chose et masque à peine un pseudo-message politiquement correct. Le film aurait sans doute été plus réussi s’il était allé sans retenue dans la caricature au lieu de protéger inutilement ses personnages.

Critique Walter : une comédie fast-food

Walter laisse ainsi des regrets, car beaucoup d’ingrédients y étaient pour faire un film réussi. Dommage, car l’idée de présenter l’action comme un véritable film d’action pouvait laisser croire que le réalisateur irait dans ce sens. Mais le personnage « du méchant » manque cruellement d’épaisseur et ne représente même pas un obstacle pour le héros. À quel point votre humble serviteur aurait aimé avoir un méchant à la Hans Grubber (Piège de cristal), qui donne vraiment du fil à retordre aux protagonistes. Il n’en sera malheureusement rien.

 

Walter de Varante Soudjian, en salle le 20 mars 2019. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

Walter raconte les péripéties d’un petit groupe de braqueurs amateur qui mettent à exécution un plan simple, pénétrer la nuit dans un hyper marché, faire tomber le mur qui les sépare d’une bijouterie et emporter le magot. Malheureusement, ce plan est perturbé par un petit détail qu’ils n’avaient pas prévu : la présence d’un vigile, ancien chef de guerre africain. « Tout le monde est gentil » l’ennemi de la comédie Raconter une histoire drôle en prenant soin de ne brusquer personne peut avoir l’avantage d’être politiquement correct, mais cela peut aussi avoir l’inconvénient de ne plus être drôle, et…

Conclusion

Note de la rédaction

Walter laisse des regrets, car beaucoup d’ingrédients y étaient pour faire un film réussi.

Note spectateur : Sois le premier !
Ça pourrait vous intéresser

Voir aussi

Point Blank : un remake inutile de À Bout Portant

CRITIQUE / AVIS FILM - Joe Lynch, le réalisateur de "Détour Mortel 2", est de retour derrière la caméra pour une production Netflix : "Point Blank". Porté par Anthony Mackie et Frank Grillo, ce film d'action est un remake américain de "À Bout Portant", le thriller de Fred Cavayé.

Exprimez vous !

Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis