Accueil > Dossiers > Gros plans > Gros Plan : Mylène Farmer, de la chanson à Ghostland

Gros Plan : Mylène Farmer, de la chanson à Ghostland

À l’occasion de la sortie de Ghostland et de sa sélection au festival de Gérardmer, retour sur la carrière cinéma d’une chanteuse aux multiples talents !

Nous vous annoncions le 19 janvier la sélection du 25e festival de Gérardmer qui se tiendra du 31 janvier au 4 févrierGhostland, nouveau film de Pascal Laugier fera partie de cette compétition. Un événement qui repose en partie sur la présence dans le film de Mylène Farmer.

Pour autant, celle-ci ne semble pas avoir prévu de venir saluer qui que ce soit sur les bords du lac… Nullement libertine, c’est discrète par nature et depuis toujours désireuse de conserver son intimité que la franco-canadienne ne rejoindra pas les Vosges. Qu’importe, à l’aube du festival de Gérardmer, retour sur la carrière de la chanteuse au cinéma.

Une personnalité hors norme

Son père ayant été muté au Canada, la jolie rêveuse en gardera un souvenir de paysages enneigés. C’est à l’âge de huit ans que Mylène Farmer quitte son Québec natal. Elle partagera son temps entre la banlieue parisienne et la Bretagne où sa mère est née. Adolescente solitaire à l’allure de garçon manqué, elle souhaite devenir monitrice d’équitation pour handicapés. Une grave chute la contraint à tout abandonner.

Désenchantée, elle se tourne vers les cours Florent pour apprendre le théâtre et fait un peu de mannequinat. Âme-stram-gram… La jeune fille réservée à la voix cristalline deviendra chanteuse !

Un succès fulgurant

Depuis la sortie de son premier titre, Maman a tort en 1984, Mylène Farmer est la chanteuse qui vend le plus de disques en France. C’est d’ailleurs en 1986 sur le clip de Libertine qu’elle adopta sa légendaire crinière rousse. La jeune femme fait scandale en y apparaissant totalement nue. Ainsi soit je… Choquer permet de faire parler de soi et de devenir plus populaire que jamais. Détentrice du record du nombre de disques de diamants, elle est également classée comme la chanteuse ayant placé le plus de titres à la première place du Top 50 ! La femme forme une équipe infaillible avec son compositeur Laurent Boutonnat, également réalisateur de ses clips et metteur en scène de ses spectacles. C’est parallèlement sans contrefaçon que la belle s’est tournée vers le 7éme art. Infatigable !

De la figuration…

En 1983, Luc Besson offre à la chanteuse un premier rôle de figuration dans son premier long-métrage : Le Dernier Combat. À l’été 1991, Besson l’invite au Pôle Nord, sur le tournage d’Atlantis. S’en suivra une belle amitié via la réalisation de son clip Que mon cœur lâche en 1992, pour 100 000 € de budget ! Première infidélité à Boutonnat qui a jusqu’alors réalisé l’ensemble de ses clips. Mais Monsieur étant pris dans le tournage de son second long-métrage, Madame s’est tourné vers un ami de longue date. Ni jalousie ni envie donc, le compositeur avait donné son aval !

En 1994, Laurent Boutonnat réalise donc son second long-métrage : Giorgino. Mylène Farmer y partage l’affiche avec Jeff Dahlgreh. Jugé comme un long clip par la critique, le film dure plus de trois heures et est un échec commercial. Très sombre, le public lui préfère Forrest Gump, Pulp Fiction ou encore Léon. Soutenu par un public fidèle au réalisateur, le film sortira tout de même en DVD treize ans après sa sortie sur grand écran.

… A l’animation !

12 ans après, retour auprès de Luc Besson en 2006 avec Arthur et les Minimoys. Le réalisateur propose à la chanteuse de prêter sa voix à la Princesse Sélénia, minuscule rouquine de deux millimètres de haut. En octobre 2007, la belle remporte l’award du meilleur doublage aux NRJ Ciné Awards. Elle se prête de nouveau au jeu en 2009 avec Arthur et la vengeance de Maltazard ainsi qu’en 2010 avec Arthur et la guerre des deux mondes.

Du point de suture à l’horreur

Prévu à sortir en salles le 14 mars 2018, Ghostland met en scène Mylène Farmer (Pauline), Crystal Reed (Beth), Anastasia Phillips (Vera), Rob Archer (Fat Man), Emilia Jones (Beth jeune) ainsi que Taylor Hickson (Vera jeune). Suite au décès de sa tante, Pauline et ses deux filles héritent d’une maison. Dès la première nuit, des meurtriers pénètrent les lieux. La mère doit se battre comme une lionne pour protéger Beth et Vera. Ce drame va avoir un impact bien différent sur les deux jeunes filles qui évolueront de manière opposée. Alors que Beth devient un auteur à succès dans la littérature horrifique, Vera sombre dans une forme de paranoïa qui la détruit à petits feux. Seize années sont passées lorsque Beth rejoint sa sœur et sa mère. Toutes deux n’ont jamais quitté l’endroit maudit. C’est alors que des événements étranges vont avoir lieu… Le cauchemar continue entre rêve et réalité.

C’est dans l’air

Après l’animation, l’horreur donc pour Mylène, avec un rôle flippant à souhait dans Ghostland ! Au sujet du film, l’actrice a récemment confié :

Ce film est un thriller horrifique avec un vrai scénario et un cinéaste qui a un talent fou. La France a de la chance de compter parmi ses réalisateurs de grand talent Pascal Laugier, qui signe ici son quatrième long-métrage. J’ai été bluffé par les actrices, mes filles jeunes et adultes. Une intensité rare régnait sur le plateau. Ce tournage restera pour moi un souvenir inoubliable.

Nul doute que si la chanteuse s’est trouvée bluffée, nous le serons aussi par l’étendue de son talent. Et « Pourvu qu’elle soit douce« , face à l’horreur qui les submerge, ses filles et elle. A moins que Maman a tort… Car peut-être que les drôles d’événements qui se jouent dans ce sinistre théâtre ne sont que pure illusion. On pourra en juger à Géradmer donc, et pour les autres le 14 mars dans les salles !

Voici la bande-annonce de Ghostland :

Voir aussi

Gros Plan : Guillermo del Toro, l’amoureux des monstres

A l’occasion de la sortie cette semaine de "La Forme de l’Eau", un petit retour sur la carrière du Mexicain Guillermo del Toro, cinéaste de l’imaginaire porté sur les monstres.