Accueil > Dossiers > Gros plans > Gros Plan : Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock

Gros Plan : Les Oiseaux d’Alfred Hitchcock

Ce mercredi 28 février, le terrifiant « Les Oiseaux » fait son retour dans nos salles obscures. C’est l’occasion idéale pour nous de revenir sur chef d’oeuvre toujours aussi efficace et dont le tournage fut éprouvant pour Tippi Hedren, son actrice principale.

Les Oiseaux, classique du film d’horreur signé Alfred Hitchcock, a droit à sa ressortie en salles cette semaine. Il serait dommage de manquer ce chef d’oeuvre de l’épouvante au cinéma, rien que pour l’ampleur des attaques qui réussissent encore à nous clouer au fauteuil.

Pour ce long-métrage sorti en 1963, soit trois ans après le grand Psychose, Alfred Hitchcock s’est inspiré d’une nouvelle du même nom de Daphne Maurier. Le cinéaste s’était déjà basé sur ses travaux pour La Taverne de la Jamaïque et Rebecca. Un fait-divers inquiétant a également permis au réalisateur de trouver des pistes pour son film.

En août 1961 à Santa Cruz, en Californie, des puffins fuligineux s’abattirent sur les maisons de la ville. 50 ans plus tard, on découvrit que ce phénomène était en fait dû à une intoxication alimentaire collective. A l’époque inexpliquée, Alfred Hitchcock s’inspira de cette histoire pour construire un récit qui ne débute pas vraiment dans l’horreur.

  •  Love story et terreur
  •  Tippi Hedren traumtisée
  • Le dernier grand d’Hitchcock?

Une love story qui bascule progressivement dans la terreur

Les Oiseaux s’ouvre dans les rues de San Francisco. Le cinéaste nous présente Melanie Daniels, jeune femme mondaine de San Francisco qui se rend dans une animalerie. Elle y fait la connaissance de Mitch Brenner, un avocat avec lequel elle entame un jeu de séduction, interprété par Rod Taylor. Après un premier échange placé sous le signe de la raillerie, Melanie décide de lui offrir des « inséparables », un couple d’oiseaux. En découvrant que Mitch n’est plus à San Francisco, l’héroïne se rend dans sa demeure familiale dans la petite ville de Bodega Bay. Elle n’est alors pas consciente du cauchemar qui l’attend sur ce petit port isolé de l’océan Pacifique.

Retour sur Les Oiseaux d'Alfred Hitchcock

En bon Maître du suspense, Alfred Hitchcock laisse planer le mystère autour des volatiles dans Les Oiseaux. Le spectateur est d’abord totalement happé dans l’histoire d’amour naissante. Durant la première heure, il ne se focalise finalement que très peu sur la menace. La façon dont le cinéaste réussit à imbriquer plusieurs sous-intrigues dans son récit est prodigieuse. Grâce à ce procédé, Hitchcock n’a aucun mal à faire vibrer le spectateur au rythme des événements que vit la petite communauté.

Le choix d’une petite ville isolée souligne l’impuissance des personnages face à la nuée d’oiseaux qui les attaque. Contrairement à PsychoseSueurs Froides ou la deuxième version de L’homme qui en savait trop, la musique est quasiment absente des Oiseaux. Elle laisse place aux crissements assourdissants et terrifiants des volatiles. Cela renforce l’impression que les personnages sont pris au piège. Lors de la séquence finale, c’est le silence total qui nous cloue au fauteuil. Enfin, la volonté de ne pas expliquer l’origine du mal laisse le spectateur dans la peur une fois que le film se termine.

Tippi Hedren est ressortie traumatisée du tournage des Oiseaux

Tous les éléments paraissent extrêmement bien maîtrisés dans Les Oiseaux. Pourtant, contrairement à son habitude, Hitchcock n’a cessé d’improviser sur le tournage, apportant régulièrement des modifications au scénario. La plus grosse victime des imprévus du film reste Tippi Hedren, qui vécut une expérience folle.

L’une des anecdotes les plus connues concerne le tournage de l’une des dernières scènes du film. Dans le passage en question, l’héroïne se retrouve bloquée dans un grenier face à une horde de volatiles. Elle est alors attaquée et ne peut quasiment rien faire pour se débattre. Tippi Hedren apprit le matin du tournage que les animaux mécaniques avec lesquels elle devait se battre ne fonctionnaient plus. Pendant cinq jours, elle dut donc jouer avec de véritables oiseaux, réquisitionnés par milliers pour les besoins du long-métrage.

Retour sur Les Oiseaux d'Alfred Hitchcock

Si l’expérience fut exténuante et les rapports avec le cinéaste compliqués, Tippi Hedren accepta tout de même de jouer dans le film suivant d’Hitchcock, l’excellent Pas de printemps pour Marnie. Néanmoins, l’actrice subit une nouvelle fois le harcèlement du réalisateur lors du tournage de ce dernier. Tippi Hedren dut notamment refuser les nombreuses avances du cinéaste. Par la suite, Hitchcock ruina sa carrière, n’ayant pas réussi à faire d’elle sa « nouvelle Grace Kelly ».

Les Oiseaux : le dernier grand film d’Alfred Hitchcock ?

Considéré par beaucoup comme le dernier grand film de son réalisateur, Les Oiseaux fut un succès relatif au cinéma. Alors que Psychose récolta 32 millions de dollars aux Etats-Unis, le film en rapporta « seulement » 11 millions. Au moment de sa sortie, le long-métrage fut boudé par certaines critiques américaines, qui lui reprochèrent son absence de fin. Il fut en revanche accueilli avec enthousiasme en France.

Retour sur Les Oiseaux d'Alfred Hitchcock

Après les oiseaux empaillés de Psychose, Alfred Hitchcock a parfaitement su donner vie à ces animaux dans ce long-métrage. Personne n’échappe à la fureur des volatiles dans Les Oiseaux, que ce soit les enfants de Bodega Bay ou les spectateurs. 55 ans après sa sortie, le spectateur se laisse encore berné par les nombreux trucages, même si certains ont logiquement vieilli. Ils n’empêchent cependant jamais les effets de fonctionner. On vous met d’ailleurs au défi de ne pas trembler lors de l’attaque de l’école ou celle d’une maison barricadée.

Voir aussi

Chucky : Aubrey Plaza et Brian Tyree Henry au casting de la série

Aubrey Plaza et Brian Tyree Henry sont actuellement en négociation pour jouer dans la série dédiée à Chucky.

Laisser un commentaire

Copyright © 2018 cineserie.com. Tous droits réservés. Un site E-borealis