The Staircase : Colin Firth remarquable en meurtrier présumé

The Staircase : Colin Firth remarquable en meurtrier présumé

CRITIQUE / AVIS SÉRIE – "The Staircase" est une reconstitution brillante de l’affaire Peterson portée par une mise en scène originale et dynamique. Un thriller très réussi grâce à Colin Firth, Toni Collette et Juliette Binoche.

The Staircase : coupable ou innocent ?

The Staircase, série créée par Antonio Campos et Maggie Cohn, est passionnante à plus d’un titre. D’abord pour sa double source d’inspiration, puisque d’une part, elle retrace l'affaire de Michael Peterson (Colin Firth). Accusé d’avoir tué sa femme Kathleen (Toni Collette), il s'ensuit une longue bataille judiciaire de 16 ans. D’autre part, la série s’inspire directement du travail d'une équipe de film, qui a véritablement couvert l’affaire sur place.

Dans Soupçons, le documentariste oscarisé français Jean-Xavier de Lestrade (Vincent Vermignon), grâce à son producteur et la monteuse Sophie Brunet (Juliette Binoche), a en effet révélé les multiples dysfonctionnements de l’enquête, de la justice américaine et de l’utilisation des médias. Leur regard extérieur et la confrontation de leurs points de vue apporte à la série un dynamisme et un suspense sans pareil dans cette affaire complexe. La société française What’s Up Films est d’ailleurs coproductrice de la série.

The Staircase
The Staircase ©HBO Max

L’autre raison qui rend la série The Staircase aussi fascinante, c’est la maîtrise par les réalisateurs Antonio Campos et Leigh Janiak des ressentis évolutifs de tous les protagonistes. Aussi bien chaque membre de la famille, que la victime et le meurtrier présumé. Ils sont subtilement insérés dans la propre histoire de chaque personnage dans les semaines, voire les années qui précèdent le drame. Et ils offrent de brillantes mises en abyme en donnant vie aux différentes hypothèses à la mort de Kathleen.

Ces choix audacieux laissent ainsi au spectateur la possibilité de prendre parti tantôt pour l’un, tantôt pour l’autre, sans pour autant que cela soit définitif. Le spectateur ne peut s'empêcher de devenir actif, avec son propre ressenti. Car le regard des proches de Michael évolue sur lui lorsqu’ils se trouvent plongés malgré eux dans son intimité et son passé.

Immersion dans les failles de la justice américaine

Caitlin (Olivia DeJonge), la fille de Kathleen, se rapproche ainsi des sœurs de sa mère, Candace (Rosemarie DeWitt) et Freda (Parker Posey). Clayton (Dane DeHaan) et Todd (Patrick Schwarzenegger) essaient de se comporter en fils dignes de l’exigeant Michael, mettant de côté leurs doutes et leurs rancœurs. Ils soutiennent sans faille leur oncle paternel Bill (Tim Guinee), dédié corps et âme à son frère. L’histoire des deux filles adoptées par Michael Peterson, Margaret Ratliff (Sophie Turner) et de Martha Ratliff (Odessa Young) complète la perspective.

La série raconte très bien l’Amérique, en dressant un beau portrait d’une famille recomposée upper classe. Mais ce vernis d’une famille d’apparence très unie se fissure avec la mort de Kathleen. Ciment du couple et de la famille, elle était épuisée par toute la charge mentale et financière qu’elle portait. The Staircase réussit à montrer comment volent en éclats les certitudes et le confort de tous et comment sont révélés mensonges, non-dits et sombres vérités.

The Staircase
The Staircase ©HBO Max

Car les créateurs de la série permettent parfaitement de saisir toute la complexité de Michael Peterson, avec une question fondamentale qui traverse The Staircase tout du long. Comment sa famille peut-elle continuer à aimer et soutenir cet homme, qui a manifestement une forme d’emprise sur elle ? Il est présenté comme égocentrique, manipulateur, menteur, imposteur, donneur de leçons, ayant autant besoin de lumière que de l’attention continue de tous. C'est un homme qui a vécu plusieurs vies qu’il a choisi d'embellir, pour toujours se donner le beau rôle : ancien soldat, écrivain, journaliste, politicien.

Ce qui est le plus étonnant, c’est finalement l’attachement que cet homme provoque autour de lui. Ainsi ses relations avec son avocat David Rudolf (Michael Stuhlbarg), Jean-Xavier ou avec un détenu se transforment en amitié, au risque d'affecter leur jugement. Quant à Sophie, elle tombe amoureuse de lui pendant son montage des rushs, devenant même partie prenante de son comité de soutien.

Un clan disloqué

Enfin, la réussite de la série doit beaucoup à la modernité de sa mise en scène. Notamment grâce à des images en parallèle, en opposition ou en flash-back qui lient intelligemment les moments du passé et du présent, sans aucune confusion possible.

En témoigne cette incroyable scène où les créateurs de la série font se croiser dans le fameux escalier de la maison Kathleen, organisant la soirée de campagne de Michael, et les experts engagés par l’avocat pour dédouaner l’accusé. La série The Staircase se révèle donc un thriller psychologique intense porté par un casting parfait. À voir absolument !

The Staircase, créé par Antonio Campos, disponible sur Canal+ dès le 13 octobre 2022. Ci-dessus la bande-annonce. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Andor : la meilleure série Star Wars en live action

Andor : la meilleure série Star Wars en live action

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Créée par Stephen Schiff, la série « Andor » s'intéresse au passé du personnage de Cassian Andor, des années avant le récit de "Rogue One" et par le biais d'une variété de genres et de tons.