Peacemaker : l'une des meilleures propositions du DCEU

Peacemaker : l'une des meilleures propositions du DCEU

CRITIQUE / AVIS SERIE - Après avoir récupéré la franchise « Suicide Squad » avec son agréable « The Suicide Squad », James Gunn est resté dans l'univers DC Comics en développant une série sur Peacemaker, le personnage incarné par John Cena. Pour l'arrivée du programme sur Prime Video, découvrez notre avis sur ce show jouissif.

Suicide Squad : petit résumé de la situation

En 2016, le cinéaste David Ayer est chargé par la Warner de mettre en scène Suicide Squad. L'occasion pour l'univers DC de présenter Jared Leto dans la peau du Joker, Will Smith en Deadshot ou encore Margot Robbie dans le rôle d'Harley Quinn. Cependant, malgré ses 746 millions de dollars de recettes au box-office mondial (pour un budget estimé à 175 millions), le film reçoit des critiques désastreuses. Le long-métrage est considéré par la presse comme par les spectateurs comme un échec cuisant. Et ne ressortira de ce désastre artistique que le personnage de Margot Robbie, réapparu à deux reprises dans la suite du DC Extended Universe (DCEU), aujourd'hui renommé DC Universe (DCU).

En 2021, James Gunn prend les rênes de la franchise et met en scène The Suicide Squad. Cette fois, c'est le schéma inverse qui apparaît. Si le long-métrage reçoit des critiques globalement positives, c'est un énorme échec au box-office. Pour un budget de 185 millions de dollars, le film n'en rapporte que 168 millions au box-office mondial. On est donc à des années-lumière des 746 millions de dollars du premier volet.

Peacemaker
Peacemaker ©HBO Max

Il n'empêche qu'avec The Suicide Squad, James Gunn veut faire table rase du passé. Il tue la plupart des personnages du premier volet, et se concentre sur de nouveaux visages, comme Peacemaker, un anti-héros stupide, étrange et à côté de la plaque interprété par le joyeux John Cena, qui trouve sans doute ici le meilleur rôle de sa carrière. Un personnage qui a rencontré un certain succès, auquel le cinéaste a par la suite voulu consacrer une série.

Peacemaker : James Gunn au taquet

Avec Peacemaker, James Gunn tourne une fois de plus en dérision le mythe super-héroïque. Comme avec Super en 2010 (et dans une moindre mesure Les Gardiens de la Galaxie et The Suicide Squad), James Gunn s'amuse avec les codes du genre pour proposer une série transgressive, qui fait souvent mouche. Dès le générique d'ouverture sous forme de comédie musicale, le ton est donné. James Gunn met en scène une série qui prend la suite directe de The Suicide Squad, bourrée d'humour vulgaire et décalé.

La stupidité surprenante du personnage de Peacemaker permet de créer des traits d'humour détonnants, qui ruinent l'intelligence habituelle des stéréotypes super-héroïques. Le personnage est tourné en dérision en permanence. James Gunn en fait un pitre dépassé par les événements et en marge de la société, qui a des difficultés comportementales flagrantes. Isolé, laissé pour compte, Peacemaker a beaucoup de mal à s'intégrer et à rentrer dans le moule. Une différence avec laquelle James Gunn s'amuse, évidemment, pour proposer des ressorts comiques hilarants, grâce à un héros inapte, qui proclame des inepties sans même s'en rendre compte, mais également via des ressorts émotionnels étonnamment touchants.

Peacemaker
Christopher Smith (John Cena) - Peacemaker ©HBO Max

James Gunn utilise le décalage de son héros pour développer une émotion sous-jacente inattendue. Le cinéaste traite du passé de son personnage, notamment via une figure paternelle brutale et détestable, incarnée par le grand Robert Patrick (Terminator 2 : Le Jugement dernier). Une formule qui permet de justifier le manque de tact de son protagoniste, de lui créer un background solide, et surtout, de susciter l’empathie du public.

Un cocktail passionnant magnifié par la prestation pertinente de John Cena. L'ancien catcheur trouve le juste équilibre entre un cabotinage légitime, un décalage social intéressant et évidemment, une présence physique impressionnante.

Une série connectée au reste de l'univers DC

Contrairement à la plupart des séries développées par DC Studios, Peacemaker est totalement ancrée dans le reste de l'univers cinématographique DC. En plus de la présence de Peacemaker, le cinéaste s'amuse avec d'autres personnages. On retrouve ainsi Emilia Harcourt (Jennifer Holland), John Ecomonos (Steve Agee) ou encore Amanda Waller (Viola Davis), tous présents dans The Suicide Squad.

Peacemaker
Christopher Smith (John Cena) - Peacemaker ©HBO Max

De même, il se sert de son humour souvent très malin pour proposer une scène hilarante dans le dernier épisode de Peacemaker avec la Justice League en guest. Sauf que seuls Ezra Miller et Jason Momoa sont réellement présents. Le cinéaste trouve une pirouette scénaristique et de mise en scène drôle et intelligente pour également intégrer les personnages de Superman et de Wonder Woman dans la séquence en question ; alors qu'Henry Cavill et Gal Gadot n'étaient pas disponibles. Enfin, on se doit de faire une mention à l'aigle de Peacemaker, drôle et touchant lui aussi, qui s'inscrit dans la tradition des mascottes de James Gunn. Après Groot, après Weasel, voici donc Eagly !

Peacemaker est sans doute la meilleure proposition de tout le DCEU. James Gunn signe une série intelligente, qui trouve le juste milieu entre action, humour et émotion. Un cocktail explosif, qui met à l'amende toutes les propositions de ses prédécesseurs. Huit épisodes qui font office d'un grand huit passionnant et d'une efficacité redoutable.

Peacemaker de James Gunn, disponible sur Prime Video dès le 30 décembre 2022. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Andor : la meilleure série Star Wars en live action

Andor : la meilleure série Star Wars en live action

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Créée par Stephen Schiff, la série « Andor » s'intéresse au passé du personnage de Cassian Andor, des années avant le récit de "Rogue One" et par le biais d'une variété de genres et de tons.