ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Wonder Woman 1984 : l'un des pires films du DC Extended Universe ?

Wonder Woman 1984 : l'un des pires films du DC Extended Universe ?

CRITIQUE / AVIS FILM - Après un premier opus sorti en 2017, Patty Jenkins est de retour derrière la caméra pour mettre en scène « Wonder Woman 1984 ». Toujours porté par Gal Gadot et Chris Pine, le long-métrage doit se content d'une diffusion VOD sur le territoire français. Un mal pour un bien ?

Wonder Woman 1984 : une suite très décevante

Même s'il avait quelques défauts, Wonder Woman s'inscrivait dans le haut du panier du DCEU. Malheureusement, sa suite fait pâle figure... Pour Wonder Woman 1984, Patty Jenkins est de retour derrière la caméra, tandis que Gal Gadot reprend le rôle de la puissante Amazone pour la 5ème fois - après ses apparitions dans son premier film en solo, dans Batman V Superman, et dans les deux versions de Justice League. Ce qui n'empêche pas le duo de livrer un film raté dans son ensemble.

Wonder Woman (Gal Gadot) - Wonder Woman 1984
Wonder Woman (Gal Gadot) - Wonder Woman 1984 ©Warner Bros Studios

La réalisatrice tente de surfer sur la vague nostalgique des années 1980. Une époque à la mode à Hollywood actuellement. Les exemples sont légions, entre Stranger Things, les innombrables remakes et reboots des grands succès des années 80, ou le traitement du Marvel Cinematic Universe avec des films comme Les Gardiens de la Galaxie ou Thor : Ragnarok. Et comme souvent, DC et Warner tentent de copier la recette de Marvel Studios.

Vu le titre, sa typographie et les premières bandes-annonces, c'était évident que Patty Jenkins allait miser sur cet engouement. Mais tandis que James Gunn ou Taika Waititi parviennent à trouver le juste milieu entre vintage et modernité, Patty Jenkins signe un film de super-héros qui a vingt ans de retard.

Un blockbuster en retard sur son temps

Patty Jenkins propose en effet un blockbuster mou, ennuyeux, souvent mal rythmé et bourré de clichés. Alors qu'elle tente d'offrir un cinéma old school, avec des codes volontairement obsolètes, elle aboutie sur un film de super-héros qui a fait son temps. Avec un humour bas de gamme et, surtout, au scénario extrêmement téléphoné. Les thématiques abordées et l'intrigues sortent tout droit d'un film de la fin des années 1990, avec la quête d'un artefact, un méchant mégalomane, et la perte de pouvoir d'une héroïne surpuissante. Une thématique de la chute déjà vue et mieux développée ailleurs (Iron Man 3, Spider-Man 2, Logan...).

Du côté des séquences d'action, elles ne relèvent malheureusement pas le niveau de cette production. Généralement illisibles, les scènes sont brouillons et ne proposent pas grand chose d'impressionnant. Le paroxysme du vide visuel est atteint lors de cette séquence inintéressante sur une parcelle d'autoroute, où la justicière combat quelques soldats. Un passage qui manque cruellement d'impact et d'identité visuelle. Matrix Reloaded faisait beaucoup mieux en 2003.

Steve Trevor (Chris Pine) - Wonder Woman 1984
Steve Trevor (Chris Pine) - Wonder Woman 1984 ©Warner Bros Studios

Heureusement, il y a quelques éléments à sauver. La romance entre Wonder Woman et Steve Trevor parvient à partager quelques ressorts émotionnels convaincants. L'alchimie fonctionne très bien entre les deux personnages et les deux interprètes. Leur relation demeure ainsi un des éléments forts du film.

De même, Pedro Pascal tire son épingle du jeu dans la peau de Maxwell Lord. Il est majoritairement pertinent dans la peau de ce méchant qui n'en est pas vraiment un. Encore une fois, DC copie la formule Marvel en mettant en scène des antagonistes ambigus, qui ne cherchent pas à faire le mal pour le mal, mais qui ont leur propre but, désir, et volonté, qui partent parfois d'une bonne intention. La star de The Mandalorian propose en tout cas une interprétation solide de son personnage, qui est indéniablement le plus intéressant du film.

 

Wonder Woman 1984 de Patty Jenkins, disponible en VOD le 31 mars et en DVD / Blu-ray le 7 avril 2021. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces. 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Night in Paradise : la violence insipide du monde

Night in Paradise : la violence insipide du monde

CRITIQUE / AVIS FILM - Sous ses airs de film de gangsters à la violence désincarnée, "Night in Paradise" se révèle en drame sombre et pessimiste sur un truand exilé et accompagné d'une femme tout aussi désespérée.