ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Homeland saison 8 : Carrie Mathison dans sa mission la plus périlleuse

Homeland saison 8 : Carrie Mathison dans sa mission la plus périlleuse

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Dans sa huitième et ultime saison, "Homeland" replonge son intrigue à Kaboul et renoue avec ce qui faisait la sève de ses débuts : la psyché de son personnage principal, l'agent Carrie Mathison.

Depuis 2011, l'une des séries phares de Showtime (si ce n'est la plus importante à ce jour), Homeland, nous ballade nerveusement. Entre fascination (les trois premières saisons, majeures) et hésitation (les saisons 4, 5 et 6, aussi bonnes que bancales). Il y a eu cependant le sursaut tant attendu en saison 7 (diffusée en 2018). Celle-ci remettait, en quelque sorte, les compteurs à zéro pour un ultime run final. Une ultime saison (dont nous avons pu voir les deux premiers épisodes) sous le signe de l'apaisement, ou un cauchemar de plus pour Carrie Mathison ?

Retrouvée par Saul Berenson en fin de saison dernière grâce à un ultime coup de poker avec les services secrets russes (un échange sur un pont, digne d'un Spielberg dont on taira le nom), l'agent est méconnaissable et semble traumatisée par ces 180 jours enfermée dans le noir. Une captivité sans ses médicaments contre ses troubles mentaux...

À travers Carrie

C'est sur ce point de départ tendu que la saison 8 d'Homeland ouvre grand ses portes. Jusqu'à nous replonger, et ce dès son premier épisode, en plein cœur de l'action. En période de réhabilitation sociale et professionnelle, Carrie est envoyée de justesse par Saul à Kaboul pour résoudre le conflit sans fin avec les talibans. Sans trop en révéler, Homeland entame son ultime saison avec ténacité. Tandis qu'on avait pris l'habitude d'un show construit en crescendo, elle met ici les bouchées doubles et nous propulse d'emblée en pleine zone de conflit. On ne va pas pester dessus, bien au contraire.

Homeland

La série d'Alex Gansa touche à son terme et il est maintenant temps de lier les destins de Mathison avec son âme sœur, le regretté Brody (disparu brutalement en fin de saison 3), socle de la série. Carrie est ainsi suspectée par une faction de la CIA d'être devenue une agent double du KGB, à l'instar de son compagnon dans les deux premières saisons. La boucle commence à prendre forme, peu à peu, préparant un final explosif.

Sans doute, cette dernière saison d'Homeland saura contenter l'attente des fans de la première heure. Entre suspicions et trahisons, la série réserve toujours son lot de twists et de retours inattendus (et ce, dès le deuxième épisode !). Cependant, si il y a bien là une promesse tenue, c'est le traitement de Carrie Mathison. Sa psyché, laissée en second plan depuis deux saisons (suite à une "guérison"), reprend les devants de l'intrigue et plonge le spectateur dans la brume. Entre hallucinations, souvenirs effacés de son incarcération en Russie et possible divulgation d'informations clé sur les Américains lors de cette captivité... Carrie est désormais autant dans le collimateur de ses ennemis que de ses collègues.

Restera Saul Berenson, l'infatigable négociateur rêvant sans fin d'une paix entre les nations, qui pourrait sauver à nouveau son amie. Ou serait-ce le contraire ? Au terme de cette décennie de tension, on aura appris une chose d'Homeland : Carrie Mathison est à ne jamais sous-estimer.

 

Homeland saison 8, à partir du 10 février 2020 sur MyCanal en US+24. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez toutes nos bandes-annonces ici.