X : quand le tournage d'un porno vire au massacre

Un grand moment sanglant !

X : quand le tournage d'un porno vire au massacre

CRITIQUE / AVIS FILM - Avec "X", film d'horreur sous fond de porno des années 1970, Ti West rend un hommage intelligent à "Massacre à la tronçonneuse" tout en prenant sa propre direction, en se trouvant une personnalité fascinante.

Le slasher X tant attendu

Voilà un moment que Ti West nous fait de l'œil avec son film X. Par son unique lettre, pour le moins évocatrice, en guise de titre. Puis, par son pitch et l'univers présenté dans les premières bandes-annonces. Sans oublier les retours très positifs de la presse américaine.

L'histoire est celle d'une petite équipe de tournage qui, dans les années 70, se rend dans une ferme isolée du Texas pour tourner un film pornographique. Deux genres d'une même époque vont ainsi se rencontrer : le porno et le slasher des 70's. En louant la ferme d'un couple de personnes âgées, l'équipe de tournage n'imagine pas qu'il pourrait leur arriver un drame. Pour le public, qui connaît bien un certain Massacre à la tronçonneuse (film d'horreur de Tobe Hooper qui relève plus du survival), cela semble évident.

X
X - ©A24

Tout dans X renvoie à cette œuvre culte de 1974 sur un groupe de jeunes victime d'une famille dégénérée et cannibale. Même l'arrivée en camionnette bleue y fait clairement référence. Depuis, Massacre à la tronçonneuse a eu de nombreuses suites et d'innombrables films y ont fait référence. Mais X est peut-être l'un des rares à avoir compris comment s'imprégner du film d'Hooper pour en proposer quelque chose à la fois de neuf et dans la lignée directe.

Ti West réalise en effet ce long-métrage comme s'il était encore en 1974, sans ironie, cynisme ou nostalgie. Le grain de l'image est là et ce Texas est toujours aussi angoissant. Mais son traitement est un peu différent, principalement dans ses thématiques : le rapport au sexe, au désir et à la célébrité qui sont les sujets enfouis du film.

X
X ©A24

Du Massacre à la tronçonneuse, mais pas que...

Ainsi, le réalisateur ne cherche pas à rendre uniquement hommage à Massacre à la tronçonneuse. Il s'en éloigne, et son film dégage même parfois quelque chose presque de l'ordre du fantastique. Le fait d'offrir à Mia Goth un double rôle va dans ce sens. Elle est en effet à la fois l'héroïne Maxine, et Pearl, la vieille dame, méconnaissable sous ces prothèses et ce maquillage qui la vieillissent.

L'approche est dès lors moins réaliste mais plus étrange que chez Hooper, et Ti West peut ainsi s'offrir de superbes plans (cet alligator qui suit Maxine dans le lac), jouer avec l'imagerie érotique et instaurer un climat paradoxal. Entre la légèreté du film porno qui se tourne (qui donne une dose d'humour au film) et le regard inquiétant de ces deux petits vieux, on ne sait pas bien quel ton pourrait l'emporter jusqu'à une dernière partie sanglante.

X
X - ©A24

Porté par la personnalité de Mia Goth, magnifique et envoûtante final girl, X est un vent de fraicheur dans le genre. Un pur plaisir intelligent qui reste en mémoire et qui ne s'arrête pas là. Ti West a déjà réalisé le préquel de son œuvre, Pearl, et s'est en même temps attelé à la suite, MaXXXine. Sans crier gare, ce petit malin pourrait bien être parvenu à proposer une saga horrifique unique en son genre.

X de Ti West, en salles le 2 novembre 2022. Le film était présenté en avant-première au 48e Festival de Deauville. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Novembre : Cédric Jimenez fait son

Novembre : Cédric Jimenez fait son "Zero Dark Thirty"

CRITIQUE / AVIS - FILM - Après "Bac Nord", Cédric Jimenez s'intéresse avec "Novembre" à la traque des terroristes responsables des attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Un sujet délicat qu'il aborde sous la forme d'un film d'enquête tendu.