Stranger Things saison 4 : on reprend les mêmes et on recommence

La fin approche pour Stranger Things

Stranger Things saison 4 : on reprend les mêmes et on recommence

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - L'intégralité de la saison 4 de « Stranger Things » est disponible sur Netflix. L'occasion pour nous de revenir sur l'ensemble de cette nouvelle saison, qui s'inscrit parfaitement dans la continuité du show.

Stranger Things saison 4 : un format XXL

Avec la saison 4 de Stranger Things, les frères Duffer ont poussé les curseurs encore plus loin. Le duo a voulu offrir aux fans une version XXL qui propose 9 épisodes, dont les deux derniers sont de véritables films d'une durée respective de 1h30 et 2h20. Un nouveau format ambitieux, qui sert de premier stade à une conclusion gigantesque, attendue dans la cinquième et dernière saison du show.

Stranger Things
Stranger Things saison 4 ©Netflix

L'occasion pour les frères Duffer de prendre leur temps (parfois trop) pour développer les intrigues de leurs personnages. Tout le monde est de retour pour de nouvelles aventures dans le monde à l'envers. Comme d'habitude, les frères Duffer découpent la série en différentes histoires. Quatre récits majeurs ici : la résistance de Hawkins, l'évasion russe de Jim Hooper, la recherche existentielle d'Eleven, et le sauvetage d'Eleven par Mike.

Forcément, avec cette quantité d'intrigues (qui ont elles-mêmes leurs sous-intrigues), et une durée plus élevée que lors des précédentes saisons, ce quatrième volet de la licence Stranger Things est un peu inégal. Certaines intrigues assurent évidemment le spectacle, quand d'autres tiennent un peu moins la route.

Le retour à Hawkins fait mouche

L'une des parties les plus savoureuses se déroule à Hawkins, en terrain connu. Les frères Duffer rejouent leur partition classique et la recette fonctionne toujours à la perfection. Manifestations paranormales, voyages dans le monde à l'envers, ambiance Steven Spielberg et Les Goonies, on connaît déjà les ingrédients. Mais si les choses fonctionnent toujours aussi bien c'est évidemment grâce à la maîtrise visuelle de la série. Esthétiquement, le show est souvent renversant. Une mise en scène qui a du punch, maligne, avec des fulgurances toujours aussi passionnantes. On notera également cette fois une approche plus sombre, plus horrifique et incontestablement plus mature.

Stranger Things saison 4
Stranger Things saison 4 ©Netflix

Il en va de même pour l'écriture des personnages. Steve est incontestablement devenu le héros le plus attachant de toute la série. Sa sous-intrigue avec Nancy a quelque chose de sécurisant et de mélancolique. Comme le vieux souvenir effrité d'un été amoureux, chaleureux, rassurant d'une époque révolue. C'est cette fragilité qui le rend encore plus attachant. Au fond, Steve est un peu l’allégorie de la série elle-même. Il gagne en maturité, mais s'accroche à ses souvenirs d'enfance. Tout comme la série elle-même, plus sombre, plus dramatique, mais toujours tout public, et qui peine à se détacher de sa formule des premiers jours.

Cette partie de la saison 4 doit également beaucoup à Sadie Sink, la jeune interprète de Maxine. La comédienne offre peut-être la meilleure prestation de ces épisodes. Elle surnage par rapport aux autres adolescents de son âge, et donne une profondeur nouvelle et géniale à son personnage. De son côté, Eddie Munson est une belle découverte. Incarné par Joseph Quinn, il s'avère drôle, touchant, marginal, et totalement à sa place dans la Stranger Things family.

Jim au top, Eleven en dessous

Outre les événements qui se déroulent à Hawkins, les frères Duffer placent une partie de leur intrigue en Russie, pour une touche plus divertissante car éloignée des autres intrigues de Stranger Things. Beaucoup plus musclé, cet arc peut-être vu comme une série B efficace, où Jim se bât contre des monstres à gogo, fait des évasions façon James Bond, et croise la route d'un nouveau personnage attachant : Dmitri Antonov (Tom Wlaschiha). Ponctuée d'humour grâce aux personnages de Yuri et de Murray, cette partie emmène donc Stranger Things vers d'autres horizons.

Stranger Things saison 4
Stranger Things saison 4 ©Netflix

Finalement, là où pèche Stranger Things saison 4, c'est sur le développement du personnage d'Eleven. Contre toute attente, l'héroïne principale de la série est le point faible de cette nouvelle saison. Les frères Duffer s'enferment dans des éléments scénaristiques vus et revus depuis trois saisons déjà, et ne parviennent pas à capter notre attention autant qu'avec la folie vengeresse de Vecna ou l'évasion sous tension de Hopper. Ajoutons à cela des flashbacks interminables sur la jeunesse de la protagoniste. Une jeunesse que les spectateurs connaissent déjà sur le bout des doigts.

Cet arc est agrémenté des présences de Mike, Will et Jonathan, presque invisibles à l'échelle de cette quatrième saison. Les trois personnages ont peu de temps de parole (Jonathan ne décroche presque aucun mot de toute la saison). Visiblement, les frères Duffer ne semblent pas quoi faire de ce trio. Heureusement, Argyle (Eduardo Franco), nouveau personnage, vient mettre un peu de bonne humeur dans cette sous-intrigue particulièrement "tristoune".

Une série où on se sent chez soi

Dès lors, cette saison 4 de Stranger Things est à l'image des précédentes. Les frères Duffer se reposent sur leurs acquis et n'offrent pas de réels changements. On retrouve un découpage mécanique et répétitif typique de la série. Cependant, force est de constater un véritable talent pour proposer un divertissement de qualité. En dépit de certaines longueurs, les ressorts émotionnels sont intacts. Et même si on se dit que la série devrait songer à conclure (et vite), on ne boude pas notre plaisir avec des nouveaux personnages intelligemment utilisés pour apporter du peps à la série. Et quand vient le grand final et les traditionnelles retrouvailles, il est difficile de retenir ses larmes.

Stranger Things créée par Matt Duffer et Ross Duffer, la saison 4 sur Netflix le 1er juillet 2022. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Resident Evil : une série live Netflix pour oublier les films

Resident Evil : une série live Netflix pour oublier les films

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Après les films de Paul W. S. Anderson et "Bienvenue à Raccoon City", Netflix s'attaque à son tour à une version live de "Resident Evil" avec une série aussi foutraque que plaisante. Découvrez notre avis basé sur les quatre premiers épisodes.