The Boys - Diabolical : une pépite d'animation à savourer sans modération

Idéal pour patienter avant la saison 3

The Boys - Diabolical : une pépite d'animation à savourer sans modération

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - En attendant la sortie de "The Boys" saison 3, Amazon Prime Video vient de proposer une série animée dérivée intitulée "The Boys : Diabolical". Une petite pépite agréable, qui se connecte également au show principal.

C'est quoi The Boys : Diabolical ?

Sortie le vendredi 4 mars 2022 sur Amazon Prime Video, The Boys : Diabolical est une série animée dérivée de l'univers de The Boys. Également dirigé par Eric Kripke, ce show permet de présenter de nouveaux personnages dans l'univers de la série phare d'Amazon Prime Video. Il s'agit d'une série animée en huit chapitres, d'une durée de 10 à 15 minutes, dans des styles variés. Des épisodes totalement indépendants les uns des autres, qui, en plus d'être une délicieuse sucrerie pour patienter jusqu'à la saison 3 de The Boys, sont plus utiles qu'il n'y paraît.

The Boys : Diabolical
The Boys : Diabolical ©Amazon Prime Video

Chaque épisode est dirigé par des équipes différentes et voit de grands noms hollywoodiens se greffer au projet. Outre Eric Kripke de retour à son poste, The Boys : Diabolical propose l'intervention du duo Evan Goldberg et Seth Rogen, de Justin Roiland (le petit génie derrière Rick et Morty et Solar Opposites), d'Andy Samberg (la star de Brooklyn Nine-Nine) ou encore de la comédienne Awkwafina. Côté casting vocal, on peut noter la présence de Michael Cera, de Don Cheadle, de Giancarlo Esposito, de Kumail Nanjiani, de Christian Slater ou encore de Simon Pegg. Sacré programme !

Des épisodes inégaux mais agréables

A la manière de Love, Death & Robots ou de Star Wars : Visions, The Boys : Diabolical est une anthologie d'animation qui propose des épisodes totalement déconnectés les uns des autres. Forcément, via ce principe, chaque chapitre transmet une identité différente, et donc des qualités variables. Tous les opus ne se valent pas, et si certains sont des petits chefs-d’œuvre, d'autres sont largement oubliables. Parmi les plus réussis, on peut citer les quatre premiers chapitres du show. Ils permettent d'aborder l'univers de The Boys via des approches très différentes.

Le premier, La Ballade de Bébé Laser, dirigé par Evan Goldberg et Seth Rogen, offre un voyage muet dans un style d'animation hommage aux Looney Tunes. Un épisode franchement trash et très divertissant. Le deuxième, dirigé par Justin Roiland, permet une rencontre au sommet entre le style Rick et Morty et l'univers de la série d'Eric Kripke. Via un concept hilarant qui imagine des super avec des pouvoirs totalement foireux, ce deuxième chapitre mélange humour absurde et violence excentrique. La recette gagnante de Justin Roiland.

The Boys : Diabolical
The Boys : Diabolical ©Amazon Prime Video

Le troisième épisode, Je suis ton dealer, permet de ramener Butcher et Hughie en animation, le temps d'une mission particulièrement violente totalement inscrite dans la continuité du show principal. Enfin, le quatrième épisode, Boyd en 3D imagine l'impact de Vought International sur le commun des mortels. Un récit passionnant et critique envers les réseaux sociaux et les influenceurs. Brillant !

Malheureusement, la qualité n'est pas à 100% au rendez-vous. Si les épisodes 6 et 7 ne sont pas honteux, ils sont rapidement oubliables. Quant à l'épisode 5, écrit par Awkwafina, il se place dans le bas du panier. La comédienne imagine une histoire "kawaii" décalée, inspirée des mangas japonais, où une jeune adolescente mal dans sa peau devient amie avec sa crotte (oui, oui vous avez bien lu). Mais le résultat ne fonctionne pas, et transpose rapidement une forme de malaise inévitable.

Une connexion habile avec The Boys

Puis, vient l'épisode final du show. Intitulé Un plus un égale deux, cet ultime épisode permet d'offrir une véritable connexion avec la série principale. Ce huitième chapitre se concentre en effet sur la jeunesse de Homelander, toujours doublé par le comédien Antony Starr. 14 minutes de plaisir qui emmènent les spectateurs vers la genèse du plus puissant des super. Un moyen de développer ses peurs, ses hantises, ses angoisses en expliquant d'où lui viennent ses problèmes mentaux et ses pouvoirs invincibles.

The Boys : Diabolical
The Boys : Diabolical ©Amazon Prime Video

On y apprend que le personnage a eu une enfance difficile (et c'est un euphémisme) et particulièrement violente au sein de Vought International. Le public est également amené à découvrir sa toute première mission et la manière dont il devient réellement Homelander. De même, Black Noir est lui aussi présent. Et la relation entre les deux personnages permet d'en apprendre davantage sur le rôle de Black Noir ; et sur son statut particulier dans The Boys. En tout cas, The Boys : Diabolical est le format parfait pour patienter jusqu'à la sortie de The Boys saison 3, prévue pour le 3 juin prochain.

The Boys : Diabolical d'Eric Kripke, disponible sur Amazon Prime Video dès le 4 mars 2022. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Oussekine : un portrait intime et bouleversant d'une famille meurtrie

Oussekine : un portrait intime et bouleversant d'une famille meurtrie

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Dans la nuit du 5 au 6 décembre 1986, le jeune Malik Oussekine meurt sous les coups de policiers. 35 ans plus tard, la série "Oussekine" revient sur l'affaire en se consacrant avant tout à l'impact sur ses proches, sans pour autant éluder les retombées médiatiques, politiques et sociétales.