All of Us Are Dead : dernier cours à Hyosan

On en redemande !

All of Us Are Dead : dernier cours à Hyosan

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Proposée par Netflix, "All of Us Are Dead" dépasse la simple série de zombies pour traiter, comme souvent avec les œuvres coréennes, de sujets de société plus profonds.

All of Us Are Dead, nouvelle série choc de Netflix

Depuis le succès de Squid Game, les programmes qui viennent de Corée du Sud et qui sont proposés par Netflix, sont particulièrement scrutés. Mais alors lorsqu'il est question, en plus, de zombies, on se dit que la plateforme va forcément encore casser la baraque. Impossible pour autant de prédire avec exactitude le succès d'All of Us Are Dead (tout dépendra des algorithmes et des abonnés). Mais on ne peut qu'espérer que ce sera le cas devant l'excellence du show.

All of Us Are Dead
All of Us Are Dead ©Netflix

Pourtant, en soi, All of Us Are Dead ne révolutionne pas le genre. Des zombies qui affluent et une poignée de survivants, dans un lieu relativement clos, qui risquent d'y passer, on a déjà vu ça. Mais à la manière d'un Dernier train pour Busan (pour rester du côté de la Corée du Sud), la série Netflix fait les choses bien avec une maîtrise à tous les niveaux. Pas de train ici, mais un lycée en guise de décors principal. Une élève infectée par un virus et rapidement une épidémie de zombies se déclenche dans la modeste ville de Hyosan. On y suit alors, dans un premier temps, quelques élèves qui parviendront à survivre à cette attaque soudaine et trouveront refuge dans différents coins du campus.

Une réalisation maîtrisée

Tout en prenant son temps pour présenter différents personnages, All of Us Are Dead ne tarde pas à nous mettre dans le bain. Dès les premiers instants à vrai dire. Et après un premier épisode, nous voilà déjà sous le choc. Avec ces lycéens attachants pour la plupart (d'autres beaucoup moins), confrontés à l'horreur de voir le monde s'effondrer sous leurs yeux. Comme cette séquence dans la cafétéria, au ralenti, avec la jeune On-jo paralysée devant une horde de monstres.

All of Us Are Dead
All of Us Are Dead ©Netflix

S'en suit alors un plan-séquence efficace qui témoigne d'une volonté de capter notre attention avec des vraies propositions de mise en scène et de ne pas se reposer sur un concept, tout en travaillant toujours sur l'empathie des personnages. Visuellement, la série n'en fait pas trop mais ne lésine pas sur le gore. Surtout, elle gère à la perfection l'espace. Il y a ainsi, plus tard dans la saison, ce passage tendu dans la bibliothèque, ou encore l'angoisse grandissante dans la cage d'escaliers menant au toit.

Des larmes, de la tension, mais aussi des rires

Si la réalisation est intelligente, l'écriture l'est tout autant. Car, encore une fois, l'empathie pour les protagonistes est inévitable. Et, rapidement, on comprend qu'All of Us Are Dead ne nous épargnera pas puisque tous peuvent être sacrifiés. Ainsi, lorsque la série ne se concentre pas sur la tension, elle met l'accent sur l'émotion. La relation entre les jeunes est précieuse, qu'elle mène vers des sentiments amoureux ou, au contraire, à une véritable haine - celle entre la bourgeoise et le prolétaire, comme métaphore effrayante de la lutte des classes.

All of Us Are Dead
All of Us Are Dead ©Netflix

De plus, il n'est pas anodin que la série se déroule dans un lycée. Cela permet de pointer, d'une part, le mal-être des étudiants - à cause du harcèlement et de la pression des résultats, pouvant mener au suicide. On peut là se référer à des œuvres comme After my Death ou Suicide Club par exemple, mais également Battle Royal. Car, d'autre part, All of Us Are Dead ne manque pas de mettre l'adulte face à ses responsabilités. En effet, c'est bien l'adulte qui est à l'origine de ce désastre. Et lui, sauf rares exceptions, qui abandonnera à plusieurs reprises des jeunes dans leur malheur, avant et pendant l'épidémie de zombies. Ce discours sur l'espoir et la sagesse dans l'épisode 5 est un bon révélateur d'une scission entre deux générations.

Heureusement, tout en étant assez sombre dans ses sujets abordés et le destin de certains protagonistes (comme l'adolescente enceinte), All of Us Are Dead n'oublie pas d'être un divertissement. La série fait ainsi parfois preuve de plus de légèreté avec des vrais moments de comédie. On est notamment fan des scènes de Lee Eun-saem qui interprète Mi-jin, la jeune fumeuse au fort caractère. Un équilibre bien trouvé pour nous scotcher sans nous rebuter. Et surtout faire qu'on en redemande encore après une première saison de douze épisodes.

All of Us Are Dead de Chun Sung-il et JQ Lee, sur Netflix le 28 janvier 2022. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Oussekine : un portrait intime et bouleversant d'une famille meurtrie

Oussekine : un portrait intime et bouleversant d'une famille meurtrie

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986, le jeune Malik Oussekine meurt sous les coups de policiers. 35 ans plus tard, la série "Oussekine" revient sur l'affaire en se consacrant avant tout à l'impact sur ses proches, sans pour autant éluder les retombées médiatiques, politiques et sociétales.