Critique de Validé (Série, 2020) - CinéSéries
ABONNEZ-VOUS À CINESERIES SUR FACEBOOK

Validé : la création de Franck Gastambide au coeur du rap game

Validé : la création de Franck Gastambide au coeur du rap game

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - Disponible le 20 mars sur la plateforme Canal+, "Validé" est une plongée réjouissante dans le milieu du rap français. Créée par Franck Gastambide, la série suit le quotidien de Clément "Apash", jeune phénomène du rap livré au monde impitoyable du rap et de ses zones d'ombre, et c'est une réussite.

N'en déplaise à beaucoup, Franck Gastambide a du talent. En premier lieu, celui de faire rire, en inventant des formats ou en se mettant au long-métrage de comédie, comme en co-signant avec Luc Besson une grosse machine comme Taxi 5. Ensuite, sa palette ne se réduit pas à l'humour potache qui penche vers le gras. En tant qu'acteur (La Surface de réparation) ou comme auteur-réalisateur, comme c'est le cas pour Validé, il ne craint pas de manipuler la gravité et les ressorts dramatiques de suspense. Disponible sur Canal + depuis la nuit du 19 mars, sa série Validé, qui suit l'ascension d'un jeune prodige du rap, est une franche réussite.

Validé, petite soeur rebelle de Dix pour cent ?

Les auteurs connaissent le milieu, et y ont leurs entrées. À la manière de Dix pour cent, Validé est une fiction inscrite au maximum dans un cadre réel : il y est bien question de Skyrock, de Booba, de Ninho, de Rim'K et NTM, etc. On en voit d'ailleurs certains, des courtes figurations fluides, comme celle de Mister V par exemple, ou encore Kool Shen. Le quotidien de Clément aka "Apash" est celui d'une jeunesse précaire de cité : il vit avec sa mère et sa soeur, livre de la drogue pour le trafiquant local, écrit et rappe dans son coin en espérant percer. Le jeune homme est doué, il a un flow enragé et des punchlines qui font mal. Saisissant sa chance, il s'incruste au Planète Rap de Fred (lui-même) et impressionne l'équipe de Mastar (interprété par l'acteur et rappeur Moussa Mansaly), poids lourd du rap français. Commence alors une aventure où il va falloir négocier au mieux le statut de phénomène, gérer le trafiquant qui refuse de laisser Apash se lancer avec un autre producteur que lui, faire avec les amitiés et les inimitiés d'un milieu où le talent compte autant que la "validation" par la street.

Validé

Il y a des moyens engagés, une séquence très réussie de freestyle chez Skyrock, des stars et une foule d'intérieurs que Apash, son cousin Brahim et son manager William découvrent comme autant de terrains de jeux. Il y a une réelle fraîcheur dans Validé, qui utilise les codes classiques du genre : la réussite par la musique depuis un monde précaire où la violence et les trafics sont à chaque recoin de scénario, la fougue maladroite aussi, la désillusion et les trahisons.

Mais l'histoire se situe également et avec une forme d'insouciance entre la comédie et le drame. Il y a des blagues et de la légèreté, des moments graves ou engagés, mais sur un format d'épisode de 30mn, la série ne cherche pas à dire plus qu'elle n'en montre. Aussi, si elle s'adresse aux fans de rap, la question de la sortie de l'adolescence sur le plan relationnel comme personnel, et l'aspect thriller attaché au trafic de drogue permettront à d'autres publics de s'y intéresser.

La série a d'ailleurs ce paradoxe : alors qu'il n'est question que de rap, souvent précisément référencé, avec noms d'artistes et de titres, la bande originale de Validé est plutôt avare de morceaux, qu'ils soient iconiques ou neufs. Une partie de l'explication est que Validé n'est pas une série musicale, mais bien plus une chronique à peu près réaliste et dramatisée du milieu du rap. Logique donc, mais aussi frustrant de ne voir essentiellement que des clashs et autres malentendus violents.

Pour l'amour du rap et des embrouilles

L'idée de Validé est simple : raconter le monde du rap français aujourd'hui, avec des jeunes acteurs attachants, dont on sent autant l'application que l'aisance. Le rappeur Hatik, dans le premier rôle, joue parfaitement une forme de timidité qui laisse transparaître une grande ambition. C'est objectivement le rôle de sa vie, et pour le faire briller Saïdou Camara et Brahim Bouhlel assurent à ses côtés l'humour et l'animation de sa carrière. Petit regret de voir les rôles féminins assez réduits, exception faite de Sabrina Ouazani, fidèle collaboratrice de Franck Gastambide, dont le personnage d'Inès est moteur de la série.

Validé

À mesure que la série se déroule, les embrouilles relatives au trafic et celles concernant le monde tout aussi impitoyable de la musique et des labels vont se croiser, parfois un peu trop. Il y a une forme d'encombrement dans les avants-derniers épisodes qui ajoute plus de gravité qu'il n'en faut, ayant pris la place de l'élan enthousiaste des premiers. C'est un petit essoufflement de l'écriture, mais il n'altère pas vraiment la réussite de l'ensemble. On prend un plaisir constant à voir les têtes connues du milieu, Soprano, Lacrim, voire même l'émission de Cyril Hanouna, et Franck Gastambide lui-même qui s'amuse dans un rôle de producteur de l'ombre, en retrait mais aussi aux manettes... Il y a dans Validé une authenticité qui n'est pas forcée, et c'est ce qui en fait une nouvelle création originale Canal + réussie.

Validé, disponible depuis le 20 mars sur Canal +. La bande-annonce ci-dessus. Retrouvez ici toutes nos bandes-annonces.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir aussi

Stateless : une série éclairante sur une insoutenable vérité

Stateless : une série éclairante sur une insoutenable vérité

CRITIQUE / AVIS SÉRIE - "Stateless" pose un état des lieux réaliste et glaçant du traitement des migrants en Australie. En suivant la trajectoire de plusieurs personnages pour composer un portrait complet de la situation, cette mini-série Netflix fait l'effet d'une bombe.