MENU
Accueil > Dossiers > Gros plans > Gros Plan John Wick : retour sur une des meilleures sagas d’action contemporaines

Gros Plan John Wick : retour sur une des meilleures sagas d’action contemporaines

Tandis que le troisième épisode vient de débarquer dans les salles françaises, la saga John Wick est devenue emblématique. Depuis 2014, Keanu Reeves incarne cet action man avec beaucoup d’implication. Retour sur cette jeune trilogie déjà culte.

John Wick est une petite claque. De film en film, la franchise est parvenue à trouver un public de fidèles. Grâce à des scènes d’action relativement inédites, John Wick s’est créé une véritable identité, une âme qui lui permet de se différencier des innombrables films du genre. Gros plan sur cette saga lucrative et qualitativement réussie.

John Wick : le début timide d’une trilogie violente

David Leitch et Chad Stahelski se sont rencontrés en tant que cascadeurs. Un métier émérite qui permet de côtoyer les stars et les cinéastes. Chad Stahelski a même doublé Keanu Reeves à plusieurs reprises dans Point Break, Matrix Reloaded ou encore Constantine. Le duo, qui s’est justement rendu célèbre grâce à John Wick a décidé d’aborder l’action différemment. En tant qu’anciens cascadeurs, les deux hommes ont une vision intense du traitement de l’action, ce qui leur donne un avantage sur d’autres cinéastes.

L’histoire de John Wick, on la connaît, tant elle a entraîné une marée de détournements sur internet. John Wick est un ancien tueur à gage retraité qui se remet doucement du deuil de sa femme. Lorsqu’il refuse de vendre sa Ford Mustang à un petit malfrat, ce dernier revient tuer son chien et voler son véhicule. Il n’en faut pas plus pour mettre en rogne John Wick qui va poursuivre la trace de son agresseur jusqu’à New York et rencontrer de vieilles connaissances du milieu. La tête de John Wick est très vite mise à prix et il se retrouve avec tous les tueurs de New York aux trousses.

C’est en ça que réside la réussite de John Wick, sa capacité a reposer son propos sur une histoire extrêmement simple. Le duo de cinéastes ne s’embarrasse pas d’un scénario inutilement complexe. L’intérêt du long métrage réside dans le traitement de l’action et doit rester ainsi. Avec des scènes de combats parfaitement maîtrisées, David Leitch et Chad Stahelski signent un traitement de l’action inédit qui repose sur des gun fights extrêmement vifs. Le pistolet de John Wick devient l’extension de sa main et permet des chorégraphies inédites en matière de gun fight. Ces derniers ont d’ailleurs fait la réputation de la saga. Enfin, autre intérêt non négligeable, la présence de Keanu Reeves. Acteur alors relativement sur le déclin, c’est logique de la part du duo de l’avoir choisi comme héros principal. Parce qu’à l’image du personnage, c’est une ancienne star qui revient sur le devant de la scène et retrouve le succès grâce à John Wick justement. Pour incarner le personnage, le producteur Basil Iwanyk explique pourquoi ne pas avoir pris un acteur plus âgé :

 « On s’est dit que ce serait une meilleure idée non pas de prendre quelqu’un de plus âgé au sens strict du terme, mais un acteur qui, s’il a eu un parcours cinématographique marquant, n’était plus présent sur les écrans ces dernières années. Keanu Reeves est quelqu’un avec qui j’ai toujours désiré travailler. »

Ce premier opus a rapporté plus de 88 millions de dollars de recettes à travers le monde pour un budget de 20 millions. De quoi confirmer le succès et permettre à Lionsgate de lancer la production d’une suite.

John Wick 2 : exit David Leitch

En 2017 John Wick 2 débarque sur les écrans. Cette fois il n’y a plus que Chad Stahelski à la réalisation. Son compère David Leitch est parti vers d’autres horizons en allant réaliser Deadpool 2 et l’excellent Atomic Blonde. Après avoir réglé son problème dans le premier film, John Wick est retourné à sa retraite. Mais, malheureusement pour lui, il va encore en sortir puisqu’il va devoir affronter de dangereux tueurs à gage, obligé par serment vis à vis d’un de ses anciens associés. John Wick est un homme de parole. Ian McShane reprend son rôle de Winston, le directeur de l’hôtel Continental qui joue un rôle de plus en plus prépondérant tandis que le reste du casting recrute quelques autres stars comme Laurence Fishburne et le rappeur Common.

Bien évidemment Chad Stahelski veut pousser la violence un peu plus loin. Les scènes d’action sont encore plus abouties, plus léchées, notamment la fameuse séquence dans la boîte de nuit devenue culte. Le premier opus comptabilisait 84 personnes tuées, le deuxième monte le score à 141. Keanu Reeves a passé quatre mois en immersion auprès des frères Machado qui lui ont enseigné leur propre forme de jiu-jitsu brésilien :

« Le style de combat de John Wick, c’est en gros de se défendre ou d’attaquer par tous les moyens. Il combine le judo au jiu-jitsu, et va même jusqu’à se servir d’une voiture comme arme »

John Wick 2 surpasse en tout point son prédécesseur : des scènes d’action d’anthologie, des gun fights renversants grâce à un véritable entraînement avec des professionnels des armes à feu, et des ressorts dramatiques plus aboutis. Dans le but d’être crédible, Keanu Reeves s’est entraîné avec un véritable tireur d’élite champion dans trois catégories d’armes à feu. Avec le style choisit par Chad Stahelski, la saga John Wick a trouvé sa marque de fabrique : des combats à l’arme à feu inédits, où le personnage manie son arme comme son poing, où les mouvements sont extrêmement fluides, tels une danse funèbre. Devant le succès total de ce deuxième opus qui rapporte plus de 171 millions de dollars à travers le monde, John Wick reviendra évidemment dans un troisième opus tandis qu’on parle même de décliner le personnage en comics chez Dynamite édition.

John Wick Parabellum : la quintessence d’un art

Chad Stahelski revient avec le troisième opus, le plus abouti en terme d’action. Tandis que Laurence Fishburne, Ian McShane et Keanu Reeves reviennent dans leurs rôles, c’est aussi Halle Berry qui rejoint l’aventure. Cette fois John Wick est vraiment plongé dans les ennuis jusqu’au cou. Puisqu’il a transgressé une règle fondamentale en tuant à l’intérieur du Continental, il est excommunié et se retrouve avec tous les tueurs du monde aux trousses.

John Wick Parabellum est incontestablement le meilleur opus en matière de traitement de l’action. Chad Stahelski a brisé toutes ses précédentes performances en montant d’un énorme cran la beauté visuelle des confrontations. Le cinéaste lâche un peu les séquences de gun fight pour se concentrer d’avantage sur le corps à corps. 98% des cascades du long métrage sont réalisées par Keanu Reeves lui même :

« Parfois, je me disais que j’avais du mal à m’entraîner à cause de mon âge, mais je me suis rendu compte que j’aurais eu du mal même si je n’avais pas 54 ans parce qu’il y a énormément d’action dans Parabellum. »

Ce qui étonne dans John Wick 3 c’est la facilité apparente avec laquelle sont rythmées les scènes d’action. Chad Stahelski a énormément d’inventivité pour mettre en scène ses combats. Il change beaucoup de décors, interagit énormément avec les objets qui entourent ses personnages et signe des séquences renversantes. Comment ne pas être en extase quand John Wick se sert d’un livre, de nombreux couteaux, voir même d’un cheval pour calmer ses adversaires. Parabellum est le plus créatif de la saga pour offrir des scènes d’action, un pur bonheur pour les amateurs du genre devant tant de beauté maîtrisée.

Si la plupart des combats des deux premiers volets opposaient deux adversaires, John Wick Parabellum s’attache à des affrontements de groupe qui mettent en valeur la chorégraphie de l’ensemble. Étant donné l’importance de la prime sur sa tête, Wick doit affronter de bien plus nombreux ennemis, enchaînant les styles d’arts martiaux, du Kung-fu au Wushu et au Penchat Silat indonésien, celui-ci représenté d’ailleurs par Yayan Ruhian et Cecep Arif Rahman, les deux méchants de The Raid.

Pour John Wick ParabellumChad Stahelski a cherché à faire en sorte que les scènes d’action soient encore plus impressionnantes que dans les deux volets précédents, en privilégiant le réalisme : les acrobaties sont réelles et les combats tournés sans raccord de montage. De même, plutôt que de zoomer, le réalisateur a opté pour des plans larges montrant mieux au spectateur chaque détail de la séquence. La caméra se pose et laisse le combat s’exprimer. Enfin, il vient même à utiliser des chiens comme arme tactique de combat. Les deux malinois du long métrage sont parfaitement dressés. John Wick Parabellum permet ainsi de mettre en scène des séquences inédites avec des canidés. Jamais un film d’action n’a présenté ce type de traitement. Le rendu à l’écran est impressionnant tant les chiens créent un rythme unique, entrent dans le champ à une vitesse incroyable et donnent quelque chose de réellement innovant.

Sorti le 22 mai dernier, John Wick 3 écrase la concurrence au box office avec déjà plus de 109 millions de dollars de recettes à travers le monde. Meilleur démarrage de la saga, meilleures critiques, meilleurs retours des spectateurs, ce troisième opus est le plus réussi de la trilogie, ce qui, forcément, a confirmé la mise en chantier d’un quatrième film prévu pour 2021.

Voir aussi
Matrix : 20 ans après, retour sur le film culte

Il y a vingt ans sortait sur les écrans "Matrix". Un film rapidement devenu culte et qui, encore aujourd'hui, est dans toutes les têtes. A l'occasion de son anniversaire, et alors qu'un Matrix 4 est désormais en chantier, retour sur cette oeuvre singulière et fascinante.

Exprimez vous !
Copyright © 2019 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis