ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

The Boys saison 2 : on prend les mêmes et on recommence

The Boys saison 2 : on prend les mêmes et on recommence

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Après une première saison réussie "The Boys" est de retour avec une saison 2 (dont nous avons pu voir les trois premiers épisodes) dans la lignée de la précédente, avec néanmoins l'ajout d'une nouvelle super-héroïne déterminante pour le show : Stormfront.

The Boys garde le cap en saison 2

Au cinéma on ne peut pas nier que les super-héros ont quelque peu tourné en rond ces derniers temps. Que ce soit chez Marvel ou DC, difficile de trouver des productions vraiment originales, probablement depuis l’excellent Logan (2017), et avant que Les Nouveaux mutants ne vienne s’aventurer du côté de l’horreur - pour un résultat en demi-teinte (voir notre critique). Sur le petit écran, par contre, un vent de changement s’est fait ressentir l’année dernière avec l’arrivée de The Boys sur Amazon Prime Video.

Une première saison efficace, irrévérencieuse au possible, qui prend un malin plaisir à déblatérer des insultes et à faire exploser des corps dans des séquences sanglantes. Cependant, The Boys ne s’est pas contentée de jouer la carte de l’amusement. Au contraire, la série d’Eric Kripke, tirée des comics de Garth Ennis, porte avant tout un regard sur l’Amérique et les idoles d'aujourd'hui. Ici, les super-héros sont de véritables superstars, des produits marketings pour l’entreprise Vought, mais des êtres en réalité abjects - qui ne sont que le fruit d’un système qui les a créés. Bref, The Boys déconstruit le mythe du héros si cher à l'Amérique.

Ainsi, après une saison 1 convaincante, la seconde est particulièrement attendue. D’autant que le final avait laissé l’audience sur différents cliffhangers. Ce n’est pas juste après ces événements que nous retrouvons nos différents héros au début de la saison 2. Plusieurs jours se sont écoulés, A-Train est mal en point et Starlight craint que sa responsabilité dans cette affaire soit dévoilée. Ce qui ne l’empêche pas de continuer d’essayer de dévoiler les sombres secrets de Vought sur la création des super-héros. De son côté, Hughie doit se faire discret, étant toujours recherché. Sauf que l’absence de Butcher, déposé par Homelander devant le porche de sa femme qu’il pensait décédée, laisse la fine équipe sans leader.

Stormfront, une nouveauté nécessaire

A partir de là, The Boys saison 2 se déroule sur le même rythme que la saison précédente. A nouveau les manipulations des bureaucrates sont mises en avant, tout comme l’hypocrisie des super-héros devant les caméras - et l’obligation de vivre dans le mensonge pour Starlight. Cependant, si Homelander reste fidèle à lui-même en véritable psychopathe, c’est bien l’arrivée d’une nouvelle protagoniste, Stormfront, qui donne au show un nouvel élan appréciable. Celle-ci, solidement interprétée par Aya Cash, offre un contrepoids à Starlight. Sans lui apporter un soutien direct, elle dévoile une autre attitude possible devant des journalistes tournés en dérision avec leurs questions répétitives et inappropriées. Si on sentait déjà dans la première saison l’impact de #MeToo (Starlight agressée sexuellement dès le premier épisode), c’est toujours le cas avec ces nouveaux épisodes.

Mais là où The Boys devient vraiment intéressante, c’est dans sa manière d’aborder des personnages si antipathiques. Comme Deep qui touche le fond et cherche la rédemption après ses actes, ou en mettant face à Homelander une Stormfront tout aussi impitoyable (si ce n’est plus) et qui lui vole la vedette. Des antagonistes dos au mur mais dont on ne cherche pas à excuser ou minimiser les actions. Et il en va de même pour les “héros”, plus particulièrement Butcher qui agit en ce début de saison comme un profond connard.

Cependant, un défaut majeur demeure dans The Boys saison 2. Comme avec la première saison, le format d’une heure par épisode semble bien trop long. Et une fois de plus on sent une obligation de combler avec des dialogues alors que l’action et les enjeux avancent peu. D’ailleurs, ce n’est qu’à la fin du troisième épisode que la saison semble vraiment démarrer. Du reste, la critique du capitalisme, l’esprit perverti des faux héros, ou encore la manipulation de l’opinion publique fonctionnent toujours autant. Mais on peut justement regretter de ne pas voir (pour le moment), le show s'enfoncer d'avantage dans ces directions. L'idée de super-terroristes n'est pas exemple pas encore pleinement exploitée. On peut alors se demander, déjà, si The Boys n’est pas loin d’atteindre ses limites.

 

The Boys créée par Eric Kripke, la saison 2 sur Amazon Prime Video à partir du 4 septembre 2020. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

Voir aussi

Possessions : un thriller de haute tenue sur Canal +

Possessions : un thriller de haute tenue sur Canal +

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - "Possessions" est une série aux enjeux complexes qui mêle enquête policière et regard sur les croyances au XXIème siècle, et confronte habilement rationnel et irrationnel. Avec un casting exceptionnel, dont Reda Kateb et Nadia Tereszkiewicz.