MENU
Accueil > Critiques > Critiques séries > Locke & Key : une timide quête des clés sur Netflix
ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Locke & Key : une timide quête des clés sur Netflix

CRITIQUE / AVIS SÉRIE – Longtemps attendue, la série « Locke & Key » arrive enfin jusqu’à nos yeux grâce à Netflix, qui a pris les choses en main. Cette adaptation de la bande dessinée imaginée par Joe Hill (le fils de Stephen King) nous récompense-t-elle pour cette attente ?

Du monde s’est cassé les dents sur l’adaptation des comics Locke & Key. Que ce soit pour une série ou un film, on a longtemps attendu que quelqu’un parvienne à faire aboutir le projet. Puis est arrivé Netflix, qui annonce que, eux, vont y arriver. Ils vont d’ailleurs chercher Joe Hill, l’auteur de l’histoire originale, pour travailler dessus. Maintenant que la série voit le jour, on peut oublier toutes les galères et se concentrer là-dessus.

Locke & Key suit une fratrie qui prend un nouveau départ après la mort de leur père, tué par un meurtrier très dérangé. Les trois enfants, Tyler, Kinsey et Bode, emménagent avec leur mère à Keyhouse, une bâtisse ancienne qui est dans leur famille. Cette nouvelle vie n’est pas spécialement excitante mais elle doit leur servir de point de départ pour oublier la tragédie endurée. Alors qu’ils commencent tous à prendre leurs marques à leur manière, ils découvrent que la maison détient des secrets. Des clés magiques sont à trouver pour accéder à des pouvoirs particuliers. Mais un démon aimerait aussi s’emparer d’elles. En plus d’apprendre à se découvrir intimement, les enfants vont s’allier dans une lutte qui va leur procurer quelques sensations fortes.

L’enjeu des clés sauve Locke & Key

Le rapide tour du propriétaire étant fait, la série s’axe sur deux progressions simultanés. Les trois frères et sœurs doivent dompter ce nouvel environnement, avec les problématiques que ça englobe à leurs âges. À savoir les rapports avec les autres adolescents, la pression des liens familiaux, les amours, la recherche d’un cadre qui leur convient pour grandir… Locke & Key progresse comme un teen drama assez classique, avec des figures assez peu novatrices (les geeks, les célébrités, le professeur qui joue au mentor…).

La série marche assez bien sur ce versant mais on a largement vu mieux ailleurs, ce qui ne permet pas de susciter un énorme enthousiasme dans la progression des héros. Ce qu’on attend, c’est de voir le fantastique s’immiscer dans cette histoire. La recherche et la découverte des clés, avec les pouvoirs très variés, est une quête agréable parce qu’elle arrive à nous surprendre. On ne dévoilera pas ce que les portes cachent, pour se contenter de dire que certaines séquences inspirées diffusent une jolie fantaisie.

Pas de frissons, peu d’émotion

La part d’exploration et la magie qui en découle donnent du cachet à Locke & Key mais le dosage entre le développement de ces enjeux et les relations entre les personnages ne se fait pas assez en osmose. En résulte une sensation de perte de temps parfois, de stagnation, comme si la série traînait des pieds pour ne raconter pas grand chose de supplémentaire. Le format (10 épisodes de 40/50 minutes) n’aide pas à maintenir la tension et les bons points que peut revendiquer la série sont dilués dans un scénario qui s’encombre de nombreux ralentissements. On ne parlera même pas de quelques frissons que ce soit, Locke & Key misant sur une ambiance accessible par tous. La faute, en partie, à une méchante qui ne provoque pas grand chose lors de ses apparitions, si ce n’est quand elle dégage d’un coup de sang un gamin sur les rails d’un train. Rare instant de cruauté pour une série qui ménage ses personnages, et par la même occasion le public.

On ne frissonne pas devant Locke & Key mais l’émotion arrive par interstices à nous atteindre davantage, en particulier quand on touche à la disparition du père et aux souvenirs que les enfants en ont. La magie du concept des clés se met alors au service de petits instants suspendus, où la douceur qui s’en dégage est contrastée avec une vive douleur. Quand ils s’achèvent, on retombe dans une progression entre platitude et curiosité. La série manque d’un panache plus franc. Elle avance avec ses arguments sans oser pousser le bouchon trop loin. Comme un conducteur lancé sur l’autoroute qui roule à la même vitesse qu’en ville. Le désavantage, quand on refuse d’accélérer alors que c’est possible, c’est que d’autres vont le faire à votre place. Et Locke & Key ne tardera pas à se faire dépasser par de meilleures propositions. Si ce n’est pas déjà fait…

 

Locke & Key de Joe Hill, sur Netflix à partir du 7 février 2020. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez toutes nos bandes-annonces ici. 

Du monde s'est cassé les dents sur l'adaptation des comics Locke & Key. Que ce soit pour une série ou un film, on a longtemps attendu que quelqu'un parvienne à faire aboutir le projet. Puis est arrivé Netflix, qui annonce que, eux, vont y arriver. Ils vont d'ailleurs chercher Joe Hill, l'auteur de l'histoire originale, pour travailler dessus. Maintenant que la série voit le jour, on peut oublier toutes les galères et se concentrer là-dessus. Locke & Key suit une fratrie qui prend un nouveau départ après la mort de leur père, tué par un meurtrier très dérangé. Les trois…

Conclusion

Note de la rédaction

L'adaptation de "Locke & Key" a de la magie à revendre mais elle manque de panache pour nous satisfaire.

Note spectateur : 3.59 ( 5 votes)
Voir aussi
Baron Noir
Baron Noir : que vaut la saison 3 de la série politique de Canal + ?

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - "Baron Noir" a réussi en deux saisons à convaincre les électeurs - pardon, on voulait dire les spectateurs, grâce à son analyse brillante de la vie politique française. De retour sur Canal + pour une troisième saison, "Baron Noir" insiste sur le mariage délicieux de la réalité et de la fiction qui a fait son succès.

Copyright © 2020 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis